CalendrierAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Irlande et Pommes [Franklin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cyril Silver
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 46
Localisation : *hausse les épaules*
Date d'inscription : 14/02/2008

Chroniques
Amour: Tsuyosa Heartgreaves Silver
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Irlande et Pommes [Franklin]   Dim 29 Juin - 16:49

C'est la baguette qui choisit le sorcier. Cyril avait découvert cette phrase en même temps que le monde sorcier tout entier. Cette notion de libre arbitre pour un objet l'avait fasciné. Pour une fois il n'avait pas les rênes de son existence, il lui suffisait de se laisser conduire et de chercher la baguette qui le choisirait. Et il avait été choisit. Quelque part dans la brume qui étouffait son existence, il avait sentit son coeur battre. Etre choisit signifiait d'une certaine façon que l'on reconnaissait son droit à d'exister. Que la nature lui pardonnait la mort de Sarah et reconnaissait sa présence sur cette terre. A l'époque, il espérait encore ne pas être trop différents des autres sorciers.

Poudlard était passé par dessus et avait recouvert son amour des baguettes. Il l'avait oublié au milieu des jours sans fin et des uits sans noms. Il avait retrouvé sa routine de silence, d'ignorance et de dessin. Travaillant le strict minimum, il avait reprit ses bonnes vieilles habitudes. Pourquoi se donner la peine de paraîre vivant lorsque l'on se sent mort à l'intérieur ? Puis il y avait eu la vie qui l'avait dénichée, choisie elle aussi d'une certaine facon. Il avait retrouvé les sentiments de la plus douloureuse des façons, cachant à grand peine ses troubles derrière son impassibilité. Le Lord avait gagné. Il avait caché ses parents dans le Cambridge magique. Il était probablement le dernier né de moldu en possession d'une baguette et encore vivant d'Angleterre. Il avait été choisit. Et ironie du sort, il était celui qui fabriquait les baguettes pour les "vrais" sorciers.

Cyril paraissait toujours hors du temps et de la politique. Or le destin l'avait choisit et l'avait jeté dans un camps sans lui demander son avis. Et le sorcier acceptait cette fatalité. Tsuyosa l'avait rejoint et il avait un petit rôle utile. Par exemple il fabriquait secrètement des baguettes pour des sorciers ayant brisé la leur en combat et pour l'ordre en général. Oh ne vous y trompez pas,i l fabriquait des baguettes pour tout le monde sans demander à quoi elles allaient servir mais il en préparait des spéciales pour son camps. En plus. Comme celle qu'il avait fabriquée le jour où il avait vu Lily. Une baguette timide, bois de pommier et plume d'Augrey.
Comme tous les 7 du mois, il en avait une pleine caisse pour son contact dans l'ordre. Un irlandais nommé Franklin. Et comme tous les 7 du mois, il était seul dans la boutique. Ollivanders utilisant cette date pour aller vérifier l'acheminement des ingrédients. On était jamais trop prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin O'Dalaigh
Employé du Ministère
Employé du Ministère
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 53
Localisation : Là où mes pieds me mènent.
Date d'inscription : 27/06/2008

Chroniques
Amour:
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Irlande et Pommes [Franklin]   Dim 29 Juin - 17:26

Début de mois, début des ennuis et routine. Comme chaque début de mois, le ministère est sans dessus-dessous tout va et viens avec une vitesse assez remarquable, et ce, uniquement pour mieux flemmarder le reste du mois. Franklin subissait ce petit rituel le sourire aux lèvres, émerveillé par la stupidité de ses congénères. Et comme tout les début de mois, il avait lui aussi son petit rituel personnel, celui qui le fait frénétiquement quitter son travail une heure plus tard chaque jour de semaine jusqu'au jour du 7. Depuis son retour aux sources, il avait obtenu de son travail il jour de congés par moi, le 7 afin de s'occuper de son fils. En échange, il rattrapait les heures au long de la première semaine de chaque mois. Mais depuis deux ans, son fils est à Poudlard et ses occupations ont quelque peu changées. O'Dalaigh profite dorénavant de cette journée pleine pour effectuer ses devoirs pour l'Ordre. Et entre la paperasse, les réunions et les colis, 24 heures ne sont parfois pas suffisantes.

Pour ce mois-ci, Franklin décida de commencer par la réception du colis. Pas la tête à lire des papiers de bon matin, le voila lancé sur le chemin de traverse, direction Ollivander's ! Le plus dur dans ce périple, c'est de passer sans se faire écraser les pieds, ou bousculer de toute part. Chaque mois il espère..... En vain. Et arrivé à la boutique, il voyait chaque fois ce jeune homme, impassible, aux regard perdu. Etrange personnage. Ollivanders l'avait engagé il y a quelques temps déjà et O'Dalaigh l'apercevait de temps à autres. Mais Franklin n'étant pas du genre bavard, ça n'arrangeait pas forcément les choses. L'irlandais entra dans la boutique et s'approcha du comptoir. Vérifiant une dernière fois qu'ils étaient bien seuls, il engagea la conversation.


- Bonjour Mr. Silver. Vous avez reçu la commande ?

Question de rhétorique d'usage et profondément inutile. Cependant il fallait bien une façon d'entamer un semblant de dialogue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyril Silver
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 46
Localisation : *hausse les épaules*
Date d'inscription : 14/02/2008

Chroniques
Amour: Tsuyosa Heartgreaves Silver
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Irlande et Pommes [Franklin]   Ven 4 Juil - 3:53

L'homme est tellement destructeur qu'il en devient incapable d'apprécier les bonnes choses. C'est le seul être vivant à s'auto détruire en même temps que son environnement. C'est lui qui a inventé les drogues dont il devient dépendant, il pollue son environnement, le rendant nocif pour les autres espèces mais aussi (et c'est là qu'il est fort) pour lui même. Il est tellement conçu pour détruire qu'il est même incapable de se rendre compte de sa propre contradiction. Et comme tout ce qui était bénéfique, la routine était quelque chose que l'on maudissait souvent quand tout allait bien mais qu'on bénissait lorsqu'un imprévu venait vous pourrir la vie.

La vie de Cyril était pourrie depuis longtemps (même si sa famille mettait du baume sur ses blessures et lui apportait un soleil indéfinissable) ce qui le faisait apprécier ce genre de rituel. Toute sa vie était rythmée comme du papier à musique. Cadrée, bicolore, rangée, rassurante. On était le 7 du mois et Franklin allait arriver.
Lorsque la clochette sonna, le jeune homme sortit de l'arrière boutique ou il reclassait les boites. Ollivender laissait toujours un désordre sans nom, rangeant les baguettes au petit bonheur la chance. Et a chaque fois qu'il y était seul, Cyril reclassait tout ca pour retrouver le même désordre deux jours plus tard. Quand il vous disait que c'était rassurant.

Franklin entra tranquillement, comme toujours. Il était grand, mais moins que lui, avait des cheveux gris et un regard qui inspirait confiance. Tout ce que Cyril savait sur lui c'était son prénom et sa nationalité, Irlandaise.


"Bonjour Mr. Silver. Vous avez reçu la commande ?"

Cyril hocha la tête et lui tourna le dos une seconde pour chercher la caisse. A coté il posa une boite en acajou, fermée d'une simple ficelle. Dedans se trouvait une baguette toute spéciale aux yeux du jeune homme. Le genre de baguette qu'il ne voulait donner qu'a l'ordre. Pommier et Augrey. Ce phénix vert d'Irlande justement. Il pose la caisse sur le comptoir et fait glisser l'étuit spécial vers Franklin.

"Cadeau."

Deux yeux couleurs de pluie se lèvent et interrogent le chef de l'Ordre. Y a t-il quelqu'un parmi eux qui a besoin d'une baguette ? Un né de moldu qui pourra entrer en possession de son héritage ? Et si la baguette capricieuse n'acceptait personne ? Et si comme il le pensait lui, elle voulait choisir Franklin ? Un sorcier peut avoir plusieurs baguettes c'est un fait connu mais qu'en ferait-il ?

"Elle est timide. Puissante. L'eau qui dort, érode et serpente. Pas violente. Mais endurante."

Après tout cela ne le regardait pas. Si l'irlandais refusait cette offre alors il la rangerait pour quiconque, sorcier blanc ou mangemort, qui saurait la dompter. Une baguette pouvait aussi avoir plusieurs maître. La nature a toujours eu horreur du gâchit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin O'Dalaigh
Employé du Ministère
Employé du Ministère
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 53
Localisation : Là où mes pieds me mènent.
Date d'inscription : 27/06/2008

Chroniques
Amour:
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Irlande et Pommes [Franklin]   Ven 4 Juil - 12:53

D'expérience, Franklin pensait que le monde des hommes se divisait en deux catégories. D'un côté, les insipides, inintéressants dans leur médiocrité et dans leur incompétence, représentant une majorité écrasante de la population. Et de l'autre, le reste, soit ceux qui valent la peine d'être rencontrés. Malheureusement, au sein même de cette faible seconde catégorie, on trouve un clivage qui réduit toujours considérablement le cercle de fréquentations à promouvoir. Depuis qu'il fréquente cet établissement et qu'il croise Silver, il ne sait pas dans quelle catégorie le placer. Le fait qu'Ollivander l'ai engagé donne un élément de réponse. Mais ensuite... Rien ne permettait de connaitre l'état d'esprit du jeune homme. La demande effectuée, ce dernier s'éclipsa un bref instant et revint avec une boite. Pas une caisse cette fois-ci, mais une boite. Franklin n'eut pas le temps de se poser quelque question que ce soit qu'elle était approchée vers lui accompagnée d'un maitre mot: "Cadeau". Etonné, l'irlandais attrapa la boite et la regarda un instant, sans rien faire. Il jeta un rapide coup d'œil sur sa baguette puis se décida à ouvrir le sésame. En bon irlandais, la première chose qui le frappa fut l'Augrey et un large sourire se dessina sur son visage. Ce vert ne pouvait être issu que de son pays natal et sa tendance a virer au noir est un signe du phénix arborant les plaines gaéliques. O'Dalaigh se remémorait alors les légendes sur cet oiseau rare et son cri annonciateur de mort quand il fut ramené au concret par la voix de Silver.

"Elle est timide. Puissante. L'eau qui dort, érode et serpente. Pas violente. Mais endurante."


Baguette parfaite. Tout ce qu'il faut pour un magicien confirmé. Cependant une chose intrigue Franklin. Cette baguette est faite sur mesure, et ses caractéristiques n'en font pas une baguette de première main capable d'être utilisée par n'importe quel sorcier. Pourquoi la lui mettre entre les mains ? Il sorti la sienne et la posa sur le comptoir, à côté de la boite. "Bois de cèdre avec ventricule de Dragon", il se rappelle encore la phrase d'Ollivander quand il la lui donna. Avec du dragon, elle devait lui porter chance qu'il disait. Dans un sens, il n'avait pas foncièrement tord, l'irlandais était en vie et en bonne santé. En voyant le présent, il se demandait qui serait bien digne de la porter. Question d'autant plus idiote que c'est la baguette qui choisit son porteur. Après quelques instants d'attente, il croisa le regard de Cyril et se décida enfin à prendre la baguette en main, et advienne que pourra !

La baguette n'était pas bien lourde et possédait une prise en main assez simple, tout ce qu'il faut pour être bien à l'aise. Maintenant il lui fallait la tester et voir si elle le choisirait. Pas le temps d'esquisser le moindre geste que la baguette obligea l'irlandais à la tenir de toute ses forces s'il ne voulait pas la lâcher. Un léger halo vert ornait l'objet et sentant sa puissance, il se retourna rapidement et visa le premier carton qui se consuma en un rien de temps. Un frisson parcouru son échine et Franklin marqua un arrêt avant de se retourner, grimaçant.


"J'espère qu'il n'y avait rien de bien important dans ce carton"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyril Silver
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 46
Localisation : *hausse les épaules*
Date d'inscription : 14/02/2008

Chroniques
Amour: Tsuyosa Heartgreaves Silver
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Irlande et Pommes [Franklin]   Lun 7 Juil - 22:03

Rien n'existe que le temps et la lumière. Et encore pour la lumière il n'était pas sur. Partant de ce principe, on peut conclure que le rien autrefois le contenu dans le carton et maintenant en cendres n'était pas important. Les choses n'avaient de toute facon que l'importance qu'on leur accordait. Cyril avait assez travaillé avec les différents éléments nécessaire a la création des baguettes pour ne plus se laisser atteindre par des pertes aussi minimes. Le plus important pour lui était qu'il avait vu juste. Le sorcier de la baguette était bien Franklin et à eux deux ils formaient un duo incendiaire. Il fallait au moins ca pour protéger les enfants impurs (soient les deux siens, il n'était pas du genre a se préoccuper d'autres personnes que sa famille et son cercle privé) des mangemorts comme Prosper, Irina, Majandra et autres anciens condisciples.

Les yeux inexpressifs du garçon se posèrent sur la première baguettede Franklin. Cedre et dragon d'apres le registre d'Ollivenders. Vous saviez que le fabriquant de baguette obligeait tous ses employés d'apprendre par coeur la liste des baguettes encore en activité et de leurs propriétaires ? Non ? Et bien c'est normal parce que le seul a l'avoir vraiment fait n'était pas vraiment du genre à en parler. En plus Cèdre et Dragon était un mélange déplacé. Magyart a pointe en plus. Même pas un irlandais ! Un sorcier comme euh... ouais Franklin se devait d'avoir une baguette aussi proche de lui qu'il l'était de son pays. C'était d'une logique imparable. Cyril avait du mal a comprendre comment on pouvait passer à coté de ce principe là.

Bref, la baguette fonctionnait (un peu trop bien) et l'irlandais paraissait un rien ennuyé de sa performance. Le vendeur haussa les épaules pour exprimer son indifférence face à la destructions du cartons.


"Des commandes"

Sous formes de bons, je vous rassure, aucune baguette n'a été blessée durant le tournage. Mais bon, c'était un rien ennuyant tout de même. Pour Ollivenders. Cyril, lui, pensait que les bons n'avaient cas pas trainer n'importe ou. Cette boutique était l'antre de l'anarchie et du désordre. Et il n'avait que dix doigts et une baguette pour tout ranger.

Il se baissa et posa également la caisse habituelle sur le comptoi. Puis comme si de rien était, un peu comme il aurait parlé de la pluie sur le désert, il lança :


"Pourquoi ?"

Traduction, pourquoi avez vous envoyé ma femme a Poudlard. Cela dit, sans contexte et vu la neutralité et de son visage, et de son ton il était assez difficile de trouver la réelle raison de cette question existentielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin O'Dalaigh
Employé du Ministère
Employé du Ministère
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 53
Localisation : Là où mes pieds me mènent.
Date d'inscription : 27/06/2008

Chroniques
Amour:
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Irlande et Pommes [Franklin]   Sam 12 Juil - 14:24

Des commandes. Franklin n'avait rien trouvé de plus intelligent que de faire brûler un carton de commandes ! Dans un sens, c'était soit le carton, soit le comptoir. Et techniquement, il préférait voir un carton se consumer plutôt que l'amas de bois séparant le vendeur de lui-même. Il était extrêmement gêné par sa maladresse et commença à se poser plein de questions. Etaient-ce des baguettes ? Non, elles auraient surement fait autre chose qu'une simple et banale mise en feu. Alors des lettres de commande ? Que va-t-il alors arriver aux sorciers qui ont fait leur demande ? Ou bien des reçus de commande ? Aie.... Il vaut mieux éviter ça sinon Ollivanders va encore piquer une crise. De plus, l'impassibilité de Cyril n'aidait en rien Franklin a apaiser sa conscience. Il restait là, le regard neutre et la voix étrangement platonique. C'est comme si rien ne l'affectait. Ca avait au moins le don de rassurer l'irlandais sur sa bourde..... Si ça avait été réellement important, Silver aurait au moins esquisser un geste. Du moins, il espère, jusqu'à ce qu'un son sorte de sa bouche. Au lieu de ça, il le voit poser le carton habituel et emmètre enfin quelque chose d'audible.

"Pourquoi ?"

Franklin le regarda dans les yeux avec étonnement. Pourquoi quoi ? Pourquoi il vient chercher le carton ? Pourquoi il est là lui et pas un autre ? Pourquoi il posa une question d'amabilité sur le contenu de la boite ? Quitte à rester dans les questions existentielles, l'irlandais s'en posa une.... Pourquoi cet homme se contente-t-il toujours de faire des phrases d'un seul mot ? Pourtant à l'école on apprends bien "sujet-verbe-complément" ? Faudra qu'il pose la question à son fils quand il le reverra. Le regard du vendeur était toujours vide. O'Dalaigh claqua ses doigts à quelques centimètres de son visage. On ne sait jamais, il pourrait le faire cligner des yeux.

- Euh.. Je ne sais pas. J'ai quand même fait flamber un carton, rempli de commandes de surcroit. Il me semblait évident de m'inquiéter à ce sujet...


Tellement évident que si ça se trouve, la portée de la question n'était pas là. Dans ce cas, quel message voulait-il faire passer ? Sans mots et à première vue sans émotions, Franklin ne va pas réussir à comprendre de quoi il en retourne. Et conscient qu'il n'aura aucun indice s'il ne fait pas d'effort, le chef de l'Ordre renchérit immédiatement, accompagné d'une petite tape amicale sur l'épaule de son locuteur.

- ... A moins que vous ne vouliez pas parler de ça et là, il va falloir m'en dire plus camarade. Je n'ai pas de dons de clairvoyance et rassurez-vous je n'ai encore mordu personne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cyril Silver
Commerçant
Commerçant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 21
Age : 46
Localisation : *hausse les épaules*
Date d'inscription : 14/02/2008

Chroniques
Amour: Tsuyosa Heartgreaves Silver
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Irlande et Pommes [Franklin]   Lun 14 Juil - 14:39

Lorsque Cyril lançait son "pourquoi" sans rien d'autre, cela révélait trois choses. La première c'était qu'il appréciait assez la personne pour s'intéresser un tant soit peu à elle. La seconde c'était qu'il se sentait vaguement coupable d'un truc sans savoir trop de quoi il s'agissait, et la troisième c'était pour tester la personne en fonction de sa réponse. Certes, le test était la grande force de Tsuyosa et dans une moindre mesure de leur aîné mais au fur et à mesure des années, le jeune homme s'était rendu compte qu'il était parfois plus fructueux de guider les gens par une question plutôt que d'attendre qu'ils se décident.

Franklin avait l'air étonné par sa question aussi Cyril eut grand soin de bouger encore moins que d'habitude afin de ne pas donner d'indice au Chef de l'Ordre. Celui-ci avança le bras et fit claquer ses doigts à quelques centimètres du visage du fabriquant de baguette. Par réflexe, ses paupières battirent mais ce fut le seul mouvement notable. Cyril tourna les yeux pour voir ce qu'il fabriquait, ne vit rien de dangereux et reprit son examen de la poussière invisible de la pièce. Il en fallait plus pour le faire réellement réagir. Son corps vivait, son esprit, lui, beaucoup moins.

Finalement, l'irlandais répondit à sa question en parlant des caisses. Cyril savait ce qu'il voulait savoir et hocha la tête comme s'il avait la réponse à sa question. Il était bien un peu déçu, au fond, de ne pas avoir de nouvelles de Tsuyosa mais connaissant la jeune femme, il était probable que Franklin ne sache même pas pourquoi il lui avait dit d'aller là bas. Tsu avait toujours été très forte pour manipuler la volonté d'autruit. Curieusement, la sienne résistait plutôt bien.


"C'est la baguette qui choisit la forme de sa manifestation, pas le sorcier. Je suis responsable puisque j'ai fabriqué la baguette. Pas s'en faire."

Oui, Cyril avait changé. Il était moins déprimé et il lui arrivait de parler voire même de faire plusieurs ^phrases d'affilée. Cela ne venait pas tout seul comme pour les autres êtres humains. Ca lui demandait des efforts et pas mal de concentration mais il y arrivait. Sujet, Verbe Complément, et la certitude que les mots qu'il utilisait ne tueraient personne. La voix du garçon était toujours aussi neutre, son visage aussi vide et c'est à peine s'il eut un mouvement de recul lorsque Franklin lui tapa sur l'épaule et l'appela "Camarade". Ca par contre il allait devoir s'y faire. Les relations humaines n'étaient franchement pas sa tasse de thé. Finalement, il comprit qu'en fait, on venait de récompenser son propre effort.

"On peut mordre les gens ?"

Ca lui paraissait un peu gros tout demême. Alors qu'il était si facile d'avoir un chien ou de lancer un sort. Et puis les gens étaient sales alors les mettre dans la bouche paraissait peu hygiénique. Il ne parlait même pas du gout, ca c'était l'affaire de chacun. Secouant la tête en ce qui pouvait aussi bien passer pour une mauvaise image ou la dissimulation d'un on-ne-savait-quoi d'amusé, Cyril enregistra la transaction dans le grimoire et tendit la note à son client du matin. Moins la baguette et le carton, comme promis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Franklin O'Dalaigh
Employé du Ministère
Employé du Ministère
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6
Age : 53
Localisation : Là où mes pieds me mènent.
Date d'inscription : 27/06/2008

Chroniques
Amour:
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Irlande et Pommes [Franklin]   Mer 1 Oct - 9:52

La petite pointe d'humour émanant de la bouche de Franklin n'avait pour seul but que de sortir de sa léthargie flagrante le jeune Silver. Manqué. Il n'a même pas réussi à lui soutirer la moindre esquisse de sourire, n'a suscité aucune émotion et n'a obtenu aucune réponse. Le néant total. O'Dalaigh observa quelques instant le jeune homme, se tenant fixement devant son comptoir, le regard perdu dans on-ne-sait-quelle contrée lointaine. Le mutisme dura une bonne dizaines de secondes avant que Cyril ne lui présente la facture. Son client la prit et marqua un arrêt. Ce dernier ne savait pas quoi penser de l'énergumène béant, planté derrière son comptoir comme un épouvantail à la campagne. Autant, ce désintérêt total et ce manque de sentiments était une bonne chose, que ça soit pour éviter la panique, pour ne pas être sujet au stress.... Ca peut être bénéfique. Autant niveau relations sociales, c'est pas gagné.

Avec tout ça, Franklin ne sut même pas avec précision ce que voulait exactement savoir Cyril. Que devait-il faire ? Lui demander ? Au risque de se voir répondre un "Comment ?" ou alors une réponse aussi compréhensible que ces cours de divinations auxquels il a participé dans sa jeunesse. Non, il préféra payer. Par pure sournoiserie, il donna un peu plus que la note indiquait. Petit test. Rangeant le présent à l'intérieur de sa veste, il observait la réaction du jeune homme. A vrai dire, non content d'intriguer O'Dalaigh, le personnage de Silver le fascinait. Il possédait quelque chose d'anormal, d'incompréhensible. Et ça avait le don d'attirer la curiosité de l'irlandais. Après cette légère touche d'anthropologie, peut-être serait-il convenant d'inviter Silver ? Peut-être, peut-être pas. Attendons déjà de le voir dans le repère de l'Ordre puis on avisera.

D'une voix froide, Franklin lui dit finalement de garder la monnaie et lui tendit la main, laissant échapper un bref "A bientôt"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Irlande et Pommes [Franklin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Irlande et Pommes [Franklin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» MAIGRET DE CANARD AUX POMMES ET MIEL
» Compote de pommes aux amandes
» Aumonieres de Livarot aux pommes
» Patrouille en forêt [PV Aubé + Tarte aux Pommes + Soleil Couchant]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Circle: Evil Never Dies :: Villes & Villages :: Villes et villages :: Chemin de Traverse :: Ollivander-
Sauter vers: