CalendrierAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Repartition] Table des Serpentards

Aller en bas 
AuteurMessage
Shirley Cherry
Serpentard - 6eme Année
Serpentard - 6eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 23
Age : 26
Date d'inscription : 11/04/2008

Chroniques
Amour:
Relations:
Moral:
89/100  (89/100)

MessageSujet: [Repartition] Table des Serpentards   Mer 16 Avr - 19:52

Shirley était montée dans l'une des nombreuses calèches qui lui permettait d'éviter une longue marcher, encore une fois elle devait partager avec d'autres personnes, pouah! Quel était cette odeur? Baissant son regard elle remarqua un gamin de deuxième à la cape recousu plusieurs fois, il avait insisté sur un parfum très désagréable, il voulait faire quoi? Masqué son odeur première? Shirley voulait sortir, mais la calèche se mit en route, et c'est tête tournée vers la fenêtre, essayant de prendre de l'air qu'elle fit le petit voyage.
Une fois devant le château, elle descendit rapidement respirant à plein poumons loin de se gamin. Elle avait faim, et les quelques chocolats, bon d'accord elle avait presque failli dévaliser le chariot, et avait gardé encore pas mal de sucrerie qu'elle avait caché dans son sac. Sa longue robe noir aux couleurs de Serpentards sur elle, elle grimpa les quelques marches, se dirigeant directement dans la grande salle sans regarder autour d'elle, après 5 année de cours elle le connaissait ce hall. Ce fut le chahut pour entrée dans la grande salle, et c'est à peine si elle ne fut pas bousculer, s'énervant, elle poussa les gamins qui lui marchait sur les pieds, prenant sa baguette, elle lança un petit sort comme un bouclier sur ses pieds, non seulement pour éviter d'avoir mal mais pour éviter d'abimer ses nouvelles chaussure.
Elle pu enfin tourner pour s'approcher de la dernière table à droite, celle ornée du blason Serpentard , prenant place vers la fin sur le deuxième banc en partant du fond pour être précise, laissant le premier banc pour les 7ème.

La table était dressé, et n'attendait plus que les plats, s'imaginant déjà quel sorte d'aliment elle allait avoir droit, un petit menu s'installait dans sa tête, les bancs commençaient à se remplir rapidement, et quand tout le monde fut installé, enfin presque car les premières années n'étaient pas encore présent. Le choixpeau fut placé sur le tabouret, ils n'avaient pas changé depuis sa première, la directrice fit alors sont entrée, et le silence plana dans la salle, les premières suivaient la directrice, avant de s'arrêter en un groupe. Le choixpeau ouvrit sa bouche pour chanter, à la fin les applaudissements affluait, pour se calmé sèchement par un simple regard de la directrice. Les élèves furent appeler, et Shirley senti la fatigue la guetté, regardant les plat encore vide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Verper
Charlie
Charlie
avatar

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 07/04/2008

Chroniques
Amour:
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Repartition] Table des Serpentards   Ven 18 Avr - 2:02

Enfin arrivé à destination, il descendit d’une de ses calèches sans chevaux qui conduisaient les élèves sur le chemin caillouteux du château, empruntant le chemin des écoliers et leur faisant profiter du paysage tandis que le vent glacial d’Angleterre leur giflait le visage. Certains avaient beau etre emmitoufler jusqu’aux yeux dans d’énormes manteaux ou embobinés dans des écharpes de laine extraordinairement longue à la manière de momies norvégiennes, la moindre parcelle de peau découverte était malmenée par ce dur mistral. Il posa une chaussure sur le marche pied… suivit par une deuxième. Il avait apparemment retrouvé sa chaussure perdue, à moins qu’il n’ai piqué une paire à un élève impressionnable.
Il leva la tête pour observer les lumières du château briller dans l’obscurité déjà précoce de Septembre, avant de faire disparaître sa tête brune sous la capuche de sa cape et de filer vers l’intérieur du château qui se découpait dans la porte d’entrée, laissant paraître un décor chaleureux tranchant avec le froid saisissant du dehors. Accélérant le pas, il passa les battant de la porte et fut alors envahi par une agréable chaleur et une odeur de ribbs vint lui chatouiller les narines, suivit d’une multitude de parfums appétissants qui devaient s’échapper des cuisines.
Le pas conquérant et l’allure fière il traversa le hall et se dirigea vers la table des Serpentards. S’installant sur un des bancs en bois à coté de Shirley, il attendit rageant d’impatience, que les gens s’installent autour d’eux. La cérémonie de répartition était toujours d’un des plus grands ennuis accompagnés par un concert de gargouillis des ventres affamés à peine camouflé par les applaudissements. Un discours ennuyeux d’un vieux chapeau rapiécé prônant la paix dans le monde et l’harmonie et pour finir un petit mot de la chère directrice, qui torturait un peu plus l’assistance en les laissant sur leur faim, au sens littéral du terme.
Lorsque chacun prit place, ce fut au choixpeau d’etre posé sur le fameux tabouret tant redouté : on grimpe, on manque de tomber, on porte un chapeau parfaitement immonde alors qu’on est perché au milieu d’une estrade avec des centaines de paires d’yeux braqués sur vous et finalement on doit redescendre sans plus de casse qu’à la montée, rejoindre la table qui crit le plus fort et tout ça sans oublier de rendre le fameux bout de chiffon pointu. Voilà une cérémonie parfaitement ennuyeuse dont Charlie se serait bien passé. Poussant un long soupir, il exprima son impatience en manipulant son couteau dans sa main drite, le daisant tourner, retourner, virevolter ans tous les sens, les yeux dans le vague, jusqu’à être interrompu par une voix familière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mairenn MacAffee
Serpentard - 4eme Année
Serpentard - 4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 13
Age : 24
Localisation : A l'ombre
Date d'inscription : 02/04/2008

Chroniques
Amour: La neige
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Repartition] Table des Serpentards   Dim 27 Avr - 8:17

"Tu auras besoin d'aide pour t'occuper des nouveaux ?"

Et oui, la voix familière que Verper venait d'entendre n'était autre que celle de Mairenn. La jeune fille avait quitté ses frères non sans regrets à leur arrivée dans la grande salle et s'était aussitôt glissée près de Charlie. Il était grand, beau, ps méchant dans le fond et surtout c'était un préfet. Evidemment cela ne valait pas ses frères mais elle espérait tout de même de sa part un rien de protection face à la foule hurlante et hilare.

Passer du monde du Silence Faolien à Poudlard n'était jamais chose aisée. Tout l'été, Mairenn avait vécu seule dans sa chambre, en compagnie de ses poupées et ne parlant que parfois au domestique avant le rituel du soir qui était la seule forme de communication entre l'Oncle et elle. Lorsqu'elle avait besoin de se confier, elle se tournait tout naturellement vers ses deux blonds auxquels elle écrivait de longues lettres pleines de détails sur l'ennui de ses journées. Ajoutez à cela une petite enfance dans une ferme bondée de rustres violents et agressifs et vous comprendrez facilement l'agoraphobie de la jeune adolescente.

Les yeux clairs de Mairenn fixaient le 6ème année jusqu'à ce qu'un mouvement lui fasse baisser les yeux sur sa main et le couteau qu'elle tenait. Avec un léger hoquet de peur, elle pâlit et recula sa chaise dont le bruit fut heureusement dissimulé par les conversations. Majandra n'était pas encore là et les élèves en profitaient.

Et puis soudain ce fut le silence.

Madame Collins venait d'entrer, toute vêtue de noir, suivie par les premières années apeurées et un grand escogriffe qui avait l'air de s'être trompé de chemin. Mairenn, comme surement beaucoup d'autre, attendit que la Directrice le repère, l'invective et le renvoie dans les rangs mais au lieu de cela, elle commença son discours habituel. Les professeurs étaient au trois quart différents mais c'était peu étonnant. La durée de vie de ces adultes se divisait toujours par deux à la seconde ou ils acceptaient d'enseigner. C'était de notoriété publique et la jeune fille se demandait toujours comment faisaient les adultes pour accepter le poste. Enfin.

N'écoutant que d'une oreille distraite les mots de la directrice et du bout de chiffon enchanté, elle détailla les nouveaux venus. Il y avait un tres bel homme, roux aux yeux gris, un autre plus jaune, tout aussi beau avec de longs cheveux châtains, des yeux bleus et une sorte de marque sur un oeil, un troisième plus agé que les deux premiers, très élégant dont les yeux sombres scintillaient d'intelligence, un quatrième, curieux, sans âge avec des droles de pattes sur le côté et des sourcils qui auraient bien besoin d'être taillés, une femme blanche aux cheveux noirs qui ressemblait vite fait à la directrice...probablement a cause du style gothique des deux femmes. Et puis d'autres qu'elle n'eut pas le temps de regarder, apeurée à nouveau par le tolé provoqué par la chanson du choixpeau. Elle n'avait rien écouté mais lança un regard curieux à ses deux frères, pour voir ce qu'ils en pensait.

C'est alors seulement que la cérémonie de répartition commença réellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarlett Jones
Serpentard - 7eme Année
Serpentard - 7eme Année
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 03/05/2008

Chroniques
Amour:
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Repartition] Table des Serpentards   Mer 7 Mai - 15:11

Poudlard… Six longues années d’évènements imprévues et d’actions, heureuses ou infortunées, de rencontres loquaces ou malveillantes. En quelques mots bref, possédant un minimum de sens fort pour exprimer dans les vagues détails les impressions de la jolie blonde, le résumé donnait cela, des jours mornes ou vifs au grés des nominations, des espoirs et des déchéances, des punitions collectives ou du bonheur subtile d’une coupe remportée, ou perdue. Cette vie au château était a part entière un pan important et nécessaire aux yeux de la préfète de septième année, malgré son irascibilité, sa fierté mal placée et ses blagues de mauvais goût. Les relations noueuses, étroites, tissées au cours de ces mois et de ces heures, avaient eu leur importance et malgré les quelques difficultés et buttes osseuses semant maladroitement le chemin d’un plaisir total et absolu, éloignant du vocabulaire distrait de la joie le mot partiel. Alors en cette matinée ensoleillé d’un automne frais et bercé des brises légères venant des côtes maritimes, elle s’était parée de toute son élégance dans l’attente d’un départ imminent. Elle avait sentit le léger, subtil mais présent renforcement des battements de son cœur, le cachant bien vite sous toute sa moue habituelle et son dédain grandiloquent. Dire que le château aux murs abîmés lui était indispensable et essentiel aurait été une pure fantaisie de première année : ce qui lui importait désormais, c’était la personnalité importante a retrouver sur le quai et le simple souvenir de cette voix grave, posée et assurée, empreinte de cette inéluctable assonance masculine et charmeuse suffisait a lui arrachait une bonne humeur potentielle.

La correspondance avait été établie durant les longues et assommantes vacances d’été bien entendu, mais le visage athlétique et lisse du jeune homme, dans la splendeur de son insigne étincelante de préfet en chef, lui manquait cruellement. A ses yeux, cette idée resplendissante offrait a elle seule une raison plus que suffisante pour expliquer cette mine doucereuse alors qu’elle rabattait a grande peine les draps, une main au dessus de son visage, étirant des membres endormis avec délicatesse. Les premiers rayons d’une lumière vive au dehors éclairait une chambre que quiconque aurait trouvé de décoration de mauvais goût, les couleurs vertes se superposant a des roses criards dans des cadres ou la photo de Dorian se baladait, s’arrêtant de temps a autre pour prendre une pose plus avantageuse, être deux posters de groupes a la dernière mode et d’une pile incalculable de vêtements aussi variés que multiple. Ranger les couvertures entassées dans un coin après son réveil ou épousseter une couche maigre de poussière sur une étagère décorée lui aurait semblé impensable. N’était ce pas la tâche de l’elfe de maison de la famille qui tambourinait, craintif, a sa porte pour marquer son réveil, son corps maigre et ses oreilles immenses aux yeux proéminents passant timidement a travers l’ouverture ? La demoiselle lui jeta un regard froid, emplie du dégoût que pouvait lui inspirait la chose vêtue d’un drap crasseux noué en pagne au dessus de es hanches noueuses, un reniflement léger tandis qu’il se retirait en s’inclinant.


Cruelle aurait été dans le débordement et l’exagération. Dans une simplification sommaire, le point de vue qu’elle conservait a l’égard de la petite chose enroulée dans ses draps sales était : gêne. Une gêneur qui manquait de conviction dans son travail imposé et ans ses tâche et, dans son caractère d’enfant gâtée et de petite peste acariâtre aux yeux doux, la blonde l’écartait régulièrement d’un geste de la main, le front haut, la taille droite dans une position d’évidente supériorité dans ces détails légers qui ne trompaient personne. Elle était issue d’une famille de sang pure – quoi de plus ordinaire – mais sa fierté résidait surtout dans ses nominations, acquise au cours des différentes années qui avaient constitué sa vie d’étudiante appliquée et moqueuse. Enjouée, elle posa ses pieds sur le sol froid, enfilant un peignoir a la hâte de qualité, et avait passée plusieurs heures devant le miroir a appliquer sans ciller rouge a lèvre étincelant, fard a paupière marqué et fard. Le tout n’avait rien de vulgaire mais plutôt de savamment étudié. Scarlett était une garce mais à ce niveau là, avait des mains de fée dans la manière d’appliquer un gloss. particulièrement réticent. « Maîtresse ? Madame dit que vous partez dans une demi heure et que vous devez être prête. » Bredouilla l’elfe de sa voix couinante, chuintante, entre deux reniflements étouffés, avant de disparaître, de peur d’une éventuelle remarque perfide a son encontre. Peut être n’avait il pas tout a fait tort…

Scarlett contempla son reflet, moue interrogative a la forme mouvante qu’était son reflet, hochant finalement la tête de contentement. Ses valises avaient été préparées par les soin de l’elfe de maison qui d’une main fébrile avait fait voleter les vêtements, plumes, encriers et livres scolaires sous les indications impérieuses de la demoiselle. Être fille unique avait, a ses yeux, de nombreux avantages, variés et divers mais présents et ancrés. L’idée d’avoir a ses côtés une ribambelle de frères geignards et entêtés l’auraient profondément révulsés et elle plaignait avec une nuance de scepticisme les malheureux issu de fécondations nombreuses. L’amour de ses parents qu’elle était parvenue a s’accaparer dans son intégralité, les ordres intransigeants lancés d’elle seule a l’adresse de l’elfe et les plaisirs sans conditionnements, une sérénité bienfaisante et une liberté qui n’avait rein de ré freinte. Non, décidemment, elle aimait cette vie actuelle de fillette conformiste et gâtée. Saisissant du bout de ses doigts vernis et manucurés un haut décolleté de dentelle et une jupe courte qui restait dans la décence, une écharpe grise et des bottes montantes, elle contempla une nouvelle fois la silhouette réfléchie qui lui faisait face, un sourire de contentement aux lèvres. La jeune verte et argent posait une importance cruciale sur le physique et les goût de ses camarades de maison et, dans une circonstance telle que celle-ci, cette retrouvaille attendue, il lui aurait été inimaginable de sortir comme une banale pouffsouffle affublée d’un jean pioché au hasard d’une vitrine de magasin miteux et d’un tee-shirt simple et grossièrement découpé. Son attitude superficielle en aurait révulser certain mais dans l’ensemble – peut son statut de préfète et de poursuiveuse y était pour quelque chose – elle s’entendait globalement bien avec tous les serpentards de son année. Elle se montrait peut être plus encline mais les critère de sélection étaient les même, aussi rudes et implacables.


« Mon ange ! Tu veux bien descendre ?! On ne va pas tarder à y aller, tu le sais bien ! Laisse Muggle s’occuperas des affaires qu’il te reste a ranger ma puce… ». Muggle… Quel nom passablement ridicule, même pour un elfe de maison et qui expliquait peut être pourquoi la jolie blonde était aussi réticente a l’idée de l’appeler par le pseudonyme grossier dont il était affublé. Les remarques et commentaires fusaient souvent avec amusement à ce sujet dans les dîners mondains où quelques grands employés mondains du ministère rendaient visite à un père de haut poste. C’était des visite que la verte et argent appréciait, dans toute leur ampleur, ravie a l’idée de s’installer avec grâce aux côtés d’un homme influent tel que le responsable de telle ou telle partie du ministère. Dans ces rares moments, elle abaissait son regard plein de dédain et engager une conversation des plus courtoise. Dorian… Le prénom lui trottait dans la tête, douce mélodie d’un départ a venir. Elle descendit donc les escaliers, valises voletant paresseusement derrière elle tendit qu’elle entendait les claquements de doigts de l’elfe mettre en ordre le reste de la pièce. Comme chaque année, elle se rendrait à la guerre en transplanant et ce jour ne manqua pas a l’exception. A peine arrivée dans la gare bondée que la demoiselle quitta rapidement l’ombre protectrice de ses parents pour guetter du regard celui qu’elle attendait avec cette ardeur redoublée depuis maintenant deux mois. L’ombre imposante du septième année de serpentard ne devrait pas être trop difficile a trouver mais la masse bêlante d’élève lui semblait encore plus abondante et exaspérante qu’a l’habitude. Bousculant son ménagement deux deuxième année bleu et bronze, elle chercha des yeux la silhouette massive et athlétique du jeune homme dans la cohue bruyante, saluant parfois un serpentard de sa connaissance en l’apercevant a un détours.

Retrouvant finalement sa forme familière, c’est en se jetant littéralement a son coup avec un « amen » cristallin qu’ils avaient quitté le quai encombré a la recherche d’un compartiment de libre. Le voyage s’était déroulé sans encombres, Dorian disparaissant par instants pour une réunion de premier ordre a l’adresse des préfets en chef, repoussant une demande d’intégration a l’équipe d’une petit troisième année qui était présent dans leur wagon pour finalement l’expulsait du banc avec une profonde indifférence, réglant un conflit a coups de points en moins selon les adversaires et leurs maisons.Descendant finalement pour emprunter les calèches dans la nuit glacés, ignorant le bref discours d’introduction de la directrice et dépassant le groupe terrifié des premiers années, Scarlett avait avisée la table des verts et argents et deux camarades de sa maison dont les formes lui étaient familières. . Elle se lissa tomber aux côtés de Shirley. Elle avait rencontré cette dernière deux ans auparavant et depuis, l’appréciait pour son bon goût et la distinction avec laquelle elle savait s’habiller. Pour sa langue suffisamment venimeuse pour en faire quelqu’un d’intéressant ou plutôt la finesse de ses remarques et la demoiselle prenait un plaisir non contenu a lui demander son avis sur tel ou tel élève qu’elle-même trouvait lait, stupide, idiot, sans saveur, ou ridicule dans le meilleur des cas. Charlie… Lui, c’était différent. Une année commune les avait fait se rencontrer en cours et elle avait tout de suite était séduite par ses belles paroles, trop superficielle pour chercher a les creuser et adhérant parfaitement a son dédain pour les moldues. L’alchimie était, du moins de son côté, passée. Un peu plus loin, une quatrième année que la préfète ne connaissait que de vue.
« Shiiirley, quel plaisir de te revoir… Charlie… Je ne pensais pas avoir a t’apprendre que les chaussettes, on en porte généralement deux de même couleur ». Son temps était moqueur, mais pas antipathique, plaisanterie douteuse plus que remarque acide. « Et ça se dit préfet " acheva t-elle avec un sourire ironique. La cérémonie avait débuté et s’était terminer dans un dernier éclat de voix maigre, un filet d’applaudissement radieux qui ne cachait pas les récriminations des ventres attablés. La directrice de serpentarde s’était lancée dans un jeu de présentation qu’elle seul semblait comprendre. Si la verte et argent respectait la subtilité et le ton froid, dure de sa voix, ses propos étaient sans sens et son discours intriguant, voir pathétique dans son envie empressée de faire grande impression. D’un côté autre cependant, elle avait chose a dire pour l’ensemble des speach annoncés d’une voix claire.

[Je suis partie du principe que nos personnages se connaissaient pour avoir peu d'années d'écart. Je réctifierais si ca ne vous convient pas =]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilian Silver
Serpentard - 4eme Année
Serpentard - 4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 28
Localisation : Brighton
Date d'inscription : 06/02/2008

Chroniques
Amour: Ruyven
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Repartition] Table des Serpentards   Sam 10 Mai - 19:14

Jilian n'avait pas fait de cirque ni en étant dans le train, ni dans les calèches, ni en arrivant a l'école. Déjà pour deux raisons : la première étant qu'elle n'appréciait pas spécialement se faire remarquer... la seconde était que sa mère se trouvait perpetuellement dans un rayon de 50 mètres. D'ailleurs, la voir perchée à la table des professeurs avait toujours éffrayé Jilian. Peu de gens ignoraient la relation de parentés avec Tsuyosa. Il n'y avait pas 30 "Silver" a Poudlard, et encore moins de Silver d'origine asiatique. Une fois arrivée dans la Grande Salle, elle fonça tête baissée a l'endroit le plus peuplé de la table des serpentards, avec de la chance elle se trouverait dans un angle mort. Une fois assise, elle contempla les quelques personnes autour d'elle. Critique. Deux blondes et des têtes inconnues. Le premier qui allait lui parler, aussi préfet ou agé soit-il, aller se prendre une remarque bien placée. Personne n'était sans savoir qu'elle pouvait être à la fois désagréable, mignone et sadique. Ses grands yeux de biche balayèrent les plats posés sur la table, elle ne se servit pas. Tout était trop gras pour elle, habituée au régime salade/légumes a la vapeur/poisson a la vapeur. Or il avait de la salade certes mais de la salade couverte de sauce. Le poisson était préparé de manière douteuse et les légumes baignants dans on ne savait quoi. Bref, rien ne faisait envie à la jeune fille, qui opta pour un dévorage de pain. L'avantage de s'inscruster au milieu de personnes plus agées était aussi qu'elles étaient forcément plus grandes qu'elle. Elle haussa les épaules et chercha son frère du regard. Ah mais ça lui revenait, la grande pimbèche là, c'était son "ex". Ca y était, elle la détestait corps et âme. Jilian fixa la mannequin et hésita longuement à lancer le pichet de jus de citrouille sur ses si jolis cheveux ... Elle décida que non, toujours à cause de sa génitrice, qui n'aurait pas manqué de lui passer une trempée bien sentie.
Même à poudlard elle n'était pas libre. Même à Poudlard elle ne pouvait pas...


"Oh Silver le sel !"
Jilian sursauta et tourna son attention vers sa future victime. Oh Silver le sel. Quattra mots qui annonçaient son arrêt de mort. Il était en septième année et ancien batteur de l'équipe de quidditch. Elle était en quatrième année et pesait 40 kilos pour un mètre 62.

"Ben tu sais quoi ? Ben de un: Ta gueule . De deux: Tu lève ta graisse et tu vas le chercher tout seul comme un grand. " Répliqua t-elle sèchement en terminant son bout de pain.
Bon... encore une fois c'était sûrement Ruyven qui allait prendre pour elle mais au moins elle avait fermé le clapet de cette grosse brute mal polie.


"Espèce de jeune con à la rabaisse."
Ajouta t-elle pour marquer le coup. Il l'insulta et elle haussa un sourcil, le laissant débiter son flot d'immondices. Au bout de 5 bonnes minutes il s'arrêta, s'apperçevant qu'elle n'en avait ... Strictement rien à faire. Furieux et véxé, le lourdeau repartit à sa place, ayant intercepté le regard d'un de ses professeurs, qui devait penser qu'il agressait Jilian. Oui car c'était toujours de la faute des autres avec la jeune serpentarde. Même quand elle commençait, c'était les autres qui l'aggréssaient. Ben voyons.

_________________
*__ So much Pretty things.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Repartition] Table des Serpentards   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Repartition] Table des Serpentards
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Circle: Evil Never Dies :: ||Intérieur du Château|| :: Intérieur du Château :: Rez de Chaussée :: Grande Salle-
Sauter vers: