CalendrierAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une ballade dans la foule londonienne...

Aller en bas 
AuteurMessage
Anwen Deryn Stark
Gryffondor - 1ere Année
Gryffondor - 1ere Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39
Age : 26
Localisation : Dans un coin quelque part en train de...de faire quelque chose en tout cas ^^''
Date d'inscription : 13/02/2008

Chroniques
Amour: ...Amour ? Dans le genre de...euh...des bisoux x.X ?
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Une ballade dans la foule londonienne...   Mer 13 Fév - 20:15

La rentrée serait pour dans un mois. Il fallait avouer que la petite Anwen ne savait plus trop quoi penser. Est-ce qu’elle avait hâte ou angoissait ? Est-ce qu’elle devait se déguiser en fille ‘cool’ ou pouvait bien rester elle-même ? Après tout, elle ignorait comment seraient les élèves…Et dire qu’elle devait se rendre à Londres pour ses achats scolaires. Londres, ça s’était angoissant. Il y avait pleins de gens, trop de gens et le smog dérangeait le roulement naturel de son système respiratoire : c’était tout simplement invivable. Comment ses grands-parents pouvaient-ils vivre là ? Comment oncle Prosper pouvait espérer élever des enfants dans une telle ville ? C’était inconcevable. Elle qui avait toujours vécu entre la cour avant et arrière d’une maison en Écosse ne s’imaginait pas évoluer dans la foule londonienne. Heureusement, elle n’en avait pas pour bien longtemps.

« Maman ? J’suis prête ! »

Anwen avait soigneusement choisi ses vêtements et avait opté pour du rouge vin et du doré. Elle portait une robe rouge, ainsi qu’une cape de la même couleur, brodée d’or. Elle tenta de convaincre sa mère de coiffer ses cheveux avec une longue plume dorée, mais Klarissa refusa catégoriquement : elles allaient en ville, pas au carnaval. Néanmoins, elle trouva dans les affaires personnelles de sa mère quelques plumes dorées moins longues qu’elle ne l’aurait espéré, mais se permit tout de même d’en prendre une pour la glisser dans ses cheveux. Sous le regard réprobateur de sa mère, elle disparut dans les flammes vertes de la cheminée. Dès qu’elle vit la rue bondée de monde, les familles diverses qui se faufilaient à gauche et à droite, la fillette grimaça. La main de sa mère se posa sur son épaule, comme pour la rassurer en silence. Klarissa connaissait bien Londres, elle y avait longtemps vécu. Mais depuis près de dix ans, elle n’y avait pas réellement remis les pieds. Elle avait préféré élever sa fille loin de cette jungle.

« Par quoi commence-t-on, maman ? Sur ma liste j’ai : une baguette magique, un chaudron modèle standard en étain taille deux, une boîte de fioles en verre ou cristal, une balance en cuivre, un télescope…Mes manuels…Mon uniforme…
- Je propose que tu commences par ta baguette pendant que je m’occupe de tes manuels. Ensuite, nous irons chercher le reste et ton uniforme, en espérant que je ne sois pas obligée de faire des pieds et des mains pour qu’il soit de bonne qualité…
- Maman…fit Anwen, exaspérée.
- Anwen, la qualité des matériaux est importante, tu sais.
- Bien. Parfait. Puis-je aller chercher ma baguette maintenant ?
- Oui. Sois prudente surtout. Ne parles pas aux inconnus, ne t’aventures pas loin de la boutique, ne suis personne, ne penses même pas un seul instant à laisser ta curiosité te guider dans les coins sombres et bien sûr…
- Maman !
- …n’oublies pas que je t’aime. »

Klarissa embrassa sa fille sur la joue, puis s’éloigna la liste en mains pour acheter les manuels de la petite. La fillette leva alors les yeux vers les enseignes des boutiques pour trouver Ollivander, le fameux fabriquant de baguettes. Il ne devait pas être bien loin cet Ollivander. Une boutique remplie d’objets aussi importants dans la panoplie du sorcier ne pouvait pas se trouver à des kilomètres dans un coin sombre… Malheureusement, elle ne connaissait absolument pas le Chemin de Traverse ; sa mère aurait dû y penser. Ainsi donc suivit-elle le chemin longuement, en silence, ayant une vague impression de déjà-vu alors qu’elle s’approchait d’un endroit qui lui était familier. Elle ferma les yeux et inspira profondément. Il flottait dans l’air une odeur de…

« Hey ! », s’exclama-t-elle.

Alors qu’elle rêvassait distraitement, plantée au milieu du chemin, on n’avait pas fait attention à elle et elle se trouvait maintenant assise par terre, ayant totalement oublié ce à quoi elle pensait la seconde d’avant.


« J’suis tout de même pas invisible..! Et pas si petite non plus ! Chez moi, quand on bouscule quelqu’un, on s’excuse ensuite, parce que ce n’est pas très poli de…Hey ! Oh ! Je vous parle, vous savez ? Hmpf ! »

Décidément, les gens étaient ingrats. Voilà que ces maladroits s’éloignaient sans même un mot pour la petite Stark qui s’époumonait. La jeune fille croisa les bras et soupira.

« Bon, où en étais-je..? », marmonna-t-elle en regardant autour d’elle. « Avec tout ça, je crois que je me suis perdue. »

_________________
Jusqu'au bout du monde et de la mer
Et du soleil et jusqu'au bout des étoiles
Au-delà du fond des galaxies
Dans l'infini de l'univers sidéral...
Aussi loin que porte le regard de mon cœur
Jusqu'au bout du ciel et jusqu'au fond du bonheur
Je t'aime aussi loin...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista Lordryu
Callie
Callie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 28
Localisation : Perchée, dans un arbre, sur un toit, un mur...
Date d'inscription : 06/02/2008

Chroniques
Amour: Moi
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Une ballade dans la foule londonienne...   Jeu 14 Fév - 4:59

Londres ! Ca c'était un coin chouette. Une ville animée, bourrée de gens plus stupides les uns que les autres, tous pressés, stressés, méfiants, égocentrique, bref un paradis pour une jeune observatrice comme Ryuko. Le Londres Moldu surtout, avec ses voitures, ses marchands de journaux, facteurs, cabines téléphoniques et autres inventions electroniques était passionant mais il arrivait parfois à la jeune sans-abris de s'aventurer sur le chemin de traverse, échanger ses livres contre des gallions qu'on ne pouvait pas vraiment lui voler. Callie s'était levée à l'aube, comme à son habitude. Elle était passée voir son patron, le prévenant de son absence aujourd'hui pour "raison familiales". En fait, cela faisait longtemps qu'elle avait fait une croix sur sa stupide famille et vivait seule mais elle ne pouvait pas vraiment aller raconter qu'elle devait se rendre dans une rue parallèle du monde sorcier pour s'acheter un chaudron de rechange et quelques robes d'occasion n'est ce pas ?

La journée avait bien mal commencé. Son patron l'avait copieusement engueulée parce qu'un client s'était plaint de son comportement la veille. Oui, bon, elle l'avait gifflé mais il lui avait fait des avances déplacées. Elle était livreuse, pas prostituée. Et non, elle se fichait bien du fait qu'être aimable lui rapporterait de meilleurs pourboires. Elle avait autre chose à faire de sa vie. Ce n'était qu'une étape, un trempelin en attendant que ses études lui permettent d'avoir un métier plus valorisant.
Ensuite, sur le chemin du chaudron, un crétin d'automobiliste avait brûlé un feu rouge et la collision avait été évitée de justesse. Ryuko avait freiné de toutes ses forces dans la pente et avait réussi à arrêter son vélo à temps. Malheureusement, il avait fallu qu'elle passe par dessus le guidon et s'étale lamentablement sur le bitume. Résultat, un calecon beige devenu gris et troué au genou, des graviers dans les mains et, ce qui était pire que tout, un amour propre salement amoché. Non, décidément la journée n'était pas bonne du tout !

Finalement elle arriva au Pub. Elle avait vraiment l'air misérable avec sa vieille tunique en coton fin et son caleçon déchiré. Sans parler de ses cheveux qui lui donnaient l'air de s'être coiffée avec un pétard. Mais ses yeux pleins d'éclairs et son sourire moqueur réussi à faire taire les mauvaises langues et elle ne récolté sur son passage que des regards désaprobateurs/moqueurs/hautains/amusés. Et puis d'ailleurs elle s'en fichait. Les adultes n'étaient que des imbéciles, elle en avait la preuve tous les jours. Après avoir tapoté sur le mur de briques et être entrée sur le Chemin, Callie hésita. Allait-elle profiter de la présence de centaines de sorciers pour réparer son habit malgré la Trace ? Non, elle ne devait pas risquer de se faire renvoyer de Poudlard alors qu'il ne lui restait plus qu'une année avant d'avoir ses ASPICs. Mais c'était vraiment pas de bol. Elle avait plus que jamais l'air d'une bonne à rien dans cette tenue.

La matinée se passa lentement. A la banque. Ses parents lui avaient encore fait un virement et il lui fallu encore une fois expliquer à ces idiots de gobelins qu'elle se fichait pas mal d'être mineure et qu'elle NE VOULAIT PAS de ce fric. Et encore une fois, il n'y eut rien à faire. Avec un soupir, l'adolescente changea son argent moldu et nota dans un carnet la somme à ne pas dépasser pour ne pas puiser par erreur dans cette réserve d'argent qui, pour elle en tout cas, ne lui appartenait pas.

15 heures sonnaient et elle n'avait toujours rien mangé depuis la veille. Son energie commençait à chuter brutalement et elle se sentit pâlir. Il fallait toujours qu'elle tombe en hypoglycémie pour se souvenir de déjeuner. Comme si la chose n'avait pas d'importance pour son esprit.
Elle s'arrêta devant un marchand ambulant pour se prendre un hot-dog qu'elle dévora d'une traite, puis un autre pour la route. La prochaine étape était une librairie du côté de l'Allée. Il y avait là bas des bouquins intéressants et puis c"était toujours plus drôle lorsqu'on pouvait négocier les prix. Les gens du Chemin étaient bien trop coincés à son goût. Rien que des bourges. Tenez, comme cette gamine dans sa robe rouge, assise au milieu de la rue. Elle était mignonne. Pathétique, stupide, surement bornée et peu digne d'intérêt mais mignonne. Et elle ne manquait pas de courage. Ce serait amusant d'aller tester un peu ce tempérament inconnu.


"Yo !"

Callie s'était approchée de l'enfant. Elle mordit dans son hot-dog tout en la dévisageant de haut en bas, comme si c'était elle qui était vêtue de façon déplacée et pas l'adolescente elle-même. Elle s'avanca encore histoire d'être toute proche de la petite fille qu'elle surplomba de toute sa hauteur (fallait en profiter, généralement elle se faisait dépasser par les cinquième années).

"Je ne sais pas si on te l'a déjà apprit dans ta cambrousse, la mioche, mais la rue c'est fait pour marcher, et là, tu gênes."

Ryuko ne savait rien d'elle mais il n'était pas besoin d'avoir le troisième oeil pour voir qu'elle n'était pas une habituée de l'endroit. Et son accent, lorsqu'elle avait dit être perdue, était bien loin de celui de Londres. Oh, elle allait l'aider. Elle était tellement jolie cette petite poupée. Mais pas avant de s'être amusée un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anwen Deryn Stark
Gryffondor - 1ere Année
Gryffondor - 1ere Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39
Age : 26
Localisation : Dans un coin quelque part en train de...de faire quelque chose en tout cas ^^''
Date d'inscription : 13/02/2008

Chroniques
Amour: ...Amour ? Dans le genre de...euh...des bisoux x.X ?
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Une ballade dans la foule londonienne...   Lun 18 Fév - 6:01

Il suffisait de réfléchir un peu. Ce n’était pas bien difficile de s’y retrouver, c’était une longue route bordée de boutiques magiques. Elle pourrait facilement trouver quelqu’un à qui demander de l’aide si jamais ça tournait mal…Mais pour l’instant, pas question de demander son chemin. Elle était une Stark, pardi ! Elle n’avait besoin de personne pour aller acheter une simple baguette voyons. Allons, à quoi pensait-elle avant que ces gens sans scrupules la bousculent ? Ah oui ! Une odeur familière…Une odeur de…

« Yo ! »

Anwen leva ses grands yeux bleus vers une adolescente qui se tenait maintenant tout près d’elle. Un instant, la jeune fille esquissa un sourire en se disant que les londoniens n’étaient pas tous aussi impolis que ceux qui l’avaient laissé là : cette fille allait l’aider à se relever, c’était certain.

« Je ne sais pas si on te l'a déjà appris dans ta cambrousse, la mioche, mais la rue c'est fait pour marcher, et là, tu gênes. »

La petite Stark reste un instant figée, son joli sourire aux lèvres, les yeux levés, puis fronça les sourcils.

« Pardon ? », s’exclama-t-elle en se tortillant pour se relever. Elle dut tout d’abord s’aider de ses mains pour s’agenouiller, puis se releva difficilement et retira un instant sa cape brodée pour l’épousseter. Elle referma avec précaution l’attache dorée, puis épousseta aussi le bas de sa robe poussiéreux. Présentement, même si son attention semblait être portée sur l’aspect de ses vêtements, Anwen se répétait mentalement ce que son interlocutrice venait de dire. Venait-on de lui dire qu’elle gênait ? Elle ? La petite se permit un instant de détailler cette…cette…cette Acromantula vêtue en haillons ! Puis elle croisa les bras.

« Sachez que je sais très bien qu’une rue est faite pour marcher, mais il y a des gens qui m’ont bousculés et je suis tombée. Et je ne suis pas une mioche. », fit-elle, autoritaire.

Non mais quel culot ! Comment se permettait-elle de s’adresser à elle ainsi ? Est-ce qu’elle s’était regardée un peu avant de parler au petit chaperon rouge brodé d’or ? À tous les coups, c’était une née de moldus. Klarissa disait toujours que les nés de moldus ignoraient comment se comporter dans la société sorcière, voilà pourquoi Anwen en venait à cette conclusion.

« Et puis, vous aviez de la place pour passer, juste là ! », s’exclama la petite fille en montrant le chemin juste à côté d’elle. « Ce n’est pas comme si je prenais toute la place. Et en plus, nous sommes dans une rue très fréquentée, ce n’est pas anormal d’avoir à se faufiler. Vous voyez tous ces gens qui s’entassent ? Ils n’ont pas critiqués la place que j’occupais momentanément. »

Les londoniens étaient finalement tous les mêmes. Il n'y avait pas d'exception, malheureusement, et c'était sûrement pour cette raison que l'oncle Prosper était autant...de mauvaise humeur. Vivre dans un milieu aussi désagréable, ça devait le mettre dans tous ses états. La prochaine fois qu'elle le croiserait, elle ne manquerait pas de lui proposer d'acheter une propriété en Écosse, dans leur petit coin de campagne. Il avait déjà laissé échapper qu'il prévoyait avoir huit enfants -Anwen ne supporterait pas qu'ils soient tous aussi ronchons.

« Maintenant, si vous permettez, j’ai une baguette à acheter et ma mère doit me rejoindre, je ne voudrais pas qu’elle s’inquiète. »

Klarissa s’inquièterait assurément si sa petite princesse ne se trouvait pas exactement là où elle lui avait dit d’aller. N’importe qui pourrait l’enlever, lui offrir des friandises empoisonnées, l’ensorceler sans qu’elle ne s’en rende compte ou lui faire du mal. La femme regrettait maintenant d’avoir laissé la petite aller chercher sa baguette toute seule, après tout, elle n’était pas venue sur le Chemin de Traverse depuis neuf ans…Anwen fixait toujours l’adolescente avec toute l’autorité dont elle était capable, espérant peut-être impressionner cette fille qui s’était permise de dire qu’elle gênait.

_________________
Jusqu'au bout du monde et de la mer
Et du soleil et jusqu'au bout des étoiles
Au-delà du fond des galaxies
Dans l'infini de l'univers sidéral...
Aussi loin que porte le regard de mon cœur
Jusqu'au bout du ciel et jusqu'au fond du bonheur
Je t'aime aussi loin...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista Lordryu
Callie
Callie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 28
Localisation : Perchée, dans un arbre, sur un toit, un mur...
Date d'inscription : 06/02/2008

Chroniques
Amour: Moi
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Une ballade dans la foule londonienne...   Jeu 28 Fév - 3:19

Deux yeux bleu-gris interrogèrent le regard noisette de la jeune fille avec un mélage de surprise, de soulagement et d'espoir qui fit regretter une seconde son attitude à l'adolescente. Le sourire qui l'accompagna, chaud, confiant et ingénu failli lui faire fondre le coeur mais elle se resaisit. Les petits étaient mignons parce que c'était leur seul moyyen de défense. Dans ce monde seul les forts survivaient et elle n'allait surement pas se laisser avoir par des stratagème aussi enfantin. Elle jeta aux orties tout sentiiment de culpabilité qui aurait pu la saisir et afficha un air ironique et amusé à la vue du petit visage qui se décomposait lentement, presque au ralentit.
Pour s'endurcir encore, elle termina son hot dog devant la gamine sans prêter attention au désespoir puis à la colère qui se lisaient sur la physionomie transparante de la gamine.

"On ne dit pas pardon, on dit quoi."

Ce n'était pas humain d'êtrer aussi bien élevé. Une princesse pareille n'était pas faite pour être seule sur le chemin de traverse. elle se serait faite dévorer toute crue si Ryuko n'était pas tombée dessus. Bon il est certain que pour le moment elle n'avait aucune raison de remercier sa bonne étoile mais Callie était certainement une des rencontres les moins pire.

"Donne moi ton nom la môme et j'arrête de te surnomer. Quand aux gens qui t'ont fait tomber va falloir par t'y faire. T'es ptet une petite reine dans ta cambrousse mais ici tu n'es qu'une gamine à peine assez haute pour être remarquée."

Elle la regarda, amusée, se lever seule et dépoussiérer sa robe. Elle était impatiente cela se voyait au fait qu'elle n'ai pas prit la peine d'attendre qu'on lui tende la main.

"Je n'avais pas envie de faire un détour. Tu es dans ton tort alors je te conseille de la fermer. Va falloir que tu apprennes quelle est ta place si tu veux survivre à Poudlard tu sais. Parce que je présume que tu es trop jeune pour y aller. Un minois pareil, je m'en serais souvenu."

Elle s'essuya les mains avec l'essuie tout fournit par le vendeur, fit une boule avec le papier et lanca le tout directement dans une poubelle non loin, puis, elle posa ses mains sur ses hanches et détailla une nouvelle fois la tenue de la petite fille. Cela ressemblait tellement aux bêtises qu'on la forçait à mettre quand elle était encore chez ses vieux que ca faisait peur. Avait-elle un jour eu l'air aussi ridicule. Elle espérait bien que non ! Elle préférait encore ressembler à Babayaga, la vieille harpie que de penser qu'elle avaitn pu ressembler autant à une poupée de porcelaine.
La gamine reprit alors la parole, parlant avec un langage soutenu, une autorité amusante et une fierté au moins aussi grande que celle de l'enfant dragon. Callie sourit, sans aucune trace de moquerie cette fois et inclina la tête pour saluer l'effort de la petite.

"Je comprends. Mais, avec ta permission bien entendu, je te signale que tu as dépassé la boutique d'Ollivenders. Elle est derrière toi, la quatrième boutique sur ta gauche. Et je te préviens tout de suite que ce n'est pas Olliv' qui y est aujourd'hui mais M'sieur Silver. J'espere que tu lui parlera plus poliement parce qu'il n'est vraiment pas commode. Enfin. C'est bête que tu soit montée sur tes grands chevaux. C'est un bon ami à moi. Si tu me l'avais demandé gentiment j'aurais pu t'y accompagner et lui dire de faire un effort. Mais là... je ne sais pas si j'en ai envie. Et puis ta maman t'as surement dit de ne pas faire confiance aux inconnus n'est ce pas ? Et il faut toujours obéir à sa maman quand on est une bouseuse bien élevée..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anwen Deryn Stark
Gryffondor - 1ere Année
Gryffondor - 1ere Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 39
Age : 26
Localisation : Dans un coin quelque part en train de...de faire quelque chose en tout cas ^^''
Date d'inscription : 13/02/2008

Chroniques
Amour: ...Amour ? Dans le genre de...euh...des bisoux x.X ?
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Une ballade dans la foule londonienne...   Mer 19 Mar - 5:35

Oh la la ! Ce qu’elle était impolie cette fille ! Ce qu’elle était mal élevée et insolente ! Ce qu’elle était…par Merlin, est-ce que tous les londoniens avaient un langage aussi…incompréhensible ? Bon. Restons calme. Il ne fallait surtout pas perdre son sang-froid et donner raison à cette adolescente qui se croyait tout permis. Elle se délectait d’un mets…qui semblait peu ragoûtant, rien de bien raffiné, rien qu’elle n’eut un jour goûté. Et heureusement. Elle avait sûrement acheté ce truc dans un restaurant crasseux et dégoulinant de graisse, ça n’était certainement pas de la cuisine d’elfe. Les elfes de maison faisaient des repas délicieux…Et sa mère aussi. Mais cette chose, ça paraissait si horrible qu’elle n’y aurait même pas goûté en pleine famine. Plutôt se laisser mourir de faim.

De haut de sa taille d’enfant de onze ans, Anwen plongea ses grands yeux bleus dans ceux de son interlocutrice et se retint de se jeter sur elle parce que sa mère n’aurait pas été fière d’elle. Elle disait toujours qu’on ne devait pas se battre, surtout pas en moldu, et que si elle se faisait des ennemis, c’est par la subtilité qu’elle devait se venger. Tiens, elle lui écraserait les orteils plus tard, en faisant passer cela pour un accident. Son oncle Prosper disait toujours avec son étrange sourire ‘Un accident est si vite arrivé’.

Malgré tous les efforts de la petite pour faire avouer à l’adolescente son tort, celle-ci semblait déterminée à montrer à la petite écossaise qu’elle était la fautive. Mais cette fille ne marcherait pas sur les pieds d’une Stark, ça jamais ! Elle allait quitter sa compagnie la tête haute et se rendrait chez Ollivander’s coûte que coûte, sans l’aide de qui que ce soit. Et surtout pas de cette…cette Harpie vêtue de guenilles ! Anwen, les bras toujours croisés, s’apprêtait à contourner sa compagne lorsque celle-ci inclina la tête, un nouveau sourire aux lèvres.


« Je comprends. Mais, avec ta permission bien entendu, je te signale que tu as dépassé la boutique d'Ollivander’s. Elle est derrière toi, la quatrième boutique sur ta gauche. Et je te préviens tout de suite que ce n'est pas Olliv' qui y est aujourd'hui mais M'sieur Silver. J'espère que tu lui parleras plus poliment parce qu'il n'est vraiment pas commode. Enfin. C'est bête que tu sois montée sur tes grands chevaux. C'est un bon ami à moi. Si tu me l'avais demandé gentiment j'aurais pu t'y accompagner et lui dire de faire un effort. Mais là... je ne sais pas si j'en ai envie. Et puis ta maman t'as surement dit de ne pas faire confiance aux inconnus n'est ce pas ? Et il faut toujours obéir à sa maman quand on est une bouseuse bien élevée... »

La petite prit une grande inspiration et posa les mains sur ses hanches, les joues gonflées, les sourcils froncés, et tapa du pied. Elle souffla ensuite tout l’air qu’elle avait accumulé et recroisa les bras. Elle ferma les yeux, prit une seconde grande inspiration et tourna une fois sur elle-même avant de soupirer. La super technique de contrôle façon tante Eileen. C’était un combiné de méthodes familiales en vérité, mais tante Eileen l’avait mis au point pour les enfants, pour les empêcher de devenir violent. Et puis, en plus d’être relaxant, c’était amusant.

« Ma mère m’a effectivement dit de ne pas faire confiance aux inconnus, c’est pourquoi je n’ai pas l’intention, sachez-le, de vous faire confiance. Je vais par contre aller voir si vos dires sont exacts et j’irai chez Ollivander’s. Et pour ce Monsieur Silver, je ne vois pas pourquoi il serait désagréable avec moi puisque je suis polie et aimable. Ce n’est certainement pas avec vous à mes côtés que ce monsieur va être plus gentil, même si vous prétendez être l’une de ses amies. Et de toute façon, ma mère viendra me rejoindre dans peu de temps. Et puis, pour ce qui est de Poudlard, j’y entre cette année justement, Mademoiselle L’Impolie ! Et à propos de mon nom, c’est Stark, Anwen Deryn Stark ! Et et et…Et dernièrement ! »

Anwen ferma de nouveau les yeux et reprit une grande respiration. Oh mais quel culot !

_________________
Jusqu'au bout du monde et de la mer
Et du soleil et jusqu'au bout des étoiles
Au-delà du fond des galaxies
Dans l'infini de l'univers sidéral...
Aussi loin que porte le regard de mon cœur
Jusqu'au bout du ciel et jusqu'au fond du bonheur
Je t'aime aussi loin...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista Lordryu
Callie
Callie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 28
Localisation : Perchée, dans un arbre, sur un toit, un mur...
Date d'inscription : 06/02/2008

Chroniques
Amour: Moi
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Une ballade dans la foule londonienne...   Mer 26 Mar - 23:31

La jeune fille se lecha les doigts histoire de ne pas perdre une miette de son seul repas de la journée. Elle aimait bien les hot dogs de temps à autre, cela changeait de son ordinaire de riz ou de pates qu'elle se faisait sur son réchaud. Au moins il y avait un semblant de viande (ou de graisse animale tout au moins) dedans. Une des bonnes choses de Poudlard cv'était que même Majandra n'avait pas réussi à rendre la nourriture mauvaise. Elle allait faire de nouvelles réserves de viande, de desserts et d'entrées variée. Parce qu'au bout deux mois de rue, elle en avait assez marre. Son regard narquois ne quittait toutefois pas la gamine comme pour la défier de faire une remarque sur son apparence.

Elle ne fut pas déçue. Visiblement ses petites piques portaient. Les yeux clairs et francs de l'enfant semblaient en colère. Callie lmui rendit son regard avec un petillement narquois et amusé. Ce qu'elle aimait mettre ainsi l'autre en déséquilibre ! Bon, face à quelqu'un d'aussi jeune c'était presque trop facile mais la rue lui avait apprit qu'il n'y avait pas de petits profits. Et si la blondinette réussissait à passer l'épreuve, elle l'aiderait pour de bon.

Quoiqu'elle était vraiment mignonne dans son essai de femme en colère, les mains sur les hanches etles pieds bien plantés sur la terre. On avait envie de l'asticoter plus encore rien que pour le plaisir. Car au fond d'elle même, Callie se rendait compte que plus le temps passait et plus elle appréciait la gamine. Quelqu'un d'aussi fier, franc et sur de lui, ca ne se repoussait pas !


"Oh ? Tu danses ? Tu m'apprendras ?"

Elle n'allait tout de même pas laisser passer une occasion pareille de se moquer de son interlocuteur ! Il n'y avait que les enfants pour faire ce genre de mimiques sans craindre de paraître ridicule. La gryffondor se promit aussitôt que si elle le puvait, elle prendrait la gamine sous son aile. Parce qu'avec de telles habitudes de bouseuse elle allait se faire bouffer toute crue.

"Ta mère a raison pour une fois. Surtout en ce qui me concerne."

Mais elle n'eut pas le loisir de continuer plus avant, la suite du discours pourtant très sérieux de la jeune fille la faisant s'esclaffer bruyemment.

"Je vais par contre aller voir si vos dires sont exacts " Lanca-t'elle en singeant la gamine

"Dit, tu n'as pas peur qu'on ne te comprenne pas avec ton dialecte. Tu ne veux pas faire l'effort de parler comme tout le monde ? On est pas dans un livre et personne ne va noter tes paroles pour la postérité. Tu t'exposes a des tas d'ennuis en parlant comme ça. Bref pour répondre à ta question, M'sieur Silver est impoli avec tout le monde mais c'est comme tu le souhaite, je ne vais pas m'imposer, j'ai autre chose à faire de mes journée que de veiller à ce que personne ne t'enlève contre rançon."

Elle fit une pause, plus pour respirer que pour laisser Anwen finir et sourit à nouveau en saluant.

"Et bien on se reverra là bas. En tout cas, heureuse d'avoir fait ta connaissance, Starky, sincèrement. Tu peux m'appeler Mademoiselle l'Impolie, j'aime bien, mais si tu veux faire plus rapide, on me nomme Ryuko. MEs amitiés a ta maman"

Et plantant la gamine en plein milieu de la rue, elle la contourna et s'en alla sans même se retourner. Elle prit à gauche, une petite ruelle et resta là, cachée dans l'ombre, pour surveiller sa nouvelle amie. Callie n'avait pas l'intention de la laisser tomber mais elle voulait tester sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une ballade dans la foule londonienne...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une ballade dans la foule londonienne...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Circle: Evil Never Dies :: Villes & Villages :: Villes et villages :: Chemin de Traverse-
Sauter vers: