CalendrierAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]

Aller en bas 
AuteurMessage
Wilfried I. E. Wellington
Serdaigle - 7eme Année
Serdaigle - 7eme Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : With her, somewhere you can't really guess.
Date d'inscription : 06/08/2008

Chroniques
Amour: Rebecca Stuart.
Relations:
Moral:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Mer 6 Aoû - 13:59



WILFRIED ELIOTT ILLIAN WELLINGTON


Les villages éteints méditent maintenant
Comme les vierges les vieillards et les poètes
Et ne s'éveilleront au pas de nul venant
Ni quand sur leurs pigeons fondront les gypaètes

GUILLAUME APOLLINAIRE, VENT NOCTURNE



NEVER LOOK AT ME AS IF I WAS THE ANTECHRIST.
I'M JUST WILFRIED. SOMEBODY YOU DON'T REALLY KNOW.

-GENERALITES-



NOM: Wellington
PRENOMS: Wilfried Ilian Eliott
WILFRIED Wilfried est un prénom d'origine germanique qui signifie "Celui qui doit apporter la paix". Will n'aime pas tellement qu'on l'appelle Wilfried, il préfère son diminutif. Par contre, ne vous avisez pas de l'appeler Willy, c'est le meilleur moyen pour le faire enrager.
ILIANEn Arabe, Ilian signifie "Grand, Spirituel".
ELIOTT est un prénom d'origine Hébraïque qui signifie "Le seigneur est mon Dieu
AGE & DATE DE NAISSANCE: 27 Décembre 1989, 17 ans
NATIONALITE:Ecossaise
LIEU DE NAISSANCE: Au large de l'Ecosse, dans les Highlands. Sinéad, la mère biologique de Wilfried, presque arrivée à terme, avait accompagné Glenn, son petit-ami à l'époque dans une de ses frasques -Glenn n'était pas un type trés honnête et il lui arrivait souvent d'enfreindre les lois Moldues, aidé par Sinéad qui était vraiment d'une grande aide pour assurer ses coups foireux. Bref, après un casse, Glenn et Sinéad se sont enfuis, et Wilfried est né. Glenn a abandonné les lingots d'or sur une plage, Sinéad est morte quelques heures après. Glenn a emporté Wilfried avec lui, ce qui a causé pas mal de dégâts dans la famille Wellington car personne n'était au courant.
ASCENDANCE: Sang mêlé. Les Wellington sont une richissime famille de sang Pur, mais l'amour que Glenn portait à Sinéad, une Moldue -voyez vous ça, un sang-pur aimer une Moldue-a contaminé la branche. Will est le seul Sang-Mêlé de la lignée, sa soeur Melody et son frère Petipa sont des sang-pur.
MAISON: Serdaigle
BAGUETTE: Bois de Bouleau, symbole de nouveau départ, d'élévation. 23,17 centimètres, flexible et pratique pour la métamorphose. Contient un ventricule de coeur de dragon
ANIMAUX: Will fait plusieurs allergies aux animaux, néanmoins, il tolère les plumes, donc il possède un hibou, qu'il a nommé Aldébaran, qui signifie "Mauvais oeil" en grec. Il lui sert en particulier pour le courrier. Aldébaran est un grand-duc particulièrement hargneux qui pince son propriétaire à chaque fois qu'il essaie de mettre une lettre à sa patte.
Sinon, Wilfried a eu un fléreur l'été d'il y a deux ans, qu'il a nommé Hélios, mais il l'a donné à Petipa pour qu'il ne se sente plus seul quand Wilfried était à Poudlard.

MAGIE: Désastreuse? Non, sérieusement. Les Wellington sont publiquement des sympathisants au Seigneur des Ténèbres, d'ailleurs, ils ont reçu des Mangemorts chez eux pour des grandes récetions. Cependant, Will n'est pas trés d'accord pour fréquenter des gens pareils, ce qu'ils font le dégoûte au plus haut point et il espère un jour agir dans le bon camp. La magie de Wilfried est donc blanche, et à plus long terme il souhaite devenir Auror, ce qui risque de faire grincer des dents dans sa famille.


Dernière édition par Wilfried I. E. Wellington le Jeu 2 Oct - 23:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilfried I. E. Wellington
Serdaigle - 7eme Année
Serdaigle - 7eme Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : With her, somewhere you can't really guess.
Date d'inscription : 06/08/2008

Chroniques
Amour: Rebecca Stuart.
Relations:
Moral:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Mer 6 Aoû - 14:00

YOU SHOULD UNDERSTAND THIS TO UNDERSTAND WHAT I AM.
THEY ARE MY FAMILY. EVEN IF I FEEL A BIT LIKE A STRANGER.

-BACKGROUND-


FAMILLE.

GLENN WELLINGTON & SINEAD CARRINGTON Glenn est le père de Wilfried. Il a grandi avec Sinéad Carrington et Declan Mc Dwaigh. Ensemble, les trois enfants faisaient les quatre cents coups ensemble. Ils ignoraient que Glenn était un sorcier. D'ailleurs, Glenn n'a jamais vraiment aimé parler de lui, il était trés mystérieux et c'est probablement ce qui a fait succomber Sinéad au charme de son "meilleur ami". Ils ont commencé à sortir ensemble à l'âge de seize ans environ. Deux ans plus tard, après une soirée bien arrosée, Glenn et Sinéad ont été plus loin qu'ils ne l'auraient dû. Sinéad était enceinte, et Glenn devait être marié à Orianne, une autre héritière de sang-pur. Quand il a appris la nouvelle, Wellington a décidé de prendre le large avec Sinéad. Un soir d'hiver, de décembre 1989, Declan et Glenn ont décidé de faire un casse dans une banque Moldue et de récupérer des lingots d'or, pour sauver l'atelier familial - Herbert Wellington était souffleur de verre-. Malheureusement, Sinéad, alors enceinte de 8 mois et demi, a voulu accompagner ses complices de toujours pour faire diversion. Il semblerait que cela ait marché, mais Glenn s'est aperçu que Sinéad était vraiment mal en point. Declan a filé prévenir quelqu'un, les laissant tous les deux sur la plage. Sinéad donna naissance à Wilfried quelques petites heures plus tard. Le froid, combiné à l'humidité et à la fatigue a eu raison d'elle. Elle est morte, laissant seuls Glenn et le nouveau-né. Glenn a enveloppé le petit dans tout ce qu'il pouvait, pour le maintenir au chaud, et il a ramené le petit garçon au manoir Wellington. La famille a été plutôt surprise de le voir débarquer avec le bébé, et ça a fait un sacré scandale. Les Wellington ont été prêts à bannir Glenn et Wilfried -Après tout, le premier avait été assez sot pour fricoter avec une moldue, le second avait un sang impur et constituait une injure pour le clan, mais Herbert, le partiarche de la famille, bien qu'outré par l'audace de son fils et sa trahison, a été conquis par la bouille du gamin, et après s'être réunis, ils ont décidé de ne pas l'abandonner.
ORIANNE WELLINGTON-EMERSONOrianne est la parfaite femme d'affaires, raide, guindée, et dénuée de toute affection. En apparence. Malheureuse épouse de Glenn, qui s'est à peine remis de la mort de sa bien aimée Sinéad, elle voue une haine sans bornes pour cette dernière. Dans son univers parfait et bien rangé, Wilfried fait figure d'obstacle qui lui est difficile d'ignorer, bien qu'elle le haisse lui aussi. Pourtant, Will n'est pas responsable de son malheur proprement dit, il n'est qu'un gamin d'innocent, une Erreur de jeunesse, mais n'empêche, Orianne le méprise et ne lui a pas accordé une seule marque d'affection. Will a souvent été son souffre-douleur, le coupable de tous ses maux, il s'est fait punir de trop nombreuses fois pour que ses punitions restent justes. De son côté, Will a peur d'Orianne, d'ailleurs, la première fois qu'il s'est retrouvé confronté à un Epouvantard, il avait pris l'apparence d'Orianne et de sa froide beauté. Will ne se doute pas de ses origines, puisque, pour que son père puisse le garder dans la famille, il a juré qu'il tairait l'épisode "Sinéad" et que tout le monde croirait qu'Orianne est la mère de Wilfried, pour ne pas entâcher la réputation de la famille. C'est à cause d'elle que Will a pris peur et qu'il a révélé ses dons magiques, ce qui a un peu apaisé le courroux d'Orianne à son égard. Si elle n'aime pas Will, elle chouchoute Melody et Petipa, les cadets de Will.
MELODY WELLINGTON Melody est actuellement en quatrième année, à Serpentard. C'est une petite peste prétentieuse et pourrie-gâtée, d'une beauté écoeurante, qui ne sait faire d'aucune preuve d'humilité. Si l'expérience de son demi-frère Will est trés limitée en matière de filles -La seule dont il est tombé amoureux ne semble même pas savoir qu'il existe-, Melody, elle, a eu plusieurs petits copains à son actif et elle ne cesse de s'en vanter. Melody, contrairement à son frère, n'a pas de trés bonnes notes, elle répugne à demander de l'aide à Wilfried, mais aller le voir reviendrait à admettre qu'il existe, et la plupart du temps elle préfère l'ignorer superbement, quitte à le renier. "Quoi? Tu es de la même famille que Wilfried Wellington"? A elle de répondre d'un air blasé "Des Wellington, il y en a à la pelle, c'est pas rare que deux personnes aient le même nom de famille sans qu'ils soient du même clan" mais qu'on ne s'y trompe pas. Will a le même nez que Melody, et la chevalière des Wellington à son majeur, tout comme elle.
PETIPA WELLINGTONPetipa est un sujet tabou chez Will. Son petit frère, âgé de 8 ans, ne peut être exposé à la lumière du jour, car atteint d'une maladie orpheline. Il est obligé de rester dans le noir(vive Les Autres xD). Will va souvent le voir alors qu'il est coupé du monde. A la maison, les ordres sont trés stricts: jamais les rideaux ouverts là ou Petipa est susceptible de se trouver, il faut s'assurer que la lumière ne filtre pas pour rentrer dans la pièce où il est. Si Melody évite d'aller voir Petipa, Will, lui, va le voir quasiment tout le temps quand il est à la maison, hors de Poudlard. Il joue avec lui, lui raconte des histoires ou lui joue du piano. Petipa aime beaucoup son grand-frère et rêve de lui ressembler, c'est son idole; bien que Will ne soit pas spécialement attaché à ce statut. Etre un modèle est fatiguant, et il doit faire attention à tout ce qu'il fait car Petipa va l'imiter. Petipa a la même fibre magique que ses frères et soeurs, bien qu'il ne pourra pas aller à Poudlard. Orianne a d'ores et déja engagé un percepteur personnel pour s'occuper de l'éducation magique de son fils. Will lui explique aussi certaines choses. Même si il l'adore, Will n'aime pas trop parler de Petipa aux autres, comme il n'aime pas parler de lui ou de sa famille en général. Une fois, par mégarde, Orianne a parlé de Petipa à une des connaissances de Will, et elle a su que ce dernier n'en a pas parlé. Il s'est fait drôlement enguirlandé, et Orianne, insidieusement, lui a demandé si il avait honte de son petit frère. Ce qui n'a fait que de renforcer la haine existant entre Will et Orianne.
AGATHA WESTON La vieille nounou de la fratrie. Elle est encore au service des Wellington et elle a toujours eu un faible pour Glenn, bien plus jeune qu'elle. Elle trouve les gamins adorables, et elle est au courant pour l'union illégitime entre Sinéad et Glenn. Elle était en train de faire le ménage dans la pièce où les Wellington discutaient, quand elle a appris le retour du fils prodigue, flanqué de son nouveau-né. Agatha a eu un enfant d'un Wellington, jadis, Keith, mais il n'a jamais fait partie des Wellington, se contentant d'être un Weston, un bâtard qui de plus est, le Wellington fautif, un frère d'Herbert, volage et infidèle, qui a engrossé Agatha. Les Wellington, influents, ont permis à Agatha et Keith de rester au domaine en échange de leur mutisme. Aujourd'hui, Keith est âgé de trente ans, et il est un sang-mêlé, apprenti médicomage.
HERBERT WELLINGTON Herbert est le patriarche de la famille, et c'est à lui que se tiennent toutes les décisions. Son influence s'étend non seulement sur la famille, mais aussi sur plusieurs autres familles de sorciers avec lesquelles il entretient de bonnes relations. Dans les premiers mois de la vie de Will, il était d'une importance capitale, puisque c'est lui qui a permis à ce qu'il reste dans la famille, et c'est lui qui a dit aux autres de l'accepter en tant que Wellington à part entière. Il a été conquis par la bouille du petit garçon, son petit-fils, malgré les bêtises de Glenn. Quand Will a grandi, il a appris son métier, Souffleur de verre, et il espère que Will reprenne l'entreprise familiale. Mais Will ne s'avère pas trés doué pour le métier, et il ne fait pas preuve d'un trés bon goût artistique, mais bon. Reste Petipa. Si il n'avait pas été allergique à la lumière du jour...
NIVEAU DES RICHESSES: Les Wellington sont trés riches. Herbert se débrouille entre son atelier, qui reçoit bon nombre de commandes pour des familles riches, Herbert qui fait des actions en bourse, Glenn, qui a pas mal truandé pour amasser d'autres richesses, et qui fait aussi des actions, Orianne qui a un sacré héritage du côté de sa famille...Bref, les Wellington ont beaucoup de ressources, un vaste domaine, des domestiques et ils se livrent à des loisirs de riches. Ils ont la fâcheuse manie d'étaler leur fric de manière ostentatoire. Ils ont un trés bon patrimoine qui se compte en tableaux, oeuvres d'art, statues et autres objets précieux. Le savoir-faire d'Herbert en tant que fileur de verre rapporte aussi beaucoup. L'argent n'est pas un problème chez eux, en fait, leur problème, ce sont les liens entre eux, quasiment effacés et trop formels.
EDUCATION: Chez les Wellington, on ne plaisante pas avec l'éducation. Celle de Wilfried, tout comme celle de Petipa ou celle de Melody a été supervisée par Orianne elle même, qui s'est chargée de tout. Surtout de leur faire lire la bible en long, en large et en travers. Les gosses ont trés peu eu le droit de jouer, sauf avec leur famille le dimanche, seul jour de repos toléré. Obligation de porter le chapelet, obligation de faire sa prière matin et soir, Orianne leur a bourré le crâne avec Dieu, l'Enfer, le Paradis, et le Purgatoire. Et tout le toutim. Will s'y est toujours plié sans rechigné. Il en a passé du temps dans la salle d'étude, espérant pouvoir lire un jour tous les livres de la bibliothèque familiale. Curieux, Wilfried s'est toujours intéressé à tout, et surtout, aux Moldus. Chose qui hérissait Orianne. Elle ne supportait pas de voir son fils s'intéresser à des futilités. Elle qui s'est toujours acharnée à dire que les Moldus étaient mauvais et nuisibles...Nada, Will n'a rien voulu savoir. Bref, Will avait un coup de fourchette quand il ne se tenait pas droit à table, il était puni si il mentait -du moins, si il ne disait pas ce qu'Orianne voulait entendre-, il a appris à se comporter de façon exemplaire pour les soirées mondaines. Jamais il ne fallait dire un mot plus haut que l'autre. Le dimanche, c'était la messe obligatoire pour tout le monde. Will n'était pas trés bien dans sa peau jusqu'à ce qu'il parte à Poudlard, où Orianne n'avait plus de contrôle sur sa vie.
AMIS: Aucun. Will a toujours été incapable de se faire des amis, de lier connaissance avc autrui, trop drapé dans sa timidité, son orgueil et sa réserve.
VIE FAMILIALE: Lugubre. Tel est l'adjectif qu'on pourrait utiliser pour décrire la vie familiale de Wilfried. Le petit garçon n'a jamais été avec sa famille, il a toujours été vu comme un paria ou confronté à une bande d'hypocrites qui disaient l'apprécier ou qui l'appelaient "mon petit" ou "gamin" alors qu'il voyait bien dans leurs yeux qu'ils mettaient volontairement de la distance entre lui et eux. Will n'est pas autorisé à appeler ses parents "papa" et "maman". Il doit les appeler "Père" et "Mère". Orianne ne l'a jamais serré dans ses bras, ni montré une marque quelconque d'attention. Glenn feint l'indifférence à chaque fois qu'Orianne est dans les parages, même si Will est tout ce qu'il lui reste de Sinéad. En général, Glenn éviite de regarder son fils, car à chaque vois qu'il le voit, il voit ELLE. Il reste passif dans l'éducation des enfants, et il ne proteste pas quand Orianne fait preuve d'un peu trop de fermeté. En fait, c'est Orianne qui commande, et elle ne laisse pas le choix. Néanmoins, comme tous les autres, elle se plie aux volontés d'Herbert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilfried I. E. Wellington
Serdaigle - 7eme Année
Serdaigle - 7eme Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : With her, somewhere you can't really guess.
Date d'inscription : 06/08/2008

Chroniques
Amour: Rebecca Stuart.
Relations:
Moral:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Mer 6 Aoû - 17:40

WOULD YOU BET THAY YOU COULD MANAGE
TO GUESS WHO I AM BY LOOKING IN MY EYES? SERIOUSLY?

-CARACTERE & CO-


CARACTERE:Wilfried pourrait parfaitement se fonder dans le décor sans captiver l'intérêt de quiconque, et pour cause. D'un naturel timide et discret, il se fond dans la masse sans aucun problème et on ne le remarque pas. Sa timidité excessive est source de problèmes relationnels, elle l'empêche de se lier avec autrui. Sa timidité peut parfois se faire passer pour de l'orgueil ou du snobisme, après tout, on ne sait jamais si Will choisit ses relations avec un peu trop d'exigence ou si il s'estime trop bien pour le commun des mortels. Il éprouve de grosses difficultés à faire les premiers pas, et il est incapable d'engager une conversation. Si on lui demande si il a l'heure, il renseigne, et point barre. Si on lui demande si ça va, il se contentera de répondre par oui ou par non sans s'étendre davantage sur la question. Il a tendance à répondre par monosyllabes et la plupart du temps il ne se montre pas trés loquace. Il est du genre à tourner autour du pot sans vraiment y être, si bien que pour certaines relations, elles restent en status quo bien longtemps avant que ça ne change. Cela, inévitablement, aboutit à rien du tout. Sa réserve peut lui être louable dans le sens où il ne cherche pas à se démarquer -dans le mauvais sens- de Monsieur X ou Mademoiselle Y, il n'est pas non plus du genre à fanfaronner ou de raconter des bobards. Will déteste être le centre de l'attention général, il ne participe jamais en cours, bien qu'il soit un excellent élève. Il évite de se mettre dans des situations qui pourraient le propulser sous le feu des projecteurs, mais son côté maladroit et gauche fait beaucoup parler de lui. En effet, Will est du genre à louper une marche, à se prendre une porte, à bousculer les gens -il ne fait jamais attention où il met les pieds, il a toujours l'air dans les nuages-, et il est tellement nul en potions qu'il s'est souvent fait remarquer, car dès qu'un chaudron explose, que quelque chose tombe ou qu'il y a une fumée âcre, ça vient forcément de sa table. Will est un abonné aux gaffes, il commet des impairs aussi vite que son ombre. Il regrette souvent d'avoir parlé trop vite. Si il fait des gaffes, en revanche, quand il s'agit de garder un secret, il est muet comme une tombe. Will est un vrai danger public, il attire les ennuis comme personne. Le sort a envie de s'acharner contre quelqu'un? Will est parfait, il fera l'affaire. Il se met aussi, involontairement, dans des situations pas possibles. De plus, Will est incapable de tenir quelque chose sans le faire tomber. Le plus souvent, quand des objets tombent pendant les cours, c'est Will le responsable. Et quand il porte des livres, ou d'autres choses du genre, parce qu'il n'a plus de place dans son sac, il les fait toujours tomber. Il a passé plus de temps à ramasser ses feuilles volantes et autres que n'importe quel autre élève.
Si Will est ordinairement franc et de bon conseil, il évite cependant de s'exprimer totalement, d'une parce que c'est dans sa nature, de deux, parce qu'il risque de blesser quelqu'un en se montrant trop franc, et ça, il préfère s'en passer. Il sait faire preuve de délicatesse, et il prend toujours des pincettes avant de faire un reproche. Il est du genre aussi à passer des semaines à s'excuser quand il bouscule ou tape par inadvertance quelqu'un. Sa discrétion lui a valu de ne pas se retrouver dans le colimateur de certains.
Will déteste les endroits trop bondés, sa tendance agoraphobe le pousse à se retrancher dans sa tour d'ivoire, de laquelle il ne sort presque jamais. D'où ce qu'on lui reproche, un orgueil fictif et un côté prince qui ne plaît pas forcément à tout le monde.Il aime l'isolement et la solitude, c'est d'ailleurs mieux pour écrire, encore et toujours, et aussi pour travailler son piano.
Malgré ses apparences un peu lisses, Will est sujet aux crises de colère, lesquelles peuvent être monumentales.Il se met en colère pour n'importe quoi, et il a les nerfs trés sensibles. Un rien est capable de lui faire avoir des excès de fureur, et il lui arrive souvent de taper du poing sur la table quand il n'est pas content. Quand cela arrive, tout le monde se retourne, et un air blasé plus tard, suivi de "c'est encore Wellington qui vient de péter un plomb...", Wilfried finit par quitter les lieux pour se calmer, laissant en plan ses affaires. Outre son caractère irritable, il a beaucoup d'ambitions,notamment celle de devenir Auror, malgré sa maladresse chronique. Après tout, la dextérité, ça se travaille, non? Les défis de ce genre ne font pas peur à Will qui est toujours prêt à les relever. Mais ne croyez pas qu'il est une tête brûlée...En fait, il préfère botter en touche dès qu'il en est encore temps. Il ne préfère pas se mettre dans des situations casse-gueule pour lui. Il n'est pas kamikaze, quand même!
Malgré que la plupart du temps, il n'est pas trés loquace, -il préfère la boucler plutôt que de proférer des âneries- il manie assez bien l'ironie et le sarcasme. Il ne peut s'empêcher de vanner, de casser les personnes qu'il n'aime pas et qui le lui rendent bien. D'ailleurs, entre Melody et lui, c'est une question de sarcasme, ils ne peuvent pas s'adresser la parole sans se sentir obligés de se casser l'un l'autre. Entre eux, les disputes, c'est souvent à grand renfort de discours verbeux et de grandiloquence, à croire que c'est un concours de style. Surtout qu'en plus il a tendance à théâtraliser les choses et à adopter ses grands airs. Mais bon, ça toujours été comme ça avec sa soeur.
Il a une certaine prédisposition aux complications, en effet, il se fait -presque comme un leitmotiv- un point d'honneur à compliquer les choses plus qu'elles ne le sont. Si bien qu'au bout d"un certain temps, ça fait comme un noeud Gordien, Will ne peut plus se défaire de certaines situations. Il est alors obligé de demander un coup de main à quelqu'un -quand c'est réparable- et son orgueil en prend un sacré coup.Mais la plupart du temps, Will a un peu du mal à faire face aux problèmes, le moindre d'entre eux est capable de le détruire, dans ces cas là, la carapace qu'il s'est construite autour de lui se lézarde de part en part.
Egal à lui même, magnanime, Wilfried a tendance à prendre les choses avec philosophie, il est en général trés optimiste, bien qu'il lui arrive de noircir le tableau, ce qui le rend plus à même de faire montre de cynisme.L'adolescent est d'un naturel joyeux et enjoué, c'est un rayon de soleil, dont peu profitent, malheureusement. Il ne trahira jamais un serment, pour lui, trahir, c'est mourir. Il est d'une loyauté sans faille et il est d'une fidélité exemplaire. Il est du genre à s'impliquer énormément dans ses relations, qu'elles soient amoureuses ou amicales. Il est parfaitement capable d'être fidèle à des morts. Le coeur peut être une faiblesse, il a une bonté d'âme qui laisse perplexe. Il est toujours prêt à donner un coup de main en cas de nécessité. Sa confiance est relativement dure à obtenir -il est trés méfiant, limite paranoïaque-, mais quand la personne l'a obtenue, elle l'a à vie. Bien sûr; Will n'est pas spécialement masochiste, si il s'aperçoit qu'il a été trompé ou qu'on s'est joué de lui, il peut la retirer à tout jamais. Eh oui, le jeune homme a non seulement sa fierté mais aussi il sait se montrer relativement rancunier. Quoiqu'il en soit, Will tient toujours ses promesses. Il ne triche pas, il est honnête et authentique. Sa franchise et son objectivité peuvent être d'un bon secours. Il est de ces personnes à qui on peut vouer une confiance absolue et aveugle, il a le sens des responsabilités et du sacrifice. Il emportera certains secrets jusque dans la tombe.
Will ne prend pas d'engagements à la légère. Il préfère se montrer prudent, ne jamais émettre de conclusions hâtives ou se faire de faux espoirs. Il est du genre à gamberger pendant des plombes avant de prendre une décision, si bien qu'à force de réfléchir, il laisse souvent les occasions passer et il s'en mord les doigts après.
Pour renforcer son côté "intrus" chez les Wellington, Will a le coeur sur la main. Il donne sans compter, aidant les gens quand ils en ont besoin. Il se met en quatre pour aider les autres, parfois en s'oubliant lui même. Eh oui, tout occupé à essayer de faire plaisir aux autres, Wilfried oublie parfois ses propres désirs.
Malgré une façade plutôt orgueilleuse et hautaine, Wilfried a peu confiance en ses choix et en lui même en général. Il préférera oublier les désirs qui selon lui n'ont pas la moindre chance de se réaliser, quitte à souffrir énormément. Et oui, Will souffre énormément, son coeur est souvent réduit en bouillie. Quand je disais que c'était une de ses principales faiblesses.Il souffre parfois de sa solitude, de ne pas avoir un ami à qui se confier. Il souffre aussi parce que la fille dont il est tombé amoureux ne sait pas qu'il existe et qu'elle s'intéresse à un autre. Il souffre de voir Petipa dans cet état, il souffre de voir sa famille lui manifester aussi peu d'intérêt. Mais ça, il le cache, personne n'est censé le deviner. Un sourire qui sonne parfois faux, ses sentiments sont vite occultés derrière la lueur malicieuse de son regard vert. Il a également trop tendance à vouloir protéger ses proches, il peut être collant au possible quand il s'y met. Mais il n'en est pas moins attachant, son caractère, sa personnalité, ses goûts, c'est à prendre ou à laisser, jamais il ne se fera passer pour une girouette ou un indécis, il n'aime pas non plus se mentir à lui même comme mentir aux autres en se montrant hypocrite ou en mettant un masque qui ne lui ressemble pas. On peut lire en lui comme dans un livre ouvert, il est trés proche de ses émotions, il les laisse s'exprimer sans honte et sans tabou, c'est quelqu'un de trés sensible et surtout, qui a un coeur en or.
En amitié comme en amour, Will est fidèle à la vie, à la mort. C'est une épaule sur laquelle on peut pleurer, il se prête volontiers aux confidences. Même si il ne trouvera pas forcément les mots pour rassurer, consoler, il peut au moins tendre un mouchoir. Il sait dans ces cas là se montrer rassurant et trés patient. Il sait faire preuve d'une sincérité pouvant être déconcertante. Il sait également se montrer affectueux et chaleureux. Will est quelqu'un de trés humain, dans ce sens.Il sait également faire preuve de beaucoup de tact, car il sait que trop bien que toutes les vérités ne sont pas toujours bonnes à dire, ni même à entendre.
Cependant, il n'en est pas une bonne poire pour autant, ceux qui cherchentà l'avoir à la déloyale doivent se lever tôt. Will est d'un naturel trés méfiant, sa confiance est trés difficile à gagner. Il est également trés difficile à apprivoiser, à comprendre. Il déteste les coups de poignard dans le dos, pour lui, c'est la pire des ignominies.
Will n'est pas franchement courageux, ni tête brûlée. En fait, il a un bon instinct de survie et il évite autant que possible de se retrouver confronté au danger. Chevaleresque, il n'hésitera pas une seule seconde à se plonger dans la bataille pour sauver l'honneur d'une personne qui lui tient à coeur, il serait même prêt à vendre son âme au diable pour sauver la vie d'un proche.Il abhorre la lâcheté, qui est, selon lui, l'une des pires choses qui puissent exister. Il est farouchement contre tout ce qu'il peut avoir de mal dans ce monde, et il souhaite vraiment s'impliquer pour que les générations futures vivent dans un monde beaucoup moins noir. Il déteste la violence, et rien que l'idée d'y avoir recours l'écoeure. Pour lui, il n'y a pas meilleur moyen que la négociation et rester pacifiques pour régler un conflit, prendre les armes ne sert qu'à envenimer les choses.
Enfin, Wilfried est capable d'aimer entièrement, démesurément, inconditionnellement. Si c'est valable pour l'amour, c'est aussi valable pour la haine. Il vaut mieux donc être dans ses bonnes grâces que d'être sur la liste noire.

QUALITES: Franc, prudent, intelligent, loyal, fidèle, studieux, ouvert d'esprit, tolérant, altrusite, généreux, intuitif, cultivé, à l'écoute, poli, respectueux, responsable, indépendant, volontaire, magnanime, philosophe, artiste
DEFAUTS: Trop émotif, timide, peu sociable, colérique, lunatique, parfois collant et étouffant, trop protecteur, trop méfiant, élitiste, gaffeur, parfois possessif, parfois ingénu, étale son fric comme le restant de la famille, orgueilleux, parfois hautain.


Dernière édition par Wilfried I. E. Wellington le Ven 8 Aoû - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilfried I. E. Wellington
Serdaigle - 7eme Année
Serdaigle - 7eme Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : With her, somewhere you can't really guess.
Date d'inscription : 06/08/2008

Chroniques
Amour: Rebecca Stuart.
Relations:
Moral:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Mer 6 Aoû - 19:16

PORTRAIT MORAL:Will est trés respectable et ce à bien des égards. Malgré son goût prononcé pour le luxe et ses possessions hors de prix, il ne rechignera jamais à les partager avec un autre plus pauvre, car il trouve que si on a les moyens, on a le pouvoir d'agir contre tout ça, et puis, s'en priver, ça serait vraiment dommage. Mais ça ne veut pas dire qu'il veuille se séparer de son précieux univers. Non, Will aime vivre dans le confort et l'opulence. Il a grandi avec cette perspective là, et pour cela, il partage les goûts -tordus- des Wellington. Mais mentalement, moralement, il n'est pas comme eux. Si un Wellington est par nature malhonnête, n'hésitant pas à truander, Will ne volera jamais aux autres, sinon pour jouer les Robin des Bois, voler aux riches pour donner aux pauvres. Si un Wellington sait mentir, pour Wilfried, c'est "Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer". C'est d'ailleurs sa devise, et ce qu'il dit le plus souvent qui de plus est. Si les Wellington préfèrent s'en prendre à quelqu'un de plus faible, Will préférera se battre avec quelqu'un à armes égales. Will ne trompera pas, ne se jouera pas d'autrui, et donnera sans compter.
La guerre Bien/Mal le dépasse un peu, pour lui, ce ne sont que deux concepts bien manichéens pour expliciter quelque chose de bien plus complexe, de bien plus nuancé. Il n'y a pas de gens trop bien, ni de gens trop mauvais. Il y a du bien dans le mal, et du mal dans le bien. De toutes façons, l'un ne peut exister si l'autre n'existe pas non plus. Mais il réprouve fortement les actes des Mangemorts, et quand il voit les assassinats arbitraires, que les Mangemorts s'en prennent aux Moldus, son choix est tout fait. Il sera Auror, et se battra contre tout ça, dans l'espoir certes un peu mégalo de voir un monde meilleur, mais il apportera tout de même sa pierre à l'édifice, et puis, les petits ruisseaux font les grandes rivières, dit-on. Il sera dans le camp du bien de A à Z, sans qu'il ne retourne sa veste un jour ou l'autre. Quitte à risquer sa propre vie, il se rangera du côté des Justes.
Cette vision des choses peut être un brin idéaliste quand on y pense, mais oui, Wilfried est un grand idéaliste. Epris de liberté, détestant l'oppression, il détestera forcément le régime autoritaire mis en place par Majandra, et s'impliquera dans toute action "rebelle", visant à renverser la directrice tant honnie. Mais Orianne, connaissant cet aspect là de la personnalité de Wilfried, lui a fortement conseillé de se tenir à carreaux et de ne pas faire de vagues, et de ne surtout pas se mettre à dos les Mangemorts, pour ne pas détruire tout ce qu'on pu faire les Wellington avant sa naissance, sinon il aura affaire à elle. C'est d'ailleurs la seule chose pour laquelle Will va n'en faire qu'à sa tête.
Il rêve d'un monde sans violence, pacifique, mais il sait bien que c'est impossible. Son cadeau idéal serait ce monde, mais comme son nom l'indique, c'est un idéal. Et pas forcément réalisable. Qu'importe, Will persiste à croire en cette chimère, et apportera sa contribution quand à sa réalisation.
Mais avant, il faut passer outre les préjugés, et dire qu'il y a encore pas mal de boulot. Contrairement à d'autres sorciers, Will dépasse les préjugés contre les Moldus et les nés de Moldus. Sa fascination pour les personnes non-magiques dépasse sa famille, qui trouve que c'est inutile de s'intéresser à ça. Will suivait l'étude des Moldus jusqu'à ce que cette matière ne soit supprimée pour cette année scolaire. Contrairement à sa famille, il est trés au courant de ce qui se fait dans l'Autre Monde.
En parlant de préjugés, Will ne s'y fie absolument pas, il préfère constater la chose de visu plutôt que de se fier aux rumeurs. Vous l'aurez compris, il ne constitue pas un bon client pour les racontards en tout genre.
Question philosophie, il se situe plus dans le camp des Nietschéens, bien qu'il ait quelques tendances marxistes. Par contre, il trouve que Freud, ce n'est que de la pure connerie. Côté mode de vie, il est plutôt eudémoniste qu'épicurien, mais c'est peut être dû à ses influence catholiques, il préfère avoir une vie de labeur pour avoir le salut et vivre dans la plénitude pour l'éternité.
Non content d'être juste et généreux, Will est également tolérant, il fréquente tout le monde sans se soucier d'une origine ethnique, sociale ou "de sang". En parlant de la pureté du sang, il s'en moque totalement. Ce n'est ni plus, ni moins qu'un concept de plus, et franchement injustifié. qu'est ce que ça peut foutre qu'on soit un prétendu sang pur ou un né de Moldus? Will ne fait pas trés bien la distinction. Un sorcier reste un sorcier, à Poudlard, ils enseignent la même magie, pour tout le monde. Si il y en a un qui se plante, eh bien, mettez ça sur le compte de l'ignorance et non sur le fait qu'il soit un né de Moldus ou non. Et puis, il trouve que les mariages arrangés entre personnes de sang-pur afin de prepétrer l'espèce et de conserver la pureté de la lignée est une aberration, purement et simplement. Il a fait une drôle de tête quand on a présenté à Melody son fiancé, un type plus vieux qu'elle, et riche, trés riche. Will en a été outré. Il veut avoir le choix de sa future épouse, épouser une fille qu'il serait susceptible d'aimer, pour toujours. Après tout, c'est pas super de passer le restant de sa vie avec quelqu'un qu'on a pas choisi. Bref, il semblerait qu'un tel projet n'ait pas été fait pour Will, qui est soulagé de ne pas avoir de fiancée désignée volontaire.
Question religion, Will est catholique. L'éducation, vous comprenez? Il croit en Dieu, au Paradis, à l'Enfer, et au Purgatoire. Par contre, il ne croit pas à ce qui est écrit dans la Bible, c'est trop farfelu pour être vrai, d'ailleurs, le monde ne s'est pas fait en sept jours. Si par hasard on venait à demander à Will "à ton avis, tu penses aller où à ta mort?", Will serait tenté de répondre "Dans ma tombe pourquoi, où tu veux que j'aille d'autre?" mais il répondra "bah. J'en sais rien. Où Dieu jugera bon de m'envoyer.". Il ajoute avec humour qu'il se verrait bien à la droite de Dieu, que ça serait largement mérité, mais à dire vrai, avoir sa place au Paradis n'est pas sa motivation première pour faire le bien, il est comme ça, c'est inné chez lui, il le fait pour lui, pour les autres, et non pas pour les quelques bénéfices dont il pourrait tirer de ses bonnes actions, et surtout pas pour la reconnaissance d'autrui.

GOUTS: MUSIQUE En musique, Will aime non seulement la musique classique -quoi de plus étonnant pour un pianiste- Ses morceaux préférés sont La Moldau, de Smetana, et Le Canon de Pachelbel, ce sont d'ailleurs les seuls morceaux qu'il joue trés bien, qu'il connaît trés bien. Sinon, pour écouter, il aime bien Wagner, Bethoven, Strauss, Mozart, Ravel, Brahms, Schubert...Son style, ce n'est pas le classique, mais plutôt ceux qu'on appelle les "romantiques". en dehors de la musique classique, Will aime beaucoup le rock. Citons pêle mêle les Beatles, les Scorpions, Telephone, Styx, les Sex Pistols, Coldplay, The Cranberries, AC/DC, The Eagles, Dire Straits, Trust, Van Halen, Nirvana, Pink Floyd, Led Zeppelin, il tolère Metallica et Bullet For My Valentine. En revanche, il déteste le rap, le rock d'aujourd'hui, trop commercial, le metal, qu'il juge trop violent, la techno et le disco. DIVERS Will aime la solitude. Si certains se morfondent dans la solitude, ce n'est pas le cas de Will qui semble s'y complaire. N'ayant pas vraiment l'esprit de groupe, il préférera rester seul plutôt que d'intégrer une bande. Il aime aussi les ballades à cheval, la lecture, le théâtre, le piano, mais aussi...le golf. Voilà à quoi il passe ses vacances, à jouer au golf avec ses oncles,tantes, cousins et cousines. Et sa soeur, bien évidemment. Autrement, il aime bien le Quidditch, bien qu'il soit particulièrement nul et qu'il ait le vertige. D'un point de vue matériel, Will préférera les choses coûteuses et précieuses, que ce soit pour les vêtements ou les possessions diverses, si bien que si il revendait tout ce qu'il avait, il récolterait une somme d'argent astronomique. Will aime le luxe et il ne s'en cache pas, après tout, il a tendance à étaler son fric. On devine au premier coup d'oeil qu'il fait partie d'une famille de riches, ce dont il est particulièrement fier. Mais riche ne va pas forcément de pair avec maniaque, puisque Will affectionne le bazar. Bordélique, il a tendance à ne plus savoir où sont ses affaires et il passe son temps à les chercher. Mais quand on dit à Wilfried qu'il est bordélique, il répond faussement vexé qu'il s'agit d'un bazar organisé. En cours, Will apprécie particulièrement l'astronomie, qui le laisse rêveur, les soins aux créatures magiques, l'étude des Moldus quand c'était encore enseigné, la divination et l'Arithmancie.
DEGOUTSOrianne, Souffrance, hypocrisie, faux semblants, lâcheté, injustice, guerre, mal...Si on prenait la peine de décrire ce que Will déteste, on n'aurait pas fini. Will déteste l'indifférence de sa famille à son égard, il déteste que ce soit Petipa qui soit malade, il déteste ses problèmes de santé, il déteste les Mangemorts, le metal, l'ordre, les maniaques fous furieux. Il déteste Poudlard, où il ne sent plus comme chez lui. Il déteste Majandra, il déteste Ulrich Von Einhauer, qu'il juge trop exhubérant, trop con aussi, et trop fanfaron. Il déteste certains Serpentards, il déteste les Je-Sais-Tout-Mieux-Que-Tout-Le-Monde, les débiles, les dictateurs, les gens acariâtres et ne faisant montre d'aucune amabilité, la foule, le tapage, les fêtes, la foule encore, les insectes, surtout les abeilles, dont il est allergique aux piqûres, il déteste le comportement de Melody envers Petipa et lui, il déteste le côté passif de son père, les invités que les Wellington reçoivent, les soirées mondaines, hypocrites à souhait, la violence gratuite, la provocation, Les "tous contre uns", ceux qui mettent le bazar en classe, les professeurs trop stricts, les fayots, son prénom, qu'on l'appelle Willy. Côté cours, il déteste les potions, matière dans laquelle il est particulièrement nul, l'histoire de la Magie, trop chiante, et la Botanique, suite à un douloureux souvenir de plantes qui mordent.
HOBBYS:
CHEVAL & CO: Les Wellington possèdent une écurie avec plusieurs chevaux. Le préféré de Will est un mâle à la robe blanche, trés rapide. Will, quand il ne travaille pas son piano, et quand il n'est pas avec Petipa, passe beaucoup de temps avec les chevaux. Il disparaît parfois une journée entière, seul, sans prévenir personne, il prend juste un cheval à l'écurie, des provisions, et il va se promener dans les Highlands d'Ecosse, au grand galop.
SPORTS: Will pratique plusieurs sports typiquement brittish, comme le cricket, par exemple, mais il modère, à cause de son asthme et de ses problèmes respiratoires. Il aime aussi le base ball, le football gaélique, le hurling. Il aime aussi les sports plus tranquiles, comme le golf, petite lubie que sa famille a eue cinq ans auparavant. Question sports sorciers, il aime beaucoup regarder les matchs de Quidditch, mais son côté danger public fait qu'il n'a pas sa place dans une équipe, par sollicitude envers ses partenaires de jeu et ses adversaires.
POESIE ET THEATRE: Will aime beaucoup la poésie et le théâtre. La poésie, Will aime autant l'écrire que la lire. Ses auteurs préférés sont Charles Baudelaire, Guillaume Apollinaire, Allan Edgar Poe ainsi que Paul Verlaine. Il aime les écrits mélancoliques, et ses propres vers dénotent cette mélancolie dans laquelle il se complaît. L'adolescent a toujours aimé écrire, et question poésie, il préfère écrire les distiques, ces poèmes de deux vers, mais il essaie de varier, et il s'essaie au haïku. Vous savez, ces petits poèmes japonais écrits sur des vers de 5, 7 et 5 pieds, qui parlent souvent de petites choses insignifiantes, écrites sur un instant présent, sans être nécessairement être retravaillés. Mais Will trouve qu'ils sont assez difficiles à écrire. Il préfère en fait les sonnets, beaucoup plus académiques, certes, mais plus simples à écrire. Il s'essaie aux Alexandrins, mais ça n'est pas évident, et il envie Victor Hugo qui était un maître en la matière.Généralement, il s'en tient aux Octosyllabes et aux décasyllabes, plus faciles à composer, mais tellement moins nobles. Ses écrits, la plupart du temps, parlent d'amour déçu, de mélancolie, de désillusion, tous inspirés par la fille dont il est, par le plus grand des hasards, tombé amoureux six ans auparavant.
Côté théâtre, il est amateur de grandes tragédies, surtout les Shakespeare dont il connaît des passages entiers. Il a tendance à ponctuer ses propos par une série de vers choisis à cette attention, tirées de ses oeuvres favorites. Will adore lire, et il s'intéresse à tout, que ce soit les manuels Moldus traitant de technologie, de mécanique ou autre, mais aussi les livres d'astrophysique, d'histoire -surtout la Renaissance-, d'art, de littérature classique, de philosophie, mais aussi la poésie et les mythes et légendes.

LE PIANO: La grande passion de la vie de Wilfried, c'est le piano. Il en joue depuis qu'il a quatre ans environ, et il se débrouille plutôt bien, n'étant qu'un simple amateur et non un virtuose. Il joue avec passion, et avec son coeur. La mélodie transcende ses émotions, et quand il est plongé dans sa musique, il entre dans une sorte de transe, faisant abstraction de tout ce qui l'entoure. C'est le seul endroit où il se sent bien. Il commence à écrire ses mélodies, et elles sont tantôt sautillantes et joyeuses, tantôt tristes à pleurer, mais toujours inspirées par la même personne, la même fille. Il a besoin de jouer comme il a besoin de manger et de boire pour vivre, c'est son oxygène, son moyen d'évasion, sa façon à lui de combattre la morosité. L'en priver, ça reviendrait à priver un oiseau de ses ailes=impensable. Depuis qu'il a trouvé la salle sur demande, il y passe énormément de temps à jouer du piano, jusqu'à des heures pas toujours décentes du point de vue du couvre-feu.
JEUX DE SOCIETE: Will aime beaucoup jouer à la bataille explosive, aux échecs version sorcier comme moldu -il est trés bon aux échecs- ou encore il aime jouer au poker. Il ne triche jamais quand il joue aux jeux de société, et il n'est pas un mauvais perdant. En revanche, il déteste le Monopoly, qu'il trouvé débile, et les petits chevaux, encore plus débile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilfried I. E. Wellington
Serdaigle - 7eme Année
Serdaigle - 7eme Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : With her, somewhere you can't really guess.
Date d'inscription : 06/08/2008

Chroniques
Amour: Rebecca Stuart.
Relations:
Moral:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Ven 8 Aoû - 16:29

FORCES: Will est un élève modèle, un exemple à suivre. Il a une vie parfaitement saine, n'a jamais fumé, ni bu une goutte d'alcool. Il vaudrait mieux qu'il prenne soin de sa santé qui est déja bien médiocre. Studieux, attentif en classe, il est capable de restituer une connaissance sans se tromper, ce qu'il fait qu'en classe, il a toujours d'excellentes notes et il se trouve dans le peloton de tête, bien qu'il ne participe pas. Sa discrétion peut aussi servir pour des missions d'espionnage, c'est un point non négligeable surtout quand on souhaite être Auror. Il sait botter en touche dès qu'il le faut, et de se replier plutôt que d'aller droit vers le suicide. Son tact et sa délicatesse sont des points non négligeables, et peuvent limiter bien des bévues et des malentendus.
FAIBLESSES: Quoiqu'il en dise, quoiqu'il puisse faire pour prouver le contraire, Will est fragile, pareil à du verre. Au sens propre comme au sens figuré, il se brise au moindre choc, en mille morceaux. Sa santé est vraiment ce qui a de plus désastreux chez lui, et pour cause. Non seulement il est asthmatique, donc il doit pas mal modérer sur tout ce qui est sport, non seulement il est atteint d'une maladresse chronique qui font de lui un vrai danger public, mais en plus, il a une fichue maladie respiratoire qui ne lui rend pas la vie facile tous les jours. Will a l'air faible, malade, d'accord, ce n'est pas une nouveauté. Mais il cache ce dont il souffre, personne ne le sait à Poudlard, hormis l'infirmière -c'est un abonné de l'infirmerie, bien qu'il n'aime pas spécialement fréquenter cet endroit, car c'est généralement trés mauvais signe quand il y va- et sa soeur, qui, elle, s'en fiche royalement. Il arrive souvent à Will d'ironiser sur son sort, en disant qu'il va mourir jeune, et quand il écrit quelque chose et que quelqu'un lui demande quoi, il ne peut s'empêcher de répondre méchemment "mon testament...". Bref, le pire, pour lui, serait que ça se sache, et il fait tout pour qu'on ne le remarque pas. Il est essoufflé rien qu'en montant les escaliers, le moindre effort le "tue", selon ses dires -il dramatise trop parfois, malgré son optimisme habituel-. Sinon, Will ne sait pas nager, il n'a jamais non plus cherché à apprendre, il préfère rester loin des grandes étendues d'eau, puis la nage, c'est beaucoup trop physique. Il tombe trés souvent malade, et chaque truc "banal" pour les autres peut vite dégénérer en quelque chose de plus grave. En parlant de ses peurs, il y a celle des abeilles -leurs piqûres peuvent être dangereuses pour lui- et son épouvantard prendra la forme d'un essaim d'abeilles. Hormis ces fichues abeilles, il ne craint pas les autres insectes. Il refuse aussi de s'approcher du bord quand il est trop près du vide. Il a le vertige, et il a bien du mal à s'en débarrasser. Mis à part ça, Will n'a pas peur de grand chose, après tout, c'est un Wellington. -ce qu'il répond quand on lui demande si il a peur- Dernière faiblesse, le coeur. Hé oui, on peut facilement l'amadouer -a condition qu'il ait confiance, bien sûr-, il ne sait pas vraiment dire "non", compte tenu de sa générosité d'âme assez surprenante. Jouer avec ses sentiments est d'une facilité déconcertante. Mais ça ne l'empêche pas, par ailleurs, de faire sa tête de mule quand il en a l'occasion.

LOOK AT ME. WHAT DO YOU SEE? DO I LOOK DANGEROUS OR DO I LOOK...SOMEWHAT ESLE?
-APPARENCE-


PHYSIQUE: Will n'a absolument rien de Glenn, d'Orianne ou même, de Melody ou de Petipa. En fait, il ressemble surtout à Sinéad. Will est grand et élancé, il mesure environ 1m85 pour 70 kilos tout mouillé, il est longiligne et il a souvent l'air guindé, mal à l'aise. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir une silhouette svelte et relativement grâcieuse, pour un garçon. Il a toujours l'air classe et distingué, loin du style "gros bourrin" ou pachyderme, bien qu'il soit un peu maigre. Cependant, ses épaules commencent tout juste à se carrer, son dos est droit comme un I, il a un maintien altier, à croire qu'il se prend pour un prince. Will a une peau d'un blanc laiteux, le visage fantômatique tellement il est blême, le teint légèrement jaunâtre, bien que cela ne soit pas super dramatique. Sa blancheur est encore plus flagrante quand on voit les veines bleues de ses poignets affleurer à la surface avec netteté. Cependant, sa peau laiteuse lui donne un certain charme, spécial, certes, pas aux goûts de tout le monde, certes, mais un charme quand même, à prendre ou à laisser. Il a toujours trés peu de couleurs, c'est comme si toute trace de vie avait quitté son visage, comme si son sang s'était figé dans ses veines. Il rougit rarement, sauf quand il est vraiment embarrassé, à la limite, il devient légèrement rose, surtout quand il est joyeux et enthousiaste. Will donne toujours l'impression d'avoir été taillé dans du marbre, bien que sa peau, chaude et agréable au toucher, prouve qu'il est bel et bien humain, et bien vivant. La plupart du temps, son visage reste dénué de toute expression, mais il lui arrive souvent d'arborer un sourire jusqu'aux oreilles, chaleureux et positif qui est capable de réchauffer les coeurs. Sa carnation de peau, il la doit à sa mère, Sinéad, qui était une rousse aux yeux clairs, et à la peau trés pâle. Le cliché Irlandais, et pour cause. Sinéad est d'origine Irlandaise. Comme elle, Wilfried a des tâches de rousseur sur le nez, mais trés pâles , qui ne sont visibles que quand on le regarde vraiment de trés près. De sa mère aussi, il tient ses cheveux blond vénitien, tirant sur le châtain clair. Ses méches, parfois un peu longues, parfois courtes, selon ses humeurs, sont en bataille et toujours en désordre. Au moindre coup de vent, il se retrouve ébouriffé, réduisant à néant les minutes galères passées devant le miroir à ajuster ses cheveux correctement, mais ces derniers n'en font qu'à leur tête. Résultat, ils refusent obstinément de se coiffer comme Will le souhaite, et chaque matin, dompter sa tignasse devient un vrai cauchemar. Des fois, il y a encore plus d'épis et de mèches rebelles qu'avant, si bien qu'il finit par abandonner au bout d'un moment, et ça ne lui va pas si mal que ça, à dire vrai. Juste qu'il aurait tellement gagné à être mieux coiffé, surtout quand on surprend le regard d'Orianne quand ce dernier se pose sur le Serdaigle. On, voit clairement qu'Orianne rejette la furieuse envie de prendre une paire de ciseaux et de tout couper, histoire de faire disparaître cet ourtage à la décence qu'est la chevelure de son beau-fils.
Will a également les yeux de Sinéad, ces grandes billes d'un vert anis, qui lui donnent un air innocent et vraiment craquant. Ses yeux sont entourés de cils bruns un peu trop longs à son goût, et ils passent, variablement, du vert pomme au vert sapin selon ses humeurs et les ombres qui pourraient obscurcir son regard clair. La plupart du temps, ses yeux arborent cette éternelle lueur malicieuse et légèrement narquoise. Son regard est vif, curieux, intéressé, inquisiteur et plein de vie, l'insouciance et l'optimisme qu'il y a dedans lui donnent un air un peu gamin. De son enfance, il subsiste dans cet océan anis les mêmes étoiles qu'il avait dans les yeux quand son grand père -appelé Grandpa- lui racontait des histoires, et c'est cette même lueur qui reste aujourd'hui quand il écoute un récit qui le captive. En grandissant, son regard a gagné en maturité, il a moins l'air d'un gamin, son regard est plus profond, plus hypnotique, surtout quand il lui prend soudainement l'idée de regarder quelqu'un droit dans les yeux. D'ailleurs, quand il fait cela, il a toujours un air perplexe et pensif, comme si il cherchait à connaître les gens en les scrutant dans les tréfonds de leur âme, en leur jetant un regard analytique qui déconcerte bien souvent. Il lui suffit aussi d'un regard espiègle et mignon pour qu'on lui accorde tout ce qu'il veut, alliant innocence et persuasion. Difficile de résister dans ces cas là.
Son regard est tellement expressif qu'on peut lire en lui comme dans un livre ouvert. Si son visage sait rester de marbre et parfaitement fermé au monde extérieur, il y a toujours quelque chose dans son regard qui le trahira, comme un éclat de colère ou une lueur amusée. Comme une illustration parfaite de son caractère versatile et changeant, son regard peut être tantôt froid et dur, dissuadant quiconque de l'approcher, tantôt enjôleur et séduisant, réchauffant le coeur. Quoiqu'il en soit, ses yeux verts sont ce qui se remarque le plus chez lui, hormis peut être ses cheveux roux et son teint pâle à l'extrême. Se fier au regard de Will est plus fiable que de se fier à l'expression de son visage, par le premier, on est capable de diagnostiquer son moral.
Will a un nez droit et fin, bien au milieu du visage, légèrement aquilin. C'est ce que Will déteste le plus dans son physique, malgré qu'il ait le nez des Wellington, nez qu'ont Glenn, Petipa et Melody également.
Autre chose qui se remarque aussi chez Will, c'est son sourire, ou encore ses moues. Will a une bouche fine, légèrement rouge, toujours étirée en un sourire en coin légèrement narquois ou une moue boudeuse. Elles deviennent bleues quand il a trop froid -ou violacées, ce qui revient parfaitement au même-. Quand il se met en pétard, Will a les joues légèrement roses, le contour des lèvres livide, tellement il les pince. Ses lèvres dissimulent une dentition régulière acquise au terme de deux ans à porter un appareil dentaire -comme la plupart des adolescents, en fait- pour remettre en place des dents plutôt proéminentes et en désordre. Autre particularité, il a la première incisive fêlée, vestige d'une chute sur une marche d'escalier -qu'il a bouffée tête la première-. C'est la seule trace de violence visible sur un corps dépourvu d'ecchymoses, de cicatrices ou autres lésions. Ca lui donne un sourire particulier, mais qui reste toutefois mignon. Mignon tout comme ses airs boudeurs, ses moues amusées ou narquoises, qui lui donnent un petit air enfantin.
Au menton, Will a une fossette, à l'instar des autres Wellington. Cette fossette là, ils la doivent à Martha, l'épouse d'Herbert, décédée il y a plusieurs années, bien avant la naissance de Will. Elle est davantage apparente quand il sourit. Il a aussi le même menton fuyant, les mâchoires carrées, les pomettes hautes et le visage légèrement anguleux, qui ne manque cependant pas de douceur et d'harmonie, tout en lui donnant un air fier. Cette fierté est d'autant plus accentuée qu'il a un port de tête altier, le front droit et fier, le dos tout aussi droit, la silhouette gracile et la taille, qui le rend assez imposant.
Will n'est pas particulièrement sportif. D'ailleurs, il est assez maigre, et on se demande comment il peut encore tenir debout, surtout qu'en ce moment il est dans sa sale période, c'est à dire qu'il a rechuté dans sa maladie, alors qu'il avait connu un moment de répit. Il a des cernes violets sous les yeux, et im manque cruellement de sommeil. Will dort pratiquement en cours, incapable de rester éveillé, la tête lui bourdonne trop facilement et toute cette agitation lui tourne sur le coeur.
Il s'appuie souvent sur ses coudes pointus -Petipa, en rigolant, dit qu'il est "armé", c'est bien pratique pour flanquer un coup dans les côtes pour faire mal intentionnellement-, qui se prolongent sur des bras fermes, couverts d'un fin duvet blond et d'une peau pâle, et finissent par se terminer en de grandes mains pourvues de longs doigts fins et blafards, des mains de pianiste, dont les doigts sont souvent décorés de pansements et autres soins d'appoint, car il se fait souvent pincer par le bec de son hibou et ses serres lui lacèrent souvent les doigts, car l'animal est particulièrement hargneux. Sa maladresse chronique est aussi responsable de tous ces rafistolages, il n'est pas rare qu'il se coupe en cours de potions ou alors qu'il se coupe sur ses couverts à table. Fichue inattention, un jour, elle lui sera fatale. Ses ongles sont abîmés, rongés parfois vraiment beaucoup, il a les petites peaux autour arrachées, ce qui forme souvent des croûtes rouges et douloureuses. Quand on regarde de vraiment trés près, on peut voir des petites tâches blanches sur ses ongles, signe qu'il manque de magnésium.
Ce n'est peut être pas vraiment une caractéristique physique, mais il est toujours utile de le préciser, la voix de Will est basse, douce et chaleureuse, qui met en confiance, qui rassure. Son rire est clair et expressif, d'ailleurs, quand il se met à rire, tout le monde se retourne sur lui tellement il n'est pas discret.

ACCESSOIRES, ORNEMENTS & AUTRES: Tout comme sa tenue vestimentaire, Will est trés sobre également question accessoires. Il ne porte qu'une chevalière -en argent, bien qu'un peu terne- au majeur droit, la même que celle que portent les autres membres de sa famille. Au poignet, il n'a qu'un petit bracelet en coton, bleu et blanc, aux couleurs un peu passées, trés fin et pas voyant du tout, un peu usé,fait par sa soeur Melody -le seul truc qu'elle ne lui a jamais offert- et qu'il a depuis cinq ans maintenant. Au moment où Melody l'a noué au poignet, il a fait un voeu pour chacun des noeuds -comme l'exige la tradition-. Ces voeux se réaliseront dès que le bracelet se rompra de lui même. Il a aussi un pendentif -un Triskell (symbole qui, selon le sens des boucles le terminant, peut être soit signe de protection, soit signe de malédiction, il est clair que celui de Will est signe de protection) au bout d'un cordon noir, tout ce qu'il y a de plus basique. Dans le temps, Will avait un chapelet -mais celui ci a disparu au fond d'une poche, même si il le garde constamment sur lui-. Il n'a ni tatouage, ni piercing, il trouve ça carrément nul et en plus, c'est d'un mauvais goût...Dans les poches du Serdaigle, il y a toujours tout un bric-à-brac, et des plus surprenants. Cela peut aller pêle mêle à des vieilles pièces de monnaie -Moldues-, des trombones, un sachet de violettes -son péché mignon-, un paquet de mouchoirs, un vieux bouton de manchette, des vieux boutons provenant d'une telle chemise, qu'il a perdus et jamais recousus, une feuille de parchemin chiffonnée, sur laquelle figure un début de partition pour le piano, des plumes cassées et froissées, des clés, la vieille clé de la boîte de Petipa, des pansements encore dans leur emballage, pour après ses visites à la volière, des pastilles au miel pour la gorge, la fidèle ventoline, bien sûr, un briquet, mais qui ne sert jamais, sa baguette magique, toujours dissimulée dans une manche -on ne sait jamais, hein-, des sucreries, et plein d'autres choses du style, c'est fou le bazar qu'il peut y avoir dans ses poches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilfried I. E. Wellington
Serdaigle - 7eme Année
Serdaigle - 7eme Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : With her, somewhere you can't really guess.
Date d'inscription : 06/08/2008

Chroniques
Amour: Rebecca Stuart.
Relations:
Moral:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Sam 9 Aoû - 18:55

STYLE VESTIMENTAIRE: Où qu'il aille, quoiqu'il fasse, Will a toujours l'air d'être une gravure de mode, il donne toujours l'impression à celui qui est à côté de lui d'être habillé comme un roturier et d'avoir l'air d'une loque. Ses vêtements sont certes sobres et basiques, rien de bien folichon, mais leur prix...Tout ce qu'il porte est hors de prix, et il ne porte que des trucs de qualité, made in Great Britain. Rien qu'en voyant ce qu'il porte, on peut deviner le rang social auquel il appartient.
Will, comme tous les autres élèves, n'est pas exclu de porter l'uniforme réglementaire, la chemise blanche à longues manches, le pantalon noir, la ceinture obligatoire - quoique Will préfère les bretelles-, la robe de sorcier noire avec le blason des Serdaigle dessus, la cravate bleue et bronze est également de rigueur.Mais Will ne porte pas son uniforme tout le temps, il s'habille "en civil" dès la dernière heure de cours. Il s'habille souvent à la Moldue, n'aimant pas la mode des sorciers, et leur fichue manie de porter des robes tout le temps. Déja que les noires passaient à peine, mais il y avait certains farfelus qui en portaient des émeraude ou encore des violettes. Pouah. Wilfried déteste ces couleurs.
La plupart du temps, Will porte des jean's, des chemises -jamais de t-shirt, un polo à la rigueur- et des vestes au prix inimaginable, presque indécent-comment peut-on dépenser autant de pognon pour une fringue, disait Ulrich Von machin chose, ce con prétentieux qui critiquait tout le monde, et surtout Will-
Ses jeans, Will les aime raides et de bonne coupe, sans fioritures. Sans effilochements délibérés, sans usure au niveau des cuisses ou des genoux, sans délavements de la couleur du denim -du tout uni, quoi-, et pas d'autres trucs tellement in. Pas question non plus d'avoir les jambes en accordéon, et le pantalon qui descend en bas des fesses, avec la ceinture qui pendouille devant en prime.Pour Will, faire un rebord à un pantalon ou à un autre vêtement relève du blasphème. Après tout, c'est totalement con d'acheter un vêtement dix fois trop grand pour soi, non? De même que ça fait sacrément con de voir le caleçon bien dépasser du pantalon, à la rigueur, l'élastique -qui mesure environ 1 ou 2 centimètres de large et qui comprend la marque du sous-vêtement- ça passe encore. Autrement, ça fait vraiment plouc. Will aime particulièrement les Wrangler et les Lee Cooper. Il n'aime que les vêtements neufs, vous ne lui ferez jamais porter des trucs d'occasion dégottés dans une friperie ou venant d'un membre X de la famille. D'abord, pour des raisons d'hygiène évidentes -on ne refourgue pas de slips et de chaussettes, alors pourquoi n'en serai-il pas de même avec les autres vêtements- mais aussi parce qu'il répugne à porter des trucs déja portés par d'autres personnes , c'est inconcevable, tout simplement. Il ne portera jamais les hauts rentrés dans le pantalon, ça fait ringard, et il n'est pas ringard.
D'ailleurs. En parlant de hauts. Il ne porte pas de T-shirts, il a horreur de ça. Surtout ceux avec des inscriptions dessus. Un uni est toutefois acceptable, du moment qu'il soit noir, blanc, bleu ciel ou crème. Il préfèrera porter un polo -uni lui aussi, ou au pire, à rayures, seule fantaisie qu'il puisse se permettre.- ou encore, il préférera une chemise -blanche, noire, ou kaki- aux manches courtes, ou s'arrêtant aux coudes. Ses vêtements comporteront toujours des poches, c'est plus pratique pour y glisser quelques une de ses possessions, pour ne pas les perdre.Quoique rien n'est vraiment sûr, même dans ses poches Will est capable de perdre quelque chose. Il faut dire aussi que dans ses poches il y a toujours un tas de bazar...
Côté vestes, Will a un faible pour les vestes longues. Vous ne lui ferez jamais mettre un gros anorak, ou un coupe-vent, il préférera un veston, une veste en jean kaki ou encore bleu foncé, voire noire, un manteau en laine bouillie & cachemire noire, longue, juste ouverte sur son pull, sa chemise ou son polo. Il a aussi un veston bleu-roi, avec des boutons en argent, qui descend un peu plus bas que les fesses, moletonnée à l'intérieur, ou encore une longue veste en cuir noire, ou encore, il se contentera d'un banal pull gris, en laine bouillie, mais jamais à maillons, soit couleur ivoire ou anthracite, ou encore un pull à col roulé blanc. Mais la plupart du temps, Will ne s'encombre pas de manteau, ce qui lui vaut souvent d'être malade, d'ailleurs. Il se trimballe aussi souvent avec ses lunettes de soleil, car il est photosensible.
Côté chaussures, Will n'est pas trés exigeant, en fait, il porte des chaussures classiques noires, en cuir, obligatoires pour tout le monde avec les uniformes- chez les hommes, en tout cas- et sûrement trés académiques, trés bien entretenues, sans une éraflure, sans usure, qui donnent sûrement envie de faire bouffer la boite de cirage à leur propriétaire quand on les regarde, tellement elles sont nickel.
Autre originalité, c'est sa montre, en argent, avec le cadran en chiffres romains, comme pour les cadrans solaires.

DEMARCHE, ALLURE & ATTITUDES: Will ne peut pas se fondre dans la masse autant qu'il le voudrait. Il se fait remarquer partout où il va. D'une, parce qu'il se repère grace aux choses qui tombent sur son passage, de deux, parce qu'il a un pas joyeux, léger et sautillant, tout en souplesse, et avec une certaine grâce dans chaque geste qu'il faisait. Will, peut être inconsciemment, a toujours l'air de se prendre pour un prince, avec une certaine majesté dans sa tenue et dans sa manière d'être. Will regarde toujours les gens bien en face, avec une lueur de défi qui peut être exaspérante. Son pas de conquérant peut selon certains signifier "pousse toi de là que je passe". Par ses vêtements, Will a une allure trés distinguée, trés classe. Il est toujours sur son trente-et-un, a l'apparence soignée. Ses gestes sont toujours précis, mesurés, lents et empreints de délicatesse, peut être pour contrebalancer sa maladresse chronique, puisque de toutes façons, quoiqu'il fasse, il fait toujours tomber quelque chose en finale. On a beau jacasser sur son dos, Will s'en fiche, garde la tête haute, et ne passe pas son temps à fusiller du regard les reponsables des divers racontards qui circulent à son propos. C'est d'ailleurs cette indifférence qui peut se faire passer pour du snobisme ou même un trés net complexe de supériorité, alors qu'il n'a pas -encore- attrapé la grosse tête. Chez lui, la colère se traduit par un air vraiment plus imposant que d'habitude, qui fait se ratatiner sur place le responsable, si son regard tuait, il y aurait de nombreuses victimes lors de ses crises de colère. En général, dans ces moments là, on évite de l'approcher tellement il dégage de chaleur, d'ondes agressives, si bien qu'on pourrait imaginer la vapeur qui sort par ses oreilles. Ses poings sont toujours serrés, prêts à cogner, bien qu'il abhrore de devoir avoir recours à la violence.
Au contraire, quand il a peur, Will verdit légèrement, et il a tendance à se ratatiner sur place, ce qui le rend vraiment vulnérable. Ses mouvements sont impossibles, tellement ils sont tétanisés. Il ne bougera, dans ces moments là, que sous l'impulsion de l'adrénaline, in extremis.
La plupart du temps, Will a l'air calme et détendu, son visage est énigmatique et paraît presque figé. Seules ses prunelles vertes semblent être agitées d'un tourbillon de réflexions aussi diverses les unes que les autres. Il fait d'ailleurs penser au "Penseur" de Rodin, avec son air légèrement rêveur et sa pose figée. Enfin, figé, en apparence. Will a un peu trop tendance à battre la mesure avec son pied, d'où qu'il soit, en classe, à table, ce qui énerve passablement ses voisins qui le prient de s'arrêter. Quand il entend un morceau de musique, il arrive de le fredonner sans même qu'il n'en ait conscience lui même, en s'agitant sur sa chaise au rythme du morceau qu'il a dans la tête. Quand il se donne ainsi en spectacle, Will a toujours le droit à des sourires amusés de la part de ses camarades, mais ces derniers ne relèvent pas. Il ne chante pas trés bien cependant, et pas toujours juste, mais il fait plutôt ça pour s'éclater, en fait. Si il avait une voiture, on l'imaginerait sans peine en train de pousser le volume à fond en train de s'agiter au volant, chantant Rock You Like A Hurricane des Scorpions en se prenant pour une rock-star. Ne vous inquiétez pas pour sa santé mentale, c'est son petit délire personnel, une fantaisie qu'il se permet pour décompresser. Quand une musique passe, ça ne manque pas, il ne peut s'empêcher de battre la mesure et de s'agiter dessus, quitte à chantonner légèrement, même si il entend le morceau pour la première fois, même si il ne connaît pas les paroles. C'est juste pour le fun, vous savez? En revanche, vous ne lui ferez jamais danser délibérément, il déteste ça, et lors des bals et compagnie, il s'arrange toujours pour marcher sur le pied de sa cavalière ou à donner un coup de coude à d'autres personnes. Danser, il trouve cela ridicule. Surtout que dans ces moments là, il a le chic pour se mettre dans des situations risibles. Il a en fait un fâcheux manque de coordination dans ses mouvements, il fait un peu penser à un pantin désarticulé. Ce détail le rend vraiment gauche et maladroit. Il est incapable de rattraper quelque chose quand on lui lance -la plupart du temps, l'objet finit en mille morceaux par terre-, il fait toujours tomber quelque chose, et en plus de ça, il n'est pas vraiment bon viseur. Il serait incapable d'avoir un éléphant dans un couloir. Avant d'accéder à la carrière d'Auror, il a donc de gros progrès à réaliser, question dextérité. En fait, la seule dextérité dont il est capable de faire preuve lui sert uniquement pour le piano. Sa maladresse explique sans doute pourquoi il est aussi nul en potions ou en botanique. S'il a obtenu un O en potions aux BUSE, c'est vraiment parce qu'il a eu de la chance, ou parce qu'il était plus concentré que d'ordinaire. Et l'adrénaline joue beaucoup, aussi, il faut l'avouer. Trop étourdi, il lui arrive de se prendre des portes, de heurter quelqu'un, de louper une marche parfois. Mais ça, on ne peut pas vraiment lui en vouloir.

MIMIQUES, MANIES, EXPRESSIONS & CO: Comme tout le monde, Will a des gestes parasites, des expressions du visage, des regards, qui trahissent ses sentiments. En voici un bref florilège:
EMBARRAS: Le Will embarrassé se gratte le dos en affichant un sourire bien gêné, il se frotte la nuque, et se prend le visage entre les mains comme pour se cacher derrière. Il s'ébouriffe les cheveux d'une main, puis il affiche un air encore plus crétin, encore plus embarrassant. Ses tâches de rousseur sont plus apparentes qu'à l'ordinaire. On pourrait aisément imaginer une goutte derrière la tête comme certains personnages de bande-dessinée, derrière un grand sourire contrit.Quand il est assis, il se tortille sur place, et quand il est debout, il se sautille d'un pied sur l'autre, se balançant légèrement de gauche à droite. Selon son degré d'embarras, il peut soit cligner des yeux-plus flagrant quand il ment, ne sachant pas mentir, ça se devine comme un rien lorsqu'il le fait-, soit se crisper totalement, quand son état est proche de la colère, ou se tortiller les mains par un excès de timidité. Et, une fois vaincu; il se met tout simplement à bouder.
AGACEMENT/IMPATIENCE: L'agacement de Will est tout simplement...agaçant. Car c'est sacrément contagieux, figurez-vous. Son agacement se traduit par une série de soupirs impatients, un air blasé, les yeux incapables de se fixer sur quelque chose. Il ne cesse de se tortiller, de remuer, de taper du pied sur le sol, ce qui agace ses voisins, de jeter un coup d'oeil trente six mille fois à sa montre, il lui arrive de tapoter sur la table comme il taperait sur un tambour, ou de pianoter dessus. Il soupire encore, tape sur la table avec le bout d'un stylo -ou tout autre objet susceptible de faire du bruit-, et change de bras -sur lequel il appuie son coude- toutes les trentes secondes. Stressant, non?
COLERE: Mieux vaut pour vous de vous éloigner de Will quand il est en colère. Son visage est fermé, dur, impénétrable. Ses yeux lancent des éclairs qui pétrifient, ses lèvres sont tellement serrées que les contours de sa bouche deviennent plus que livides. Ses poings sont toujours serrés, prêts à frapper - mais jamais prêts à être utilisés pour de bon-, ses mâchoires sont serrées aussi, ses yeux virent au vert sombre, un spasme agite sa tempe droite. Il est tendu comme un arc, prêt à exploser.
EN PLEINE REFLEXION: Là, le visage de Will se ferme, comme si il se coupait du monde extérieur, pour pouvoir méditer en silence. Son regard est clairement absent, fixé sur un point non déterminable pour un observateur extérieur. Le seul moyen de couper le lien avec son imaginaire est de lui agiter une main devant les yeux. Ses lèvres murmurent, silencieusement, et on pourrait voir les rouages de son esprit tourner à plein régime. Il a dans ces cas là la joue appuyée contre une main, faisant osciller quelque chose, soit un crayon, soit sa baguette magique. Il est, dans ces cas là, vraiment capable de s'exiler dans un coin de son cerveau, d'effacer tout le monde d'un coup de gomme. En pleine réflexion, Will est imperturbable, il est difficile de le tirer de sa rêverie, tellement il est concentré.
ANXIETE: Là non plus, rien de nouveau par rapport à l'individu lambda. Les cent pas classiques quand il est debout, pianoter sur la table, ronger ses ongles de façon intempestive et compulsive. Des fois, il est replié sur lui même, dans un état catatonique. Se couper ainsi du monde extérieur est un moyen de le préserver psychologiquement d'une épreuve qui l'attend.
ENNUI: Quand Will s'ennuie, il est affalé sur ses coudes, la joue appuyée contre quelque chose, en train de griffoner sur un bout de parchemin, quelque chose qui n'a strictement rien à voir avec ses cours. Cela peut être d'un début de poème à un début de partition, ou un morpion joué contre lui même -ou avec son voisin le plus proche-. Quand il ne dessine pas sur un bout de parchemin, il reste là, dans un état semi-comateux, les yeux mi-clos, poussant un long soupir blasé toutes les 30 secondes, en gardant un oeil rivé sur sa montre quasi constamment. Il lui arrive de regarder en l'air, voir les mouches voler, ou s'intéresser à n'importe quoi d'autre qui puisse le distraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilfried I. E. Wellington
Serdaigle - 7eme Année
Serdaigle - 7eme Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : With her, somewhere you can't really guess.
Date d'inscription : 06/08/2008

Chroniques
Amour: Rebecca Stuart.
Relations:
Moral:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Lun 11 Aoû - 15:39

ATOUTS & COMPLEXES: Will, comme tout autre, a des choses qui lui plaisent plus ou moins dans son physique. Ce qu'il préfère ce sont ses grands yeux d'un vert anis, scrutateurs, pouvant clouer quelqu'un sur place. Il se sert d'eux pour obtenir tout ce qu'il veut, et le pire c'est que ça fonctionne. Même si il a longtemps tiqué sur le fait qu'il était roux, a contrario des autres membres de sa famille, qui sont tous bruns, Will a fini par apprécier ses cheveux blond vénitien, bien qu'il galère pour les coiffer le matin. Finalement, faire tout ça pour ça ne sert un peu à rien, car il finit toujours par s'ébouriffer les cheveux délibérément. Il aime aussi ses longues mains fines -aux ongles rongés et tâchés, manque tangible de magnésium-, des mains d'artistes, quoique décorées par intermittence par des pansements -sa marque de fabrique, en quelques sortes, Will a toujours des pansements sur ses doigts, vestiges de luttes épiques contre son volatile qui finit toujours par avoir raison de lui à raison de plusieurs coups de bec et de serres- Ses mains, autrement, n'ont pas souvent connu l'usure de celles d'Herbert, fileur de verre, tout objet potentiellement dangereux a été, précautionneusement mis hors de sa portée.
Outre ses mains, ses yeux et ses cheveux, il sait que son sourire est apprécié par les demoiselles, critiqués par les jaloux. Ces derniers mentionnent volontiers le "sourire Colgate" en référence à la célèbre marque de dentifrice. Sa voix, même si ce n'est pas une caractéristique physique proprement dite, reste aussi un atout, elle est rassurante, chaleureuse, qui a le pouvoir d'apaiser. Encore faut-il qu'il trouve les mots qu'il faut, et ça n'est pas encore gagné.
Will a beau être mignon, il n'est pas pour autant dispensé de complexes. Il aurait voulu, par exemple, être droitier, car bien entendu, les professeurs montrent les manips pour les droitiers et non pour les gauchers qui doivent se démerder comme ils peuvent. Pas assez ci, pas assez ça, Will a parfois trop tendance à exagérer quand il s'agit de s'auto-descendre. Will est outré par sa banalité, par son insignifiance. Longtemps, il a voulu avoir les yeux bleus, le bleu des Wellington et non le vert anis des Carrington -dont il ignore l'existence, par ailleurs-. Il se serait bien passé de sa tignasse blond vénitien impossible à coiffer, et en plus, la nature exigea qu'il fusse roux. Brun, ça passerait encore, mais ROUXBref, Will a longtemps honni sa couleur de cheveux, bien qu'il a fini par les accepter tels quels. Les Wellington ne sont pas roux, eux, ils ont même les cheveux noirs. Sauf Orianne qui a des cheveux blonds, presque argentés. Et puis, il ya aussi...Son nez. Trop grand, trop ceci, pas assez cela, trop crochu...Puis ces cils là, qui l'énervent, car ils sont trop longs...Et ces foutues tâches de rousseur, inutiles car on ne les voit pas, à moins d'être tout près...La peau, par Merlin, la peau, blanche, qui lui donne un air tellement maladif...Puis ces cernes violets qui lui donnent encore plus un air à côté de ses pompes. Sans compter sa dent fêlée...Bref, Will a tendance à se dévaloriser question physique, à se trouver des complexes rien que pour pouvoir se descendre...Normal, en somme.


THE UNIVERSE IS 14 BILIONS YEARS OLD. EARTH IS 5 BILIONS YEARS OLD. YOU KNOW THEIR STORY.
I AM 17. DO YOU KNOW MINE?

-HISTORIQUE-


Les origines. Un mot qui fascine, un mot qui rebute aussi. Quels mystères se cachent sous ce mot, quels complots, quels secrets savamment dissimulés? Que cherchait-on exactement à occulter, pour peut que la découverte d'une telle chose puisse être retentissante? Faire des mystères ne servait à rien, pas plus que de réduire au silence une vérité connue par des membres de la famille qui sont encore en vie. Et vous savez comment ça fonctionne, un secret. Plus la chose doit être secrète, plus on vit avec la crainte qu'elle soit découverte. Difficile d'oublier, dans ces conditions. Difficile de ne pas le mentionner, difficile de résister à l'envie, aussi prenante soit-elle de crever l'abscès. Chaque famille a ses secrets, plus ou moins sombres, des choses dans son histoire qui sont plus ou moins avouables. Mais dans le cas contraire, comment pourrait-on se débrouiller pour...que tout soit exhumé, et que la vérité soit rétablie à sa juste valeur? Car chaque vérité n'est pas toujours bonne à dire, pas plus qu'elle n'est bonne à entendre. LE savoir serait catastrophique. L'hérésie avait eu lieu plus de trente ans auparavant, dans la propriété coquette des Wellington. Coquette n'était qu'une litote pour expliquer ce qu'était en vrai ce domaine. Le manoir était immense et ancien, ses murs de briques noircies par le temps étaient encore bien ancrées sur leurs fondations, seul l'aspect était ancien. A l'intérieur, c'était vaste, démesurément vaste. Il y avait des salles qui ne servirait jamais; mais qui étaient là quand même. C'était une de ces maisons lugubres qui, plongées dans la brume écossaise, feraient un bon décor pour un film d'horreur. En parlant de brume, la maison était plongée dans un perpétuel brouillard, trés épais l'hiver. Les lieux étaient difficiles d'accès. Il fallait emprunter un long chemin sinueux entre les rochers pour accéder à la bâtisse. En contrebas, il y avait un lac, qui, lors des tempêtes, envoyait des immenses vagues s'écraser contre le mur est de la demeure. Ce mur était toujours vert, et on voyait par endroits les niveaux atteints par l'eau quand il pleuvait trop et quand les terres étaient inondées. Mais, il me semble avoir parlé d'hérésie. Allons y, alors. Les Wellington étaient de ces riches sorciers de sang-pur, qui étaient influents et qui avaient beaucoup de relations. Herbert et Martha, sa défunte femme, avaient mis du temps à tout construire. Ils vivaient heureux, là, dans leur paradis, avec le restant de la famille. Loretta, la mère d'Herbert, allait bien mal, et la vieille aveugle passait son temps dans sa chambre, isolée de tous. Herbert, ce jour là, parut soucieux.

Il avait vu Glenn, son fils cadet, jouer avec elle. Cette petite fille aux cheveux d'un blond vénitien et aux incroyables yeux verts. La gamine avait l'air d'une poupée de porcelaine, et elle était grâcieuse, bien plus que Glenn qui était un peu gauche. Elle riait, et lui la poussait sur la balançoire, si haut, qu'elle aurait pu toucher le ciel. Herbert n'était pas contre le fait qu'il ait une amie, mais pas celle là. Il s'agissait de Sinéad Carrington, une notoire famille de Moldus. Voilà le problème. Un garçon de son rang ne devait pas fréquenter des filles comme ça. Mais Glenn ne voulut rien savoir, il restait avec elle. Cette gamine, c'était Sinéad Carrington, l'héritière de cette famille de Moldus plutôt riche, et qui habitait dans le coin. Il avait eu aussi l'occasion de voir Glenn traîner avec un autre gamin du coin. Celui là, par contre, il ne connaissait pas son nom. Mais ça devait aussi être un Moldu. C'est ainsi que commença cette histoire, Glenn, grandissant avec Sinéad et Declan. Herbert sut beaucoup plus tard -quand ils eurent 12 ans- qu'il s'agissait de Declan Mc Dwaigh. Sinéad, Declan et Glenn avaient toujours grandi ensemble, ils se connaissaient par coeur, du moins le coyaient-ils. Glenn cachait un secret aux deux autres. Le secret de sa fibre magique, celle qui faisait tant la renommée des Wellington dans ce monde. Glenn appartenait à une famille de sang-pur écossais, les Wellington. Aucun Moldu n'avait sa place dans la lignée.

La famille comportait cependant des Italiens, venant de Gênes. Les Gênois étaient des De Petrini -des sorciers sang-pur eux aussi- et des Da Silva. Mais comment les Italiens se sont retrouvés en Ecosse? Eh bien, ça, c'est pendant les Grandes Découvertes. Motivés par la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, un Moldu, les De Petrini, un groupe d'excentriques gênois passionnés par la mer, avaient décidé de tenter l'aventure. Ils auraient pu finir en Amérique, où ils devaient aller au départ, mais une grosse tempête, ainsi qu'un fort courant, les a déviés de leur but. Ils ont dérivé, pendant des semaines entières, jusqu'à ce qu'ils échouent sur une terre battue par les vagues et les embruns. Cette terre était l'Ecosse. Ils finirent par s'y installer, et c'est là que la lignée des De Petrini/Da Silva, les gênois, s'allièrent avec des Howard, une autre famille de Sang Pur. Les Carrington commencèrent à affluer à partir de Lorelaï Howard, qui épousa Oswald Carrington en 1459. S'en suivit la descendance. Jusqu'à un certain Travis Carrington, qui épousa une certaine Jade Warner en 1954. Naquirent ensuite Andréï, Jasper et Sinéad Carrington, des triplés. Sinéad, ça ne vous dit rien? Mais c'est la mère de Wilfried!

Tenons nous en aux Da Silva/De Petrini. Ils font partie de l'ascendance d'Herbert Wellington dont il était question présentément. Bref, Loretta Rockwood, la mère d'Herbert, par extension, Grand mère de Glenn et arrière grand mère de Will, épousa Edward Wellington. Mariage arrangé, bien sûr, entre nobles familles de Sang-Pur. Herbert naquit dans les années 30. Il épousa en 1956 Martha Spencer. En 1969 naquit Glenn Wellington, ainsi qu'en 1973 naquirent Felicia et Thelma Wellington. Bref, Sinéad, Declan et Glenn ont grandi ensemble, c'est un fait. Glenn, à l'âge de 11 ans, partit pour Poudlard. Il fut envoyé à Gryffondor. Herbert était un ancien Serdaigle, Martha était une Poufsouffle plutôt agitée et incohérente. Glenn rentra à la maison, à l'âge de 18 ans. Il sortait avec Sinéad Carrington, alors âgée de 15 ans. Les années passèrent, et un jour Sinéad eut à son tour 18 ans. Glenn et elle s'étaient promenés sur une plage. Glenn avait piqué une bouteille de vin dans la cave d'Herbert pour fêter l'occasion. Elle avait obtenu en plus de ça son diplôme quelques mois plus tot. Bref, l'alcool leur monta vite à la tête, et ils allèrent plus loin qu'ils ne l'auraient dû, sur cette plage. C'est ainsi que tout commence pour Wilfried Ilian Eliott Wellington, dit "Will".

La nouvelle tomba quelques jours plus tard. Sinéad attendait l'enfant de Glenn. Ce dernier resta décontenancé par la nouvelle, après tout, elle n'avait que 18 ans, et lui en avait 21. Ils étaient peut être un peu trop jeunes pour avoir un enfant. Mais Glenn voulait prendre ses responsabilités. Il n'était pas question qu'il abandonne sa petite-amie, surtout avec Declan dans les parages. Car il était de notoriété publique que Declan était attiré par Sinéad, elle même amoureuse de Glenn. Leur précieuse amitié ne survivra pas à cette incartade. Glenn, de son côté, ne pouvait pas en parler à sa famille, ils seraient furieux. Il se résolut donc à demander, secrètement, Sinéad en mariage. Son plan était de fuguer avec elle en France, loin des Wellinton et de leur puissance, jusqu'à la naissance de l'enfant en tout cas. Et peut être qu'ils reviendraient quand l'enfant serait plus âgé.

Hiver 1989. Sinéad était enceinte de huit mois, l'enfant était prévu pour début janvier. Glenn, entre temps, avait appris que l'entreprise de son père risquait de faire faillite. Ils avaient besoin d'argent. Il contacta donc Declan, qu'il n'avait pas vu depuis presque un an. Il lui exposa un projet de casse dans une banque. Declan répondit présent. Et c'est ainsi que commença la véritable histoire. Sinéad, enceinte jusqu'aux yeux, voulut les accompagner malgré tout. Glenn refusa, s'inquiétant pour elle, mais elle assurait qu'elle allait bien, et qu'il fallait faire diversion. Ce fut chose fait, Sinéad était en train de faire un scandale au personnel de la banque, et tous les regards étaient rivés sur elle. Tous trois s'enfuirent ensuite, une fois les lingots d'or récupérés. Ce fut un semi-succès, car ils ne se sont jamais fait pincer. Mais Sinéad était vraiment mal en point. Ils étaient là, sur la plage, à lutter contre le froid et le vent. Declan se trimballait l'or, ainsi que Glenn. Sinéad n'en pouvait plus, elle était au bout du rouleau, et en plus, depuis quelques heures, elle avait des contractions plutôt violentes. Ce fut l'une d'entre elles qui la fit tomber en arrière, sur un rocher. Elle se cogna, et s'évanouit. Elle reprit conscience plus tard, il faisait nuit, et une nouvelle contraction l'avait réveillée. Declan et Glenn étaient toujours avec elle, et ils s'en occupaient. Sinéad donna naissance à son garçon quelques heures plus tard. Plus tard encore, au terme d'une pénible agonie -elle avait conracté la fièvre, et Glenn avait envoyé Declan chercher des secours, qui n'étaient jamais arrivés-, Sinéad mourut dans les bras de Glenn. Lequel était outré par la trahison de Declan qui s'était barré avec tout l'or, les laissant, tous les trois, seuls dans la nature. Ils furent secourus par un pêcheur qui passait par là. Sinéad fut enterrée en Irlande, d'où elle était originaire. Glenn ne parut pas au manoir pendant un long moment, car personne ne savait pour le petit Wilfried.

Quelques mois plus tard, Glenn se décida enfin à revenir. Il avait avec lui Will, âgé de 6 mois. Mais quand il rentra, il ne fut pas du tout accueilli comme le Fils Prodigue. Il causa un scandale retentissant dans la famille, et l'histoire se répéta à d'autres familles sorcières. Glenn Wellington, après avoir disparu plusieurs mois, était revenu au bercail avec un petit garçon qui n'avait plus sa mère. Herbert a eu plus de soucis que jamais, il blêmit quand il sut la véritable histoire. Les autres Wellington étaient prêts à bannir le fils prodigue et sa progéniture, mais Herbert décida qu'il fallait se réunir et délibérer pour décider de leur sort.Après des semaines de débat, Herbert finit par permettre à Glenn et au petit garçon de rester au domaine. Sauf que Wilfried était plus un Carrington qu'un Wellington, après tout, il ressemblait tellement à Sinéad, la femme que Glenn aimait vraiment. Les Carrington souhaitent récupérer l'enfant, mais une fois encore, Herbert a la réponse à tout. Il doit rester avec son père. Mais les Carrington n'ont absolument pas l'intention de renoncer. Ils s'éloignèrent, mais seulement pour un temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilfried I. E. Wellington
Serdaigle - 7eme Année
Serdaigle - 7eme Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : With her, somewhere you can't really guess.
Date d'inscription : 06/08/2008

Chroniques
Amour: Rebecca Stuart.
Relations:
Moral:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Lun 11 Aoû - 16:49

Une nouvelle arriva alors au domaine. Une riche héritière, blonde et parfaite, aux allures de poupée de porcelaine. Rien à voir avec Sinéad et sa chevelure de feu. Il s'agissait d'Orianne Emerson, une femme rigide aux goûts subtils. Glenn se demandait pourquoi elle était là quand la nouvelle tomba. Elle était là pour épouser Glenn. Ce dernier, encore épris de Sinéad, refusa en bloc. Will avait un an et demi, et commençait tout juste à marcher. Orianne avait trouvé cela douteux que Glenn avait déja un fils, et elle fut mise au courant de toute l'histoire. Elle fut aussi priée de garder le secret. Will était un Wellington, et pour tous il serait leur fils. On servit une histoire bateau aux connaissances des Wellington, pour justifier la présence de Will jusque là tenue secrète. Herbert et les siens s'étaient arrangés pour que toute preuve d'existence des Carrington soient supprimées, pour qu'une fois grandi, le petit Will ne se pose pas de questions sur ses origines. Le subterfuge sembla marcher. Glenn épousa Orianne, et partout où ils allaient, on entendait la même histoire d'un jeune couple avec leur enfant âgé d'un an et demi. Né hors union, mais c'était moins choquant de savoir cela que de savoir que le garçonnet était orphelin de mère. Une Moldue, en plus de ça. Quand Will eut trois ans, naquit Melody, la fille légitime d'Orianne et de Glenn. Mais quelque chose alarma Glenn, à paropos de Will. Son fils avait du mal à grandir, et il était d'une maigreur à faire peur. Il était souvent malade, et surtout, il avait des difficultés à respirer. C'est là qu'on diagnostiqua les plusieurs maladies dont souffre Will.

CHAPITRE2: PETIPA, MAGIE & EDUCATION

Melody était la préférée d'Orianne. Parce que Melody était sa fille légitime. Et non pas un enfant qui se faisait passer pour étant sien comme le faisait Will. Mais Will a toujours grandi avec l'idée qu'Orianne était sa mère, bien que cela lui déplut fortement. En effet, Will avait peur d'elle, elle se montrait beaucoup trop stricte à son égard, c'est à peine si elle l'autorisait à aller et venir là où bon lui semblait dans le manoir. Glenn n'était jamais là, il semblait se cacher, si bien que Will ne le vit pas beaucoup dans sa petite vie. Will était un peu blessé de voir sa soeur bénéficier de toute l'attention des Wellington, alors que lui n'avait droit qu'à l'indifférence de la part de sa famille. En Octobre 1994, Will avait cinq ans, et déjà, des phénomènes bizarres se déroulaient autour de lui. Comme par exemple, cette fameuse limace qui eut l'infortune de croiser son chemin. Le grand intérêt du garçon étaient ces limaces, et il s'était mis en tête d'en faire un élevage. Il avait entendu parler de l'élevage d'araignées de Gordon Lennox, un voisin assez proche, et Gordon, âgé de 10 ans, s'en vantait. Will était donc parti en quête de limaces, dans le potager du domaine. Il piétina plusieurs salades, et il en trouva une, qu'il enferma dans une boîte non sans avoir réprimé une grimace de dégoût. Qu'est ce que ça peut être gluant, ces bestioles. Bref. Pour la petite histoire, le bocal était carré, et le gamin n'avait aucune idée du régime alimentaire de ces bestioles. Il avait donc filé dans la cuisine, chopé quelques cookies sortis du four. Il en mangea plusieurs, puis il cassa le dernier en petits morceaux, qu'il inséra dans le bocal, pour donner à la limace. Après tout, tout le monde aimait les cookies, alors pourquoi n'en serait-il pas de même pour les limaces? Bref, Wilfried lui en donna plusieurs, tout en souhaitant secrètement qu'elle grossisse. Au fil des jours, rien ne changeait, et Will désespérait. Pire encore, la limace ne semblait plus donner signe de vie. Will ouvrit le bocal, pour voir ce qu'il en était. Il fut frappé par une odeur nauséabonde. Il ne comprit pas tout de suite que la limace était morte. Mais il continua de lui donner des morceaux de cookies, jusqu'à ce que...Chose imprévisible...La limace se mit à enfler, enfler, et finit par épouser parfaitement le bocal carré. Paniqué, Will lâcha le bocal, qui se fracassa au sol. Erreur. La limace enfla davantage. Orianne choisit ce moment là pour débarquer dans la chambre du petit Will, afin de savoir où étaient passés ces fichus cookies. Elle vit les miettes sur le tapis, et la limace grosse comme un ballon de football. Elle se mit à hurler. Surpris, Will quitta le pauvre animal des yeux, lequel éclata, répandant de la morve gluante sur ses vêtements et sur le mobilier. Las. Ce fut la bêtise de trop, et Will fut sévèrement puni, en plus qu'il devait astiquer pour réparer les dégâts. Glenn disait qu'il ne savait pas encore trop bien distinguer ce qui était bien de ce qui était mal, et qu'il ne fallait pas trop être sévère, mais cet argument était si faiblard qu'il n'était pas convaincant. Eh oui, Glenn ne s'opposait plus à Orianne, même si elle se mettait à secouer Will un peu trop.

Des jours entiers, Will eut le droit à la pénitence, et au recopiage de la Bible. Cela ne l'empêchait pas d'aller vadrouiller dans le cabinet où il était retenu, rêvassant, mais il avait tort, cela ne faisait que d'allonger sa punition bien plus que nécessaire. Il sortit de là au bout de quinze jours, quand il eut totalement fini de recopier, le crâne bourré de toutes ces histoires d'apocalypse, de paradis, d'enfer, de démons et des limbes. Avant d'être totalement affranchi, il devait prier la Vierge de le pardonner, ainsi que Dieu. L'incident fut étouffé, et Will se désintéressa, pour son propre intérêt, des limaces. En Février 1999, naquit alors Petipa Wellington, au terme d'une grossesse difficile pour Orianne. On découvrit alors que Petipa ne pouvait pas être epxosé à la lumière du soleil sans souffrir d'une grave allergie. Si Melody décida de couper les ponts avec son petit frère, Will, âgé de 9 ans, se rendait toujours à son chevet. Sa capacité à aimer malgré les différences et autres petites choses était déja exceptionnelle dans la famille. Will, malgré le peu d'amour et d'attention qu'il avait reçu, était capable d'en donner des tonnes. Bref, il restait souvent avec lui, il l'adorait, c'était son petit frère, quoi. Puis il était tellement différent de Melody...seule exigence d'Orianne: que chaque porte soit fermée avant d'ouvrir la suivante.Mais un jour, Will oublia de fermer une porte. Orianne s'aperçut du forfait, et elle poursuivit le garçon dans toute la maison pour le punir, folle de rage qu'il mette en danger la vie de Petipa. Bouleversé, il s'était réfugié dans une pièce où Herbert entreposait tous ses objets en verre, le travail de toute une vie. Will n'avait pas le droit de mettre les pieds dans cette pièce, interdite. Orianne rentra dans la pièce. Will fut affligé par son expression, de la rage sourde mitigée à de la haine intense. Regard qui causa chez Will une grosse colère...Qui n'eut pas le temps d'éclater. Ce furent tous les objets en verre qui volèrent en éclat, faisant un vacarme assourdissant. Will s'était laissé glisser sur le mur, angoissé, alors qu'il n'avait absolument rien touché! Il le jurait! Herbert déboula, et découvrit le carnage. Mais contre toute attente, il ne fut pas en colère. Il sortit un drôle d'objet en bois, sa baguette magique, et il murmura Reparo. Sous l'oeil surpris de Will, les objets se reconstituèrent d'eux mêmes. Il pria Orianne d'avertir les autres, pour préparer un "conseil de crise".

Bientôt, tout le monde fut réuni dans une pièce que les Wellington n'utilisaient jamais. Orianne était restée près de Petipa, n'assistant pas au conseil. Tous avaient l'air grave. Herbert avait commencé à interroger Will sur les circonstances de l'accident. Le gamin, impressionné, commença à raconter sa vision des faits. Soucieux, Herbert continua à l'interroger sur l'existence de certains phénomènes bizarres et restés inexpliqués. Will raconta alors l'épisode de la limace, la pénible pénitence qui s'en suivit, puis l'épisode des bonbons. qui s'est répété plusieurs fois. En fait, quand Will était plus petit, il arrivait toujours à avoir des bonbons hors de portée. Herbert dit qu'il avait dû utiliser un sortilège d'attraction sans le savoir. Il lui lança sa baguette magique. Wilfried ne l'attrapa pas. Elle tomba au sol. Il finit par la prendre, et se demanda ce qu'il devait faire avec. Herbert lui ordonna de prononcer "Accio" et d'essayer d'attraper les lunettes qui étaient posées devant le partiarche de la famille. Mais bien entendu, rien ne se passa. Will se demandait à quoi ça rimait. Herbert déclara finalement qu'il avait peut être besoin d'entraînement, et il finit par révéler qu'il était un sorcier. Un sorcier, voyez vous ça?

Deux ans plus tard, à l'âge de 11 ans, Will reçut sa lettre. Il était admis à Poudlard depuis sa naissance. Ce fut un changement pour lui, pour toute sa famille. Enfin, il aurait droit à cette liberté à laquelle il aspirait. Le voyage en train se déroula sans incidents. Enfin, presque. Will était en train de vadrouiller dans les couloirs du train quand il rentra en collision avec quelqu'un. Rebecca Stuart. Celle qu'il allait aimer par la suite. Elle lui en voulut, sur le coup, mais il sembla que ces dernières années, leurs relations devinrent beaucoup plus cordiales. Will passa son temps à essayer de se cacher de sa maladie, ne se liant pas aux autres, restant à l'écart. Il accumula les catastrophes en potions, se prit de nombreuses portes et combattit Aldébaran, le hibou belliqueux, de nombreuses fois. Il accumula aussi les bonnes notes, ne participa jamais en classe, et conserva un comportement modèle. Il développa une haine intense envers Ulrich Von Einhauer, qu'il jugea comme étant un pauvre con prétentieux. Il décrocha pas mal de BUSE, lui permettant de poursuivre en classe d'ASPIC les matières dont il aurait besoin pour être auror. Car c'était son nouveau rêve, sa nouvelle ambition. Et il comptait bien y parvenir, même si pour cela il devait y laisser la peau.

_________________


YOU SOLD YOUR SOUL TO FEED YOUR VANITY.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilfried I. E. Wellington
Serdaigle - 7eme Année
Serdaigle - 7eme Année
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 29
Localisation : With her, somewhere you can't really guess.
Date d'inscription : 06/08/2008

Chroniques
Amour: Rebecca Stuart.
Relations:
Moral:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Lun 11 Aoû - 17:46

BEHIND THE CHARACTER

DECOUVERTE DE BC Compte de l'administratrice, Evangeline
AGE 18 ans dans 9 jours
RPGISTE DEPUIS? Un peu plus d'un an
AVATAR Robert Pattinson *_____*
PRESENCE 10/10
MULTICOMPTES? Yep
CODE: Ok by Evangeline, mode On s'auto-valide

Fiche terminée!

_________________


YOU SOLD YOUR SOUL TO FEED YOUR VANITY.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangeline Taylor
*Préfète en Chef*

*Préfète en Chef*
avatar

Féminin
Nombre de messages : 266
Age : 28
Localisation : Dans un pays où la liberté existe encore.
Date d'inscription : 31/12/2007

Chroniques
Amour: Ulrich Von Einhauer
Relations:
Moral:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   Lun 11 Aoû - 17:55

Un brin d'orgueil, pour quelqu'un d'imposant et élégant.
Tu as de la poésie et des étoiles dans la tête
Tu aimes la solitude et la tranquilité...

Nul doute, pour toi, ce sera... SERDAIGLE!

_________________
Why? The eternal question.

R.&E.&F. forever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackcircle.forumactif.info
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un autre monde? {Wilfried Ilian Eliott Wellington} [100%]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Autre Monde, de Maxime Chattam
» A la frontière de l'autre monde [PV]
» LES CENOTES, PORTES VERS L'AUTRE MONDE...
» Un pas vers l'autre monde
» II. Pays d'Autremonde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Circle: Evil Never Dies :: Accueil du RPG :: News & vie du forum :: Who Are You? :: Cérémonie de la Répartition :: Serdaigle-
Sauter vers: