CalendrierAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ordre [ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cyril Silver
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 46
Localisation : *hausse les épaules*
Date d'inscription : 14/02/2008

Chroniques
Amour: Tsuyosa Heartgreaves Silver
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Ordre [ouvert]   Jeu 28 Fév - 0:56

Si Cyril faisait partie de l'Ordre, ce n'était pas par hasard. Pour commencer, ses parents étaient moldus et il n'avait pas spécialement envie que des mages noirs viennent leur faire du mal Bon, ils étaient en sécurité à Cambridge car l'université était très bien protégée mais il y avait des limites. Ensuite, c'était parce que Tsuyosa y était. Pourquoi son épouse avait-elle tenue à faire partie de ce genre de mouvement alors qu'elle préférait la magie noire, il l'ignorait mais ne voulait pas le savoir. Enfin, Cyril était maniaque et s'il avait toujours aimé le noir, il préférait le blanc. Le monde depuis l'ascension du Mage Noir était devenu désordonné et chaotique.

Il suffisait de voir ce bazar pour en avoir la preuve. D'ailleurs bazar était un mot totalement approprié pour décrire ce capharnaum de choses, de germes et de gens. Cyril aimait profondément sa femme, ses enfants, sa vie et même Akira (bien que celui-ci soit parfois bien proche de Tsuyosa et que cela l'inquiétait quelque peu... quand il y pensait, c'est a dire pas souvent) mais parfois il se disait que les choses auraient été bien plus simple s'il était resté seul. Par exemple, il n'aurait pas eu à mettre les pieds dans cet endroit cuachemardesque dans l'espoir incongru de rencontrer la personne que l'ordre voulait lui présenter.

Laquelle personne était en retard depuis déjà 2 minutes 27 secondes. S'il n'avait tenu qu'à lui, Cyril aurait déjà fait demi-tour et serait tranquillement rentré chez ollivender, fabriquer des baguettes sans avoir à entendre les cris des autres êtres humains hantant ce lieu. Mais (et oui il y avait un mais) le calme jeune homme était tombé sur un assortiment de gamelles en procelaines blanche et noire qui auraient particulièrement convenues pour le petit Un'uteki. Le félin était peut-être à Akira mais il était hors de question que Cyril laisse une des étranges lubies de son épouse dérégler la maison.

Prenant son courage à deux mains, il se redressa de toute sa taille (1m95 finalement pour 70kgs tous mouillés. Et on osait dire qu'il ressemblait au Tigre Blanc) et fendit la foule jusqu'au marchand. Ignorant son air affable et son baratin, il posa l'assortiment sur le comptoir et posa la somme exacte. Les pièces de ce taudis devaient surement être d'une saleté inimagnable. Il ne voulait même pas y toucher.

D'un geste de baguette, il rétrécit ses courses et les rangea dans sa bourse avant de guettre, presque impatiemment, son étrange contact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franz Herzen
Employé du Ministère
Employé du Ministère
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 03/03/2008

Chroniques
Amour: L'Allemagne, bien sûr !
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ordre [ouvert]   Mer 5 Mar - 21:43

Quand on arrivait dans un pays étranger, la normalité voulait que l'on fasse du tourisme. A moins que le pays en question ne soit éminemment dangereux, très pollué, sujet à une tempête de neige ou tout autre problème de sécurité publique ou de confort de base.
Mais comme officiellement, Londres n'était ni très dangereux, ni si pollué que ça, pas encore victime d'un blizzard ou tout autre catastrophe naturelle, Franz Herzen avait décidé d'appliquer le comportement basique du diplomate à deux balles, c'est à dire: d'aller visiter.

Bien sûr, la démarche n'était pas sans avantages. L'allemand pensait profiter de cette première sortie dans le Londres sorcier pour prendre un peu la température, juger des manières de ces rosbifs aux goûts démesurément mauvais et repérer quelles boutiques pouvaient être intéressantes.
Du tourisme, en somme.

Franz avait commencé par l'habituel bar du coin, où il avait fumé une Royal devant un café médiocre (à croire que le fait d'être dépourvu de magie rendait les moldus plus doués en cuisine), avant d'aller jeter un oeil déconfit sur les "merveilles" technologiques anglaises, je cite: une plume à encre intégrée, un balais qui allait encore plus vite et une cape qui se séchait sans avoir besoin d'enchantements. Voilà qui faillit arracher un petit rire à Herzen, qui ne se demandait plus depuis des lustres pourquoi les anglais n'exportaient presque rien.

Après une visite dans deux ou trois autres boutiques, sans rien acheter d'autre qu'un guide des villages sorciers anglais, Franz avait débouché devant un espèce de taudis, dont le fouillis heurtait son sens très allemand de l'ordre, bourré de vieilleries, mais au moins, celui-ci ne s'assumait pas comme le re-inventeur du stylo plume moldu. Et puis, qui sait ? Franz trouverait peut être un de ces trucs hautement folkloriques que sa soeur affectionnait tant. Il se décida finalement pour une théière qui bougeait dès qu'on voulait l'utiliser, objet Ô combien inutile mais qui ferait rire les enfants et sa bécasse d'aînée. Elle qui se plaignait qu'il n'offrait que des jeux vidéos, des téléphones portables et autres lecteurs mp3 high tech...

Herzen passa ensuite à la caisse, paya, puis évita quelques clients pour sortir. Pendant toute l'opération entrée-inspection des rayons-attente-règlement-sortie, il avait discrètement observé son entourage, mais personne n'avait l'air assez louche pour être potentiellement intéressant. Mais comme l'Angleterre, c'était mouillé, qu'il commençait à pleuvoir et que Franz n'avait pas envie d'y passer trois jours, il se décida au hasard pour la première personne venue qui n'avait pas l'air pressée de partir ou de vaquer à ses occupations.


"Excusez moi," dit-il à la victime en question, qui n'était autre que Cyril (forcément), "vous ne sauriez pas où l'on peut trouver un parapluie, par hasard ?"

Oui, c'était bête comme question, mais quand ça pleut ça pleut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyril Silver
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 46
Localisation : *hausse les épaules*
Date d'inscription : 14/02/2008

Chroniques
Amour: Tsuyosa Heartgreaves Silver
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ordre [ouvert]   Jeu 6 Mar - 7:45

Il faisait la colonne. Une expression de Tsuyosa pour décrire l'attitude de son époux. De marbre, aussi froid que la pierre, sans plus de sentiment qu'un mineral qui observerait d'un oeil d'opale la précarité de l'existence humaine, il se tenait là. Etranger à l'agitation ambiante, indifférent aux regards ou aux paroles de mépris, il se tenait là. Là. Maintenant. Dans l'espace infini qui existe entre deux secondes. Cyril attendait mais ne prêtait aucune attention à ce qui se passait autour de lui. Le monde était blanc/sombre/sale, sans plus d'intêret qu'une rose fanée. Il avait reussi à réduire sa perceptions des bruits alentours à un doux bourdonnement. Une minute.

Le fabricant de baguette n'avait rien d'un philosophe. Il ne s'intéressait pas aux questions existentielles. Il n'était pas non plus ce qu'on pouvait appeler un patriote. Le bien et le mal pour lui n'existait pas. En réalité, il n'était pas même sur d'exister lui-même. Les seules choses tangibles sont celles que l'on ne peut toucher du doigt. Le temps, les sentiments, les pensées. A ce monde il ajoutait souvent les couleurs (lumineuses ou réelles) pour les rendre plus explicites et c'était tout. Il vivait dans une absence. Cinq minutes.

Une ombre plus sombre que d'habitude le prévint de la présence d'un autre être humain dans un rayon plus ou moins proche. Les êtres humains ce n'était pas ce qui manquait ici, mais celle-ci se faisait insistante. Peut-être le contact ? Hum. Le sorcier bougea imperceptiblement la tête et baissa les yeux sur la source de l'ombre en question. Un homme. Blond. Ce n'était pas le contact. Sans bouger autre chose que ses paupières et les muscles invisible qui contrôlaient sa vision, il le regarda longuement, repassant la série de son dans son esprit jusqu'à ce que le sens de la question frappe son cerveau.


"Si."

Il pleuvait ? Ah. Oui. Ses cheveux étaient mouillés. Etrange. Tant qu'il s'était cru sec, il n'avait pas souffert du froid. Maintenant qu'il s'était rendu compte qu'il était mouillé, il sentait chaque goutte. Comme quoi, même les sensations étaient des mensonges.

"Pas d'ici ? Je vous montre ?"

Même ton atone que toujours, comme si parler l'emplissait d'un ennui sans nom. Il n'avait pas spécialement envie de se déplacer pour aider l'étranger mais expliquer l'emplacement de la boutique aurait nécessité beaucoup plus de mot et il ne se sentait pas d'humeur particulièrement bavarde. Quand à son contact, s'il arrivait pendant qu'il était en cavale, il n'aurait qu'à s'en prendre à lui même. La ponctualité était la preuve d'un esprit clair et sain. Et de toute façon, Cyril n'aimait pas les missions sociales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franz Herzen
Employé du Ministère
Employé du Ministère
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 03/03/2008

Chroniques
Amour: L'Allemagne, bien sûr !
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ordre [ouvert]   Ven 7 Mar - 20:47

Observation de base: les anglais sont des êtes bizarres et lents, ou des grenouilles réincarnées. Ils aiment se tenir comme une statue chrétienne tout de marbre blanc et froid, sans abri contre les vents, les eaux et la pollution visuelle de ce fatras médiéval. Preuve de courage ou d'inconscience, ou de...

Ah tiens, réponse. Tout de même, 5 secondes 3 quarts pour répondre, on faisait mieux. Franz avait presque eu le temps d'en venir à de la pseudo philosophie de remplissage temporel.

Réponse passablement étrange, d'ailleurs, et Herzen remis en question son anglais (parlé et compréhension, autant l'un que l'autre) avant d'admettre que son interlocuteur était peut être tout simplement frappé de la cervelle. Il aurait dû s'y attendre. Décalage culturel oblige... ou pas. Ce type était-il jugé bizarre par les anglais eux même ? Ou était-ce juste une fatigue/état de rêve temporaire qui produisait une réponse aussi décalé ?
Pire, peut être prenait-il Franz pour un retardé venu du tiers monde qui, horreur, n'avait jamais vu un balais volant de sa vie, et ne savait pas comment on ouvrait un parapluie ?

Bon, passons.


"Avec plaisir," répondit courtoisement Herzen, plus pour ne pas froisser l'anglais que par réelle sincérité.

Heureusement que les agents secrets sont généralement choisis ou formés pour savoir se contrôler, sinon Cyril aurait écopé d'un joli "Gnu ?" fort peu gracieux. Il fallait juste espérer que l'autre se montrerait ensuite un peu plus causeur, sinon Franz risquait d'avoir du mal à en tirer quoi que ce soit. Ce n'était pas avec des phrases de trois mots qu'on faisait une conversation intéressante, mais là, l'anglais tendait si peu de perches pour répondre que l'allemand n'avait pas tant de choix pour continuer...


"Vous voyez beaucoup d'étrangers par ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyril Silver
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 46
Localisation : *hausse les épaules*
Date d'inscription : 14/02/2008

Chroniques
Amour: Tsuyosa Heartgreaves Silver
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ordre [ouvert]   Lun 10 Mar - 2:43

Des pas dans la pluie qui frappaient le pavé gris. Cyril avait à peine attendu la réponse de l'inconnu pour partir. Un simple signe de tête à son endroit pour lui dire de le suivre et tout était pour le mieux. Contrairement à l'allemand, Cyril ne prenait pas son interlocuteur pour un imbécile, au contraire.

"Quelques uns mais moins depuis quelques années."

Sa voix, toujours aussi neutre et inexpressive sonna curieusement à ses oreilles. Il n'avait pas parlé depuis le matin et cela se sentait. En même temps, comme pouvait le constater Franz, il répondait aux questions, ce qui était un fier progrès depuis Poudlard. Tsuyosa lui avait fait du bien, l'obligeant a rester sur ce monde plutôt que d'errer sur le brouillard gris de son esprit. Le plus étrange étant que Sarah en soit heureuse.

Trouner à droite. Puis quatrième à gauche. Tout droit pendant quelques centaines de mètres puis à droite à nouveau. Le chemin se dessinait dans son esprit comme une carte précise. Pour Cyril, Franz et lui étaient seuls dans les rues car lorsqu'on visualise un itinéraire, on oublie forcément les gens. Aussi, la foule qui s'écartait devant cette grande allumette blanche et inexpressive n'existait pas. Il ne regardait même pas si l'inconnu arrivait à ne pas se faire distancer dans la presse.


"Vous êtes là depuis... longtemps ?"

Il avait hésité avant de préciser le sens de sa question. Surtout que l'un dans l'autre, cela ne l'intéressait guère. Mais comme on le lui avait dit et répété toute sa vie, s'il voulait devenir plus sociable, il fallait qu'il fasse semblant de se préoccuper des gens et leur poser des questions. Il manquait de pratique mais on pouvait difficilement dire qu'il n'y allait pas de... enfin, vous comprenez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franz Herzen
Employé du Ministère
Employé du Ministère
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 03/03/2008

Chroniques
Amour: L'Allemagne, bien sûr !
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ordre [ouvert]   Jeu 13 Mar - 23:36

Observation de départ: l'anglais était étrange. On l'avait dit. Or, l'hypothèse venait de se vérifier. Car le comportement de l'autre ne pouvait être une simple originalité culturelle. Franz avait suffisamment visité des pays anglophones et la Grande Bretagne pour savoir que détaller comme un chien qui tire son maître en laisse n'était pas, comment dire, normal ?
Pour ne rien arranger, l'anglais n'était pas vraiment bavard. Encore un qui allait être utile, tiens, et quelle utilité de le traîner dans tout le chemin de traverse pour un parapluie, alors qu'il serait sans doute trempé avant d'y arriver ? N'aurait-il pas pu se contenter de répondre et de conseiller d'attendre que l'averse s'arrête d'elle même, comme c'était généralement promptement le cas dans ce pays de névrosés à la marmite ?

Pas de commentaires. Pas de commentaires ! Inutile de se mettre le Bizarre à dos. Sait-on jamais, peut être pouvait-il détenir une ou deux informations intéressantes et...
Zut. Comme c'était parfois frustrant de ne pas pouvoir envoyer bouler les gens à tout bout de champ.

Voilà pourquoi Franz suivit l'anglais sans rechigner malgré le comportement assez spécial de celui ci. Il fallut parfois (souvent) louvoyer entre divers personnes, la foule ayant commencé à se refermer sur Cyril en quelques secondes. D'autres fois, l'allemand se sentit forcé de lâcher au passage quelques excuses quand son guide dérangeait.


"Il s'est passé quelque chose pour qu'ils ne viennent plus ? J'ai entendu dire qu'il y avait eu des attentats il y a quelque temps, mais du côté moldu seulement..."


Bon, connaissant les sorciers anglais, ils ne devaient même pas savoir que quelques moldus s'étaient fait exploser la figure, heureusement d'ailleurs: nul besoin n'était de leur prouver que certains non sorciers n'avaient rien de mieux à faire.

"Pas vraiment. Depuis quelques jours seulement, mais je pense rester un moment."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyril Silver
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 46
Localisation : *hausse les épaules*
Date d'inscription : 14/02/2008

Chroniques
Amour: Tsuyosa Heartgreaves Silver
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ordre [ouvert]   Mer 19 Mar - 19:22

La pluie continuait à tomber mais déjà les gouttes s'espacaient. en Aout les averses étaient moins longues et a moins que l'on tombe sur un gros orage, il y avait peu de chance pour qu'on ai besoin d'utiliser un parapluie. Le plus intelligent aurait certainement été de s'abriter en attendant que l'averse passe. Mais Franz avait demandé un parapluiej, et Cyril se fichait bien de la logique. Il avait décidé de rendre service, probablement parce qu'il n'avait pas envie de rencontrer son contact.

Indifférent à ce que les gens ou l'allemand pouvaient penser de lui, insensible aux sourcils froncés que son attitude générait, l'anglais continuait à fendre la foule avec un flegme et un calme que l'on ne trouvait que sur cette étrange île. Mais si l'environnement disparaissait au profit de la morne brume de ses pensées, il entendait tout de même les questions de son invité.


"Hum. Le climat ?"

Lorsqu'on était né de Moldu sous le règne de Voldemort, on apprenait vite à en dire aussi peu que possible sur ses opinions politiques ou sur soi-même. Surtout lorsqu'on avait deux enfants à charge et une femme à protéger. Après tout il ne connaissait cet homme que depuis quelques minutes et cela pouvait bien être un mangemort, pour ce qu'il en savait.

"Vous venez d'ou ?"

La boutique apparut soudain au bout d'une ruelle. Ils étaient arrivés et la pluie, comme par un caprice du ciel, s'arrêta soudain de tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franz Herzen
Employé du Ministère
Employé du Ministère
avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 03/03/2008

Chroniques
Amour: L'Allemagne, bien sûr !
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ordre [ouvert]   Mar 22 Avr - 13:26

Le climat, réponse intéressante mais sans doute pas la bonne. Sa banalité mit la puce à l'oreille de l'espion. Comment ça, le climat ? Soit son interlocuteur était un abruti fini qui croyait vraiment à cette idée, soit il lui foutait sous le nez le premier cliché à lui passer sous la main. Ou peut être voulait-il faire de l'humour; impossible de le savoir avec son ton monocorde hautement passionnant.
Zut. Franz n'était même pas sûr qu'il y ai quelque chose à tirer de ça. Il classa la question dans le lot de celles qu'il faudrait reposer quand il en aurait l'occasion.


"D'Allemagne" répondit Franz, laconique.

Le tour que prenait cette rencontre déplaisait quelque peu à Herzen. Il ne s'était pas attendu à ce que les informations lui déboulent dessus comme une Ferrari sur l'autoroute, qu'on se le dise. Mais il fallait admettre que Cyril se faisait un peu trop remarquer, commençait à poser des questions qui, il fallait l'espérer, n'iraient pas trop loin, et le tout sans être d'aucune utilité. Patience, patience... nul besoin de s'irriter outre mesure. Les missions ne tombaient jamais résolues dans le bec des agents. Franz décida que son agacement venait de l'individu en lui même, ce qui était passablement vrai.

De toute manière, la pluie s'était arrêtée et le duo était arrivé à destination. Si l'anglais ne faisait rien pour rallonger la rencontre, Franz prévoyait déjà de tenter sa chance auprès de quelqu'un d'un peu moins... inhabituel ? Il ne se sentait pas d'insister dès le début. Ce n'était pas dans ses méthodes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyril Silver
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 46
Localisation : *hausse les épaules*
Date d'inscription : 14/02/2008

Chroniques
Amour: Tsuyosa Heartgreaves Silver
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Ordre [ouvert]   Lun 28 Avr - 4:05

La politique était la folie de ceux qui se croyaient sage. Gouverner les gens, les diriger, édicter des lois et surtout les avoir sous son contrôle semblait être un but poursuivit par la majorité des êtes humains. Le pouvoir en général, sur soi, sur les choses, les êtres, les animaux et les plantes était inconsciement recherché par tous à un niveau plus ou moins élevé. Cyril ne faisait pas exception à la règle et s'il ne s'interessait pas assez au monde extérieur pour vouloir le dominer, il était au fond de lui assez satisfait de son impassibilité. Il n'avait pas beaucoup travaillé pour en arriver là mais il avait tout de même du faire attention et le résultat était excellent.

Mais trêve d'auto-congratulation sang de bourbesque. L'inconnu, lui, savait aussi dominer son visage et ses expressions. Il restait au moins aussi neutre que Cyril et presque aussi laconique. Pourtant, le fabriquant de baguette avait répondu très sérieusement à la question. Il avait simplement oublié de précisé qu'il s'agissait du climat politique et pas météorologique. C'était sa façon de faire de l'humour et surtout de se cacher face à des ennemis potentiels. Bien peu de gens de son ran sanguin avaient survécus et curieusement, cela faisait des années qu'il n'avait plus envie de mourir.


"Willkommen in England Herr"

Lanca-t-il soudain dans un allemand approximatif avec un accent assez mauvais et une intonation encore plus plate que d'habitude. Il baissa ses yeux gris sur l'inconnu et le fixa un moment, innexpressif, histoire de graver cette tête dans sa mémoire. Il était en effet de plus en plus rare de voir des étrangers dans le coin et si la curiosité de Cyril n'était pas vraiment piquée, il savait que sa femme allait demander un "récit" presque complet. Il fallait donc avoir quelque chose à mettre dans son rapport s'il voulait passer une soirée tranquille.

Comme fatigué par son effort de politesse et de communication, le jeune homme se décida enfin à partir. Sans un mot ni un geste superflu, il fit un rapide signe de tête pour prendre congé de l'inconnu et se fondit rapidement dans la foule anglaise. Après tout ce temps le contact était peut-être arrivé. Voire repartit s'il avait de la chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ordre [ouvert]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ordre [ouvert]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Ordre de Mission
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» Réintégration de Fanmi Lavalas dans la course: l'ordre est formel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Circle: Evil Never Dies :: Villes & Villages :: Villes et villages :: Chemin de Traverse :: Bazar-
Sauter vers: