CalendrierAccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Callista Lordryu

Aller en bas 
AuteurMessage
Callista Lordryu
Callie
Callie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 27
Localisation : Perchée, dans un arbre, sur un toit, un mur...
Date d'inscription : 06/02/2008

Chroniques
Amour: Moi
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Callista Lordryu   Mer 6 Fév - 20:20

Nom complet du personnage: Callista Willow Hope Lordryu dite Ryuko ou Callie

Age: 17 ans (Née le 13 Avril 1990)

Physique :
Callista est belle. Pas qu'elle sorte vraiment de l'ordinaire mais elle a la chance d'avoir des traits harmonieux et un charme vivant. Elle le sait et contrairement à la plupart de ses congénères, elle en souffre plus qu'autre chose. Les garçons qui la draguent, les voyous qui sifflent sur son passage, les gens qui s'arrêtent à ce qu'ils voient, tout ceci l'agace beaucoup. Elle donnerait n'importe quoi pour se fondre plus dans la masse.
Elle possède une chevelure châtain claire et raide qu'elle garde courte, en bataille et coupée n'importe comment. L'important étant que sa frange ne lui tombe pas dans les yeux et que sa nuque soit dégagée.
Curieusement, la couleur de ses cheveux est assez changeante. Pas qu'elle se les teigne mais ils sont très sensible au soleil et peuvent devenir presque roux en été alors qu'ils s'assombrissent et deviennent quasi noirs en hiver.
Ses yeux sont également très changeants. Grands, en amande, ils sont d'un vert assez clair, pailleté d'éclats noisette. Lorsqu'elle est en colère, son regard vire au brun sombre alors qu'il peut devenir gris lors de ses (rare) moments de joie. Lorsqu'elle veut plaire, elle fait ressortir ses yeux à l'aide d'un simple far à paupière argenté. C'est à peu près le seul maquillage que vous lui verrez jamais car la jeune fille juge (a raison) ne pas en avoir vraiment besoin. Sa peau est d'une couleur assez unie, tirant doucement sur le jaune mais sans jamais lui donner l'air asiatique. Elle a des pomettes assez hautes, naturellement rouge, des sourcils un peu trop fournis bruns qui approfondissent son regard, de longs cils (bruns également), un nez peut-être un peu fort, droit et mutin et une bouche aux lèvres pâles dont l'éternel sourire semble se moquer de vous. Enfin, un menton volontaire souligne ce visage mobile.
En effet, Callista ne peut pas vraiment prétendre garder ses émotions pour elle. Cela se voit directement sur son visage, dans ses yeux ou la rougueur soudaine qui envahi ses pommettes. Heureusement, cette extrême mobilité est également une protection puisque les emotions s'y succèdent trop rapidement pour que l'on sache ce qu'elle pense vraiment.

Callista est assez petite de taille. Pas au point d'attirer les regards mais elle sait déjà qu'elle ne doit pas espérer faire la taille mannequin. Cela dit faire 1m63 lui convient parfaitement. Elle est plutôt mince, voire maigre et assez musclée. Ajoutez à cela des formes discrètes (mais bien présentes) et vous saurez pourquoi la jeune fille ne pouvait de toute façon pas compter sur sa féminité pour convaincre ses interlocuteurs.
Car Callie n'est PAS féminine. Sa voix par exemple détonne par son timbre. Elle possède une voix d'alto, légèrement rauque, avec des accents qui passent de ceux de la bonne société à l'argot des bas quartiers de Londres. Quand à ses gestes et son comportement, ils ont tout du garçon manqué et du voyou, héritage de ses fréquentations habituelles.

Ses habits enfin sont assez neutres. Confortables, larges, souvent verts, gris ou brun, elle ne porte son uniforme que lorsqu'elle y est obligée. Sinon, elle s'habille en caleçons (pantalons moulants) et en longues tuniques qu'elle serre à la taille avec une ceinture. Au pied des sandales, sauf durant les mois les plus froids de l'hiver ou elle acceptera de mettre des baskets. Elle se fiche totalement de la mode et gardera son style jusqu'à ce que quelqu'un lui donne une tres bonne raison de changer.

Il lui arrive enfin de porter des boucles d'oreilles mais uniquement pour les grandes occasions.

Caractère:
Pour comprendre Callista, il convient d'avoir toujours en tête trois élèments extrêmement importants, trois axes qui l'ont forgées et l'ont faite devenir ce qu'elle est maintenant.

Pour commencer, Callista est surdouée. Et pas qu'un peu en fait étant donné qu'elle pourrait facilement avoir deux ans d'avance. Elle est de plus doté d'une mémoire assez faramineuse qui fait qu'elle retient a peu près tout ce qu'elle lit, voit ou entend. Mais ne vous y trompez pas. Ce n'est pas parce qu'elle retient qu'elle a toujours accès aux informations et elle est, autant que tout un chacun, tête en l'air oublieuse, distraite etc. Le fait de savoir quelque chose ne veux pas forcément dire qu'on arrive à s'en souvenir lorsqu'on en a besoin !
Cette capacité de mémorisation, doublée d'une bonne logique et d'une maturité relative rend Callista extrêmement sure de ses capacités, orgeuilleuse voire souvent méprisante envers les gens, adultes ou adolescents.
Car elle n'aime pas les gens. Elle les trouve vains, puérils, lents et souvent stupides. Le nombre de personnes qu'elle respecte se compte sur les doigts d'une main. Et seuls ces gens là sauront la faire obéir sans (trop) discuter. Avec les autres, elle est facilement insolente, amusée, moqueuse voire avec ceux de son âge, agressive et menaçante.

Pourtant Callista est profondément gentille. Seulement (et c'est là le deuxième points) elle est bourrée de principes. Ajoutez à cela une éducation stricte qui lui fait mépriser les faibles et vous saurez pourquoi la jeune fille se débrouille toujours pour que même lorsqu'elle décide d'aider quelqu'un, il le prenne comme une punition. Elle ne montrera jamais de pitié ou de tolérance pour les autres. Ne venez pas pleurer au creux de son épaule si vous ne voulez pas vous faire jeter en beauté. Même si derrière elle oeuvrera en cachette pour vous aider. Solitaire jusqu'au bout des ongles, elle a tendance à fuir les endroits trop peuplés et surtout les gens trop bruyants.
Cela dit elle ne montre pas plus de pitié ou de tolérance envers elle-même. Quelque soit le pétrin dans lequelle elle s'est fourré à cause de son manque de gêne, de sa curiosité ou de son insolence, elle en assumera pleinement les conséquences. Fière comme pas deux, elle vous enverra paître si vous essayez de l'aider et préfèrera s'évanouir plutôt que de montrer un signe de douleur ou de faiblesse. Courageuse, impulsive, déterminée, elle n'hésitera devant le danger que si celui-ci menace l'un des membre de sa tribu. Car une fois que Callie vous a donné son amitié, c'est pour la vie.

Et c'est là le dernier point fondamental du caractère de Callie. Sa fidèlité et son instinct de protection. C'est également pour cela que l'adolescente repousse tout le monde. Car une fois qu'elle s'est attachée à quelqu'un c'est pour la vie. Non seulement ça mais elle ferait n'importe quoi pour cette personne. Même s'il s'avère qu'elle n'est pas digne de confiance, même si elle l'a trahie, Ryuko, fidèle à son surnom, continuera à l'excuser et la protéger. Elle n'y peut rien c'est instinctif comme un réflexe pour elle.

A ce caractère de base s'est bien sur rajouté la vie, ses joies et ses peines. Aujourd'hui, Callie est une fille joyeuse, très indépendante, très fière, assez incotrôlable même si elle reste facilement manipulable. Solitaire, elle repousse toute tentative d'approche des autres mais reste assez ouverte lorsqu'il s'agit de bavarder sur les profs, la médecine, la philosophie, les dragons enfin bref tout ce qui n'implique pas de sentiments.
Egoïste, elle se moque pas mal du bien, du mal, du blanc et du noir. Cela dit elle apprécie les moldus et refuse l'autorité et l'injustice ce qui fait d'elle une opposante (presque discrète) du Seigneur des Ténèbres et de Majandra Collins. Mais pas au point de se fermer les portes de la magie noire si elle en a besoin.

Hobbies :
Callista a de nombreux hobbies. Comme elle apprend vite, chacun ne lui demande que peu de temps ce qui explique pourquoi elle a pu en apprendre autant (faut bien passer le temps pendant que les profs radotent... )
La musique pour commencer. Callie n'est pas musicienne dans le sens artistique du terme. Elle a apprit le piano entre 6 et 12 ans ainsi que le solfège qui va avec mais à maintenant totalement arrêté de jouer. Une de ses grande passion est le chant. Mais comme elle possède une voix grave et un peu rauque, elle chante souvent des chansons écrites pour des voix d'homme ou de fammes mais une octave en dessous. Lorsqu'elle ne chantonne ou ne fredonne pas, c'est généralement qu'elle est d'assez mauvaise humeur.

Le dessin est également une de ses activités préférées. La caricature surtout, et celle de ses professeurs en particulier. Elle ne le pratique qu'en cours lorsqu'elle s'ennuie mais possède un crayon très sur.

Le Japon et tout ce qui s'y rapporte. C'est a peu près la seule chose 'a la mode' que Ryuko peut aimer. Elle s'amuse à mêler ses discours d'un japonais approximatif, aime beaucoup la culture nippone, connait pas mal de contes chinois et japonais, aime leur histoire, certains auteurs, etc.
Elle possède une certaine maîtrise des arts martiaux, s'entraînant dans un dojo depuis son plus jeune âge. Elle connait le karaté, le taï-chi (pour se calmer et se contrôler), le taekwendo et le judo. Ou plutôt un mélange de tout cela, son professeur aimant enseigner le pratique plutôt que de séparer les catégories. Elle n'a pas fait de compétitions, n'a pas de niveau officiel mais se débrouille plutôt bien. Ce qui vu son milieu est assez important.

Les dragons enfin. Les vrais, les faux, les légendes, les histoires, les rêves. Tout ce qui de prêt ou de loin s'y rapporte. D'ailleurs, Ryuko, en japonais, signifie plus ou moins 'l'enfant dragon'.

Portrait Moral :
Callista n'a pas d'autre morale que la sienne, pas d'autre principes que les siens. Le bien, le mal, la morale extérieure, les convenances, tout cela ne l'intéresse pas. Elle les connait, elle sait s'en servir au besoin, mais c'est tout. Pour Callie, le monde ne mérite pas qu'elle s'occupe de lui. Par contre si quelque chose va contre ses principes ou fait du mal aux siens alors elle se battra de toute ses forces contre.
Coté religion, Ryuko est une athéiste forcenée. Même si on lui prouvait que Dieu existe, elle continuerait à dire qu'il n'en est rien. Parfois influencée par la culture bouddhiste elle en rejette toute fois le pacifisme et le coté fataliste de cette dernière.
Que dire d'autre, Callista a un caractère à la fois emporté et égal. Dans le sens ou elle s'énerve vite mais cela ne dure jamais longtemps. La plupart du temps vous la verrez joyeuse, fière et indomptable. Le regard des autres elle s'en fiche, ils sont trop bêtes pour avoir un jugement convenable de toute façon.

Enfin sa devise est une chanson (retour d'Asie d'Yves Duteil)

Dans un avion venant d'Asie
Quatre bébés sont endormis
Un bracelet dit leurs prénoms
Sur du tulle à l'encre marron

Leur adresse est à l'arrivée
Dans la salle des pas retrouvés
Terminus de l'aéroport
Où des cœurs battent un peu plus fort

C'est toute la force de la vie
Qui fait les hommes et les fourmis
Il en reste toujours assez
Pour survivre et recommencer

On ne peut réduire au silence
Les voix qui chantent une espérance
On ne peut vaincre un idéal
Avec des chars ou bien des balles

Des maisons basses aux toits de palme
Au bord d'un canal aux eaux calmes
Le temps glissait comme un bateau
Sur les hommes et sur les roseaux

Des enfants nus dans l'eau du fleuve
S'éclaboussaient avant qu'il pleuve
Au pied d'un temple au toit doré
Sous les yeux du Bouddha couché

Que reste-t-il de cette Asie
Qui s'écoulait en harmonie
Entre les barques du marché
Les épices et les orchidées?

Où sont les bonzes et leurs ombrelles
Fleurs de safran sur la ruelle
Avançant à pas mesurés
Vers le seuil de l'éternité?

Les odeurs de poudre et de sang
Ont chassé les parfums d'encens
Assombri la boue des rizières
Et brisé les hommes et la terre

Du haut du temple abandonné
Le sourire du bouddha figé
Ne contemple les yeux baissés
Que des ruines et du temps gâché

Les éclats de rire se sont tus
Avec les enfants disparus
Les bonheurs enfouis dans la terre
Sous les cendres et sous la poussière

Et pourtant gravé dans l'ivoire
Du silence et de la mémoire
Se transmet à mots défendus
Tout l'espoir qui semblait perdu

Le courage et la volonté
De se battre et de résister
À la peur et à la souffrance
À la mort et l'indifférence

C'est toute la force de la vie
Qui fait les hommes et les fourmis
Il en reste toujours assez
Pour survivre et recommencer

On ne peut réduire au silence
Des voix qui chantent une espérance
On ne peut vaincre un idéal
Avec des chars ou bien des balles

Dans un avion venant d'Asie
Quatre bébés sont endormis
Un bracelet dit leurs prénoms
Sur du tulle

À l'encre marron...


Baguette Magique :
19 centimètres Erable avec une plume de phénix (sa poignée est en érable teint en rouge). Elle est raisonnablement souple, assez banale en fait.

Animal :
Aucun

Avatar :
Deviantart

Code : OKay Evangeline


Dernière édition par Cennyd McAyr le Jeu 21 Fév - 20:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callista Lordryu
Callie
Callie
avatar

Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 27
Localisation : Perchée, dans un arbre, sur un toit, un mur...
Date d'inscription : 06/02/2008

Chroniques
Amour: Moi
Relations:
Moral:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Callista Lordryu   Jeu 7 Fév - 2:57

Histoire personnelle :

Une histoire qui commençait plutôt bien. Dans un quartier chic de Londres, le 13 Avril 1990, maquit une petite Callista, fille unique de Henry Lordryu et de Willow Lordryu née Hope. Henry était médicomage, directeur du département de chirurgie de Ste Mangouste. Quand à Willow, elle faisait partie du Magenmagot. Deux jeunes adultes dont les carrières déjà prestigieuses s'ouvraient sur des perspectives plus grandes encore. Un couple vivant dans l'opulence et dans l'espoir de plus grandes richesses.

Petite enfant, Callista ne manqua de rien. Ils n'avaient pas d'elfe de maison mais comme ses parents n'étaient jamais là, elle avait une gouvernante moldue et ils avaient tous une femme de ménage.
Callista ne connu donc que très peu ses parents durant sa petite enfance. Ils partaient toujours avant quelle ne se lève et rentraient quand elle dormait. Même le dimanche qu'ils passaient dans leurs bureaux en journée et en soirée importantes le soir.
Très vite, la petite fille, très gâtée par ailleurs (vu que son père avait ordonné qu'elle reçoive tout ce qu'elle voulait dès qu'elle en formulait le souhait) se transforma en petit tyran. Changeant de caprices de minutes en minutes, cherchant des limites et derrière ça à attirer l'attention de ses parents. Mais rien n'y fit.
A quatre ans, elle demanda à apprendre à lire. En plus de sa gouvernante arriva donc bientôt un précepteur qui lui apprit rapidement à lire, à écrire et à compter. C'est à cet âge là que la gamine se rendit compte qu'elle était en avance par rapport aux autre. Elle se serva de cette donnée pour ennuyer encore plus le monde autour d'elle jusqu'à ce que même ce genre de distraction perde sa saveur.

A six ans, Callista était déjà totalement désabusée. Elle se lança a fond dans différentes activités, profitant de l'attention des adultes même si elle savait parfaitement qu'ils étaient payés pour ca. Les arts martiaux devinrent rapidement son sport préféré mais elle faisait également souffrir un professeur de solfège, un de piano, un de dessin, un de danse et finalement son précepteur qui continuait à la faire avancer, à son rythme.
Avec ça, les journées de la petite fille étaient bien chargées et elle ne pensait plus à réclamer jouets, gâteaux et bonbons. Elle ne faisait que travailler et s'entraîner.

C'est un jour comme un autre, un vendredi soir pour être précis, que la jeune fille découvrit ses pouvoirs. Enfin découvrir était un bien grand mot. Si tous ses professeurs étaient des moldus, Callista savait tout de même que ses parents étaient tous deux sorciers. Bref, elle venait de faire un énième caprice qu'on lui avait (à son grand déplaisir) accordé. La petite fille avait jeté par terre la poupée qu'on venait de lui offrir lorsqu'une autre idée lui passa par la tête.
Il y avait, sur le bar près de la cuisine, un bocal de bonbon qui lui était reservé. Ce bocal (ordre de ses parents) était toujours plein. Or Callie avait décidé de le vider. Histoire de prendre les adultes en faux au moins une fois dans sa courte vie. Aussitôt décidé, aussitôt fait. Bien que ne raffolant pas des sucreries, la petite fille s'enfila le pot sans sourciller. Elle fut malade toute la nuit et vit, le lendemain matin, le même pot, plein, comme s'il ne s'était rien passé. Malade, furieuse, frustrée et j'en passé, Callista entra dans une rage folle qui fit éclater non seulement le pot en verre mais toutes les surfaces vitrées de l'appartement. Elle n'eut toutefois pas à se féliciter de cette démonstration de pouvoir. Son père répara tout d'un coup de baguette et la consigna dans sa chambre pour le reste de la journée. Sans compter qu'elle fut dégoutée à vie des sucreries et perdit tout plaisir pour la nourriture.

A sept ans, Callista entra dans une école primaire privée. C'est là qu'elle fut officiellement repérée comme surdouée. Elle entrait en CP et avait un bon niveau de CE2 voire CM1. La petite fille refusa catégoriquement qu'on la passe dans la classe supérieure au milieu des grands mais la rumeur se répandit comme une trainée de poudre. La petite Callista était différente. Si la gamine avait été contente à l'idée de se faire des amis, elle apprit bien vite que les êtres humains craignaient les différences. Se voyant ainsi mis au ban de son école, elle réagit en se coupant encore plus du monde, statutant qu'elle n'avait plus besoin de personne et encore moins des adultes.
Les autres enfants apprirent bien vite à craindre sa langue et ses coups (car la petite fille ne se retenait pas et frappait avec plaisir sur les points faible de ceux qui étaient assez fous pour la provoquer) et l'ignorèrent plus ou moins. A partir de ce moment là, les choses se passèrent plutôt bien. Callista et les autres cohabitaient, avec le moins d'interaction possible.

Enfin, Callie eu 11 ans. C'est avec résignation qu'elle reçut la lettre de Poudlard et se prépara à y aller. Pour autant qu'elle le sache, les gamins là bas seraient aussi idiots que les moldus et puis ces histoires de Seigneur des Ténèbres et de suprématie des sorciers lui passaient par dessus la tête.
Ses parents ne purent evidemment l'accompagner au chemin de traverse aussi décida-t-elle d'y aller seule. Munie d'une bourse bien remplie, elle acheta ce qu'il y avait d'inscrit sur la liste et ne fit une folie que pour sa baguette qui de toute façon n'était pas si chère que ça. Cela faisait longtemps qu'elle ne se souciait plus d'acheter des trucs chers ou inutiles. L'argent, ce n'était rien que de chiffres sur un livre de comptes.
Les deux premières années de la jeune fille se passèrent sans problèmes particuliers. Elle rentrait chez elle durant les vacances pour continuer ses cours de musique et de culture générale. Son précépteur n'avait de toute façon plus grand chose à faire et se contentait de lui donner des livres de cours et d'exercices. Lorsqu'elle avait besoin d'aide, elle lui envoyait ses questions par hibou.
A douze ans, elle arrêta la musique, jugeant qu'elle n'avait plus le temps de tout faire. Le seul loisir qu'elle garda était les cours du Dojo car elle avait développé autour une vraie passion pour l'Asie.
A treize ans la crise d'adolescent commença. Callista décida qu'elle ne pouvait plus considérer ses géniteurs comme ses parents. Après tout, elle ne savait rien d'eux et ils ne savaient rien d'elle. Dans toute sa vie elle était persuadée de ne jamais les avoir vu plus d'une heure d'affilée et encore uniquement par hasard. Ils ne s'occupaient pas de sa vie, de ses résultats ou de ses passions. La seule choses qu'ils faisaient pour s'assurer qu'elle allait bien était de faire attention à ce qu'elle ai toujours suffisament d'argent pour faire ce qui lui plaisait.
Callista n'était pas du genre à accepter la charité. Elle décida donc de quitter ses parents. Mais lorsqu'on vivait en internat, ce genre de choses n'étaient guere aisées. Finalement elle trouva une solution. Elle demanda à ses parents la permission de passer toutes ses vacances à la maison. Mais au lieu de rentrer chez elle, elle les passa dans un squatt qu'elle avait amménagé dans les bas quartier de Londres.

La vie de Callista devint double. Durant les cours, elle restait la même jeune fille arrogante, brillante, sorcière convaincue, fière fille de ses parents. Durant les vacances et l'été, elle devenait une de ses 'sans domicile fixe' de Londres, un voyou qui passait son temps dans la rue (et au Dojo trois fois par semaines), travaillant au noir pour avoir de quoi se nourrir, hantant la bibliothèque, resquillant les douches des piscines municipales. Sorcière parmi les moldus, elle n'utilisait jamais ses pouvoirs et se fondait au mieux dans la masse. Trop occupés par leur travail, ses parents supposaient qu'elle restait chez des amis et ne cherchèrent jamais à en savoir plus.

Callista a maintenant 17 ans. La rue est devenue un autre chez-elle, aussi familière que les couloirs du château ou les pièces du Loft dans lequelle elle avait grandit. Elle avait passé ses BUSES quelques années auparavant avec des résultats plus que bons et s'applique à passer ses ASPICs. Son rêve ? Devenir Medicomage et se spécialiser dans la recherche appliquée des dragons. Elle ne sait pas encore comment concilier les deux mais elle trouvera bien !

BUSES :
Astronomie : E
Histoire de la Magie : O
Sortilège et Enchantement : O
Métamorphose : O
Potions : E
Etude des Moldus : E
Divination : A
Soin des Créatures Magiques : A
Botanique : O
Defense Contre les Forces du Mal : E

Exemple de RPG :
La canicule. Ah ! Ils pensaient vraiment qu'on allait gober un mot pareil alors qu'il faisait à peine 35° dehors ? Qu'ils aillent faire un tour dans le désert à midi et ils comprendraient la véritable notion de ce mot.
Londres subissait une simple vague de chaleur et déjà elle ne ressemblait plus qu'à une vieille crêpe rassie. Les voitures arrêtées au bord dela route, le capot ouvert, les gens en maillot de bain devant leur boutique sur leur transat... et pourquoi pas ouvrir les berges de la Tamise pour un London-beach pendant qu'on y était ?

Bref en tout cas c'était tout bénef pour Ryuko qui, sur son vélo, livrait des boissons un peu partout. Oui elle avait chaud. Sa tunique à manche courte était moite de sueur et son cycliste bmanc virait au jaune mais la jeue rebelle s'en fichait totalement. Préservant son souffle, faisant de son mieux dans les montées et appréciant les rues desertées lorsqu'elle descendait à toute vitesse les rues de la ville, elle gardait son sourire fier sous ses cheveux mouillés et ses sourcils froncés de détermination. Et le tout sans magie s'il vous plait !
Le problème arriva au milieu d'une côte un peu plus ardue que les autres. En danseuse, la jeune fille faisait de son mieux pour échapper à la gravité, heureuse de se donner à fond quand un groupe de jeunes garçons en décapotable se mit à rouler au pas en lui lançant des sifflement moqueurs.
Le sang de la jeune fille ne fit qu'un tour et, s'approchant du conducteur, lui vida sa gourde d'eau fraîche sur la tête. Oui c'était stupide, avec la chaleur ambiante elle allait le regretter. Evidement les coqs n'apprécièrent pas l'affront et arrêtèrent le véhicule en haut de la pente.

Ils étaient cinq, ils étaient grands, en forme, elle était seule et crevée par une journée de vélo dans une atmosphère tellement moite qu'elle aurait pu nager dedans.
Fuir aurait été facile. Faire demi-tour et laisser son engin dévaller la pente mais, Par Merlin, elle n'était pas arrivée jusque là pour se laisser impressionner par une bande de crétin trop friqués.


"La douche a été bonne ?"

Elle posa pied à terre, un brin essoufflée tout de même par l'effort et fusilla les garçons du regard.

"Alors ma poule, si tu veux faire du sport j'ai un jeu super a te proposer"

Le rayon de soleil qui fit exploser le four. La jeune sorcière n'essaya même pas de répliquer, d'un coup de pied tournant, elle frappa l'adoelscent sous les côtes. Le combat qui suivit n'eut rien d'organisé ou de sportif. Callie avait l'avantage de l'habitude et de la technique, les autres étaient plus grands, plus forts et plus nombreux.
Plusieurs fois, la jeune fille pensa à demander de l'aide ou regretta son impulsivité mais finalement elle réussi à les calmer (les garcons ont toujours le même point faible... ) au prix d'un bel oeil au beurre noir et de plusieurs bleus sur tout le corps. Mais le pire dans cette histoire était que son vélo avait prit un coup et qu'un rayon s'était tordu.
Clopinant dans Londres accablé, l'adolescent se dit soudain, qu'au fond, Poudlard n'était pas SI mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangeline Taylor
*Préfète en Chef*

*Préfète en Chef*
avatar

Féminin
Nombre de messages : 266
Age : 27
Localisation : Dans un pays où la liberté existe encore.
Date d'inscription : 31/12/2007

Chroniques
Amour: Ulrich Von Einhauer
Relations:
Moral:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Callista Lordryu   Dim 10 Fév - 17:17

Douée,sûre de toi, orgueilleuse, tient à ses valeurs,fidèle, instinctive, bienvenue Miss à...

Gryffondor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackcircle.forumactif.info
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Callista Lordryu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Callista Lordryu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MARIAGE] La cérémonie [Pv June, Aerandir, Callista]
» Just open your eyes, and you will see ~ Callista&Ashley [Terminé]
» Callista E. Malefoy
» Callista's Links ? ? MP ME GUYS ?
» Callista E. Malefoy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Circle: Evil Never Dies :: Accueil du RPG :: News & vie du forum :: Who Are You? :: Cérémonie de la Répartition :: Gryffondor-
Sauter vers: